Magazine High tech

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3 (XBOX 360)

Publié le 29 novembre 2011 par Meidievil @gamerslive

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3 (XBOX 360)Si Novembre ne signifie rien d’autre qu’un mois comme les autres pour beaucoup de gens, pour Activision c’est une autre affaire : c’est le moment pour l’éditeur de sortir en grand pompe sa poule aux oeufs d’or, Call of Duty. Une licence immortelle à la progression insolente qui a su se bonifier avec le temps, il faut dire aussi que depuis 2003 on en a eu des épisodes sous le sapin. Si la franchise est la plus vendue sur Xbox 360, ce n’est pas pour rien : elle est pratiquement née avec la console de Microsoft. Naviguant entre l’excellent et le moyen à ses début, la série trouva son apogée dans une nouvelle licence nommée Modern Warfare en 2007. Cinq ans plus tard, cette épopée prend fin avec le troisième volet de la licence, un épisode nerveux, explosif, plus que complet en multi, mais qui malheureusement déçoit un peu. Test d’un ultime volet feignant.

Modern Warfare est probablement né d’un ras-le-bol et d’une volonté d’innover un peu une série qui commençait à s’encrasser dans la Seconde guerre mondiale. Il faut dire qu’au bout de trois épisodes axés sur ce thème, le tout allait peut être finir par lasser les joueurs. C’est ainsi qu’en 2007 est né Modern Warfare, un FPS contemporain. L’épisode marqua le grand retour de la série Call of Duty sur le devant de la scène. Spectaculaire, grand public et rondement mené, le jeu plu autant à la presse qu’aux joueurs. D’ailleurs Activision écoula pas moins de 18 millions d’exemplaires du titre dans le monde, tout supports confondus. La recette, prometteuse, fut améliorée en 2009 avec le second volet : sans surprise, le succès fut au tournant une fois encore, mais d’une manière différente. La presse fut déçue du résultat, bien qu’elle lui attribua des bonnes notes quand même. On lui reprocha une durée de vie extrêmement courte et un certain manque de fraîcheur, comme si le développeur s’était reposé sur ses lauriers. Le multijoueur ultra complet et la mise en scène explosive sauvèrent le titre. Deux ans plus tard, le troisième et dernier volet de la série débarque chez nous. Voyons ensemble ce qu’il a dans le ventre.

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3 (XBOX 360)
La Troisième guerre mondiale

En 2016, la guerre fait rage entre les Etats-Unis et la Russie. Son géniteur, le terroriste Makarov est toujours libre comme l’air, manigançant à droite à gauche. Le rêve de cet ultranationaliste est de rendre à la Russie sa puissance d’antan, son prestige perdu. Pour se faire, rien de mieux que d’utiliser des armes chimiques un peu partout à travers le monde. Modern Warfare 3 reprend exactement là ou le second volet s’arrêtait. On retrouve le britannique Soap McTavish, son pote le capitaine Price et leur pilote russe Nikolaï au début de l’aventure. Soap, blessé et à deux doigts de passer de l’autre côté, survit tant bien que mal. Un médecin arrive, sort un défribrilateur : le logo MW3 apparaît, la guerre peut reprendre.

Contrairement au premier Modern Warfare, ce volet possède une continuité avec son prédécesseur. Pour rappel, entre le premier et le second épisode, cinq ans s’étaient écoulés. Plus cohérent, le scénario semble moins partir dans tout les sens. L’intrigue se suit bien et vous envoie aux quatre coins de la planète à la recherche de Makarov qui organise en douce le plus grand feu d’artifice du monde. Ce qu’il veux, c’est le monde mort ou vif, les détails l’importent peu. Cette course contre la montre vous mènera ainsi à New York, Paris, Prague ou à Londres. Vous contrôlerez plusieurs personnages dont Yuri, un ex-Spetsnaz, mais aussi un soldat de la Delta Force, de la Spacial Air Service, un agent de protection du président russe ou encore le célèbre capitaine Price. Si sur le papier tout ça peut paraître un peu décousu, sachez que ça l’est déjà beaucoup moins que dans Modern Warfare 2, des cinématiques entre chaque mission expliquant le pourquoi du comment de façon concrète. D’ailleurs ces vidéos sont de bonne facture, la réalisation étant plutôt classe et futuriste. Si le scénario de ce troisième volet ne casse pas des briques, il reste à la hauteur des autres productions de son genre, c’est à dire un peu feignant.

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3 (XBOX 360)
Faire du neuf avec du vieux

La première règle à retenir pour réussir correctement un jeu comme Call of Duty, c’est de ne jamais toucher à la recette initiale. Lorsqu’on est à la tête d’un jeu qui vaut autant d’argent, on ne cherche pas à modifier le coeur du jeu, on se contente de dépoussiérer le gameplay à chaque épisode tout en ajoutant des idées par-ci par là. C’est un peu le concept de ce troisième et dernier volet. Infinity Ward a bien fait attention à ne pas brusquer la série, quitte à reprendre grossièrement ce qui a fait jusqu’ici le succès de la licence. C’est malheureux à dire, mais ce qui hier nous impressionnait, nous lasse aujourd’hui. Le retour d’un bâton utilisé de façon abusive ? Il faut croire, pourtant le cahier des charges est correctement rempli : la campagne solo de Modern Warfare 3 est impressionnante, explosive, sans réel temps mort et se montre même parfois innovante. Il faut rendre à César ce qui appartient à César, Call of Duty a toujours été une série qui en met plein les yeux et cet épisode le confirme bien. La mise en scène est digne d’un blockbuster hollywoodien, le développeur du jeu nous prouve une fois encore son savoir-faire dans ce domaine. Dommage qu’Infinity Ward soit aussi feignant en ce qui concerne tout le reste : les situations se multiplient, les environnements changent, le gameplay varie et pourtant on ne retrouve pas cette intensité que le jeu dégageait auparavant. Les ficelles ont été trop souvent exploitées, on connais désormais la musique sur le bout des doigts. Si le créateur du titre n’a pas été feignant en ce qui concerne la variété des scènes, il l’a clairement été sur le contenu de ces situations : il est question une fois encore de poursuivre dans un bidonville un terroriste, d’être dans un avion détourné ou de bombarder des vagues d’ennemis depuis le ciel. La palme du déjà-vu revenant bien évidemment aux scènes en bullet-time. Agaçant et répétitif. La liste est exhaustive, l’idée est cependant là. Vous l’aurez compris, le solo est un véritable pot-pourri de tout ce que l’on a eu l’occasion de voir dans la série. On regrette qu’en plus de ne pas être particulièrement innovante, la campagne se contente de nous offrir cinq à six heures de jeu. Si le solo vous attire et que le multijoueur n’est pas votre tasse de thé, nous vous conseillons alors d’acheter le titre plus tard à moindre prix. Parlons maintenant de ce fameux mode multi !

L’équilibre avant tout

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3 (XBOX 360)

Modern Warfare 2 possédait une plaie béante qui faisait grandement rager les moins bons joueurs : les killstreaks. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, ce n’est pas bien compliqué : comme dans «Qui veux gagner des millions ?» (belle référence !), chaque participant possède un palier qu’il faut atteindre pour gagner un pécule minimum. Dans le jeu, c’est le même principe, sauf que les joueurs ne doivent pas répondre correctement à des questions, mais tuer un maximum pour gagner des bonus. En clair plus vous êtes bon, plus vous débloquez des bonus, plus vous tuez etc. C’est une sorte de spirale qui récompense les bons joueurs, laissant les moins bons sur le carreau. Enfin ça c’était avant Modern Warfare 3 : que les joueurs qui ne pouvait accéder à des bonus se rassurent, aujourd’hui ils vont pouvoir gagner un maximum de points sans pour autant faire des séries d’éliminations.

Les joueurs ont désormais le choix entre trois packs au lieu d’un : les puristes prendront bien évidemment le pack Assaut qui est celui disponible dans le second volet, il donne toujours accès à des bonus mortels allant de l’hélicoptère d’attaque aux missiles téléguidés. Pour l’utiliser, il faut éliminer plusieurs cibles à la suite.
L’autre pack donne enfin une chance à ceux qui n’arrivent pas à faire des séries à gagner des bonus quand même : nommé Soutien, ce pack continent des gilets par-balles, des drones ou encore des tourelles pour détruire les hélicoptères lancés par ceux qui utilisent le pack Assaut. Une revanche de bonne guerre ! Si cette classe est aussi accessible, c’est notamment parce que votre série ne s’arrête pas lorsque votre personnage meurt, elle continue et cumule chaque cible.
Enfin le dernier pack Spécialiste permet de gagner tous les deux frags un atout : une bonne façon d’être plus rapide, de mieux viser et d’être plus discret. Une véritable machine à tuer.

En plus de revoir complètement les killstreaks, les développeurs du titre ont ajouté quelques petits détails qui font plutôt mouche. Parmi ces nouveautés, l’apparition d’un système de progression des armes : au début chaque arme sera dépourvue de tout accessoire, pour les débloquer il vous faudra l’utiliser de manière régulière. Une bonne façon d’augmenter la durée de vie du multijoueur. Autre point nouveau, le mode Elimination confirmée : pour gagner, il ne suffit plus de tuer l’autre cible, il faut aller chercher la plaque du joueur tué pour mériter son frag. Le mode anti-campeur ultime. Mis à part ça, le multijoueur de ce Modern Warfare 3 reste très proche de celui du second volet, on y retrouve la même intensité. C’est cette ressemblance qui pose d’ailleurs problème… pourquoi ne pas avoir refait un menu pour l’occasion par exemple ? On ne change pas une bonne recette, mais lorsqu’on évolue en régressant, c’est qu’il y a un souci. Modern Warfare 3 est trop terne, ça manque de vie et de caractère. Les cartes en sont la preuve même : certes, elles sont nombreuses, mais combien resteront en tête dans le lot ? Quantité ne rime pas souvent avec qualité, c’est bien ce qu’on reproche à ce volet qui a voulu faire un cadeau aux joueurs en bourrant son jeu, mais en oubliant de travailler le fond. Elite saura peut être corriger le tir avec des DLC avisées. En attendant, on croise les doigts pour qu’une mise à jour vienne corriger ce problème de respawn qui fait qu’on apparaît en face ou à côté de l’équipe adversaire. Personne n’aime mourir cinq secondes après avoir réapparu. En résume, Modern Warfare 3 possède le mode multijoueur le plus complet et le plus équilibré de la série, dommage que les cartes ne rendent pas forcément honneur à ce travail.

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3 (XBOX 360)
Le poids du temps

Ce dernier volet subit l’âge de son moteur graphique. Cela fait maintenant près de cinq ans qu’Infinity Ward utilise le même, aujourd’hui celui-ci est à bout de souffle. Si le développeur maîtrise parfaitement son moteur, nous ne sommes pas dupe et voyons bien que les explosions en chaîne ont un double sens dans cet épisode : en plus de chercher à nous en mettre plein la vue, le développeur les utilisent comme cache-misère. Ce volet ne prend pas de pincette, c’est un véritable grand huit et ça se sent : tout est mis en oeuvre pour que vous ne restiez pas plus de trois minutes au même endroit, il faut toujours avancer… mais si on reste et que l’on regarde plus en détail les textures et autres, directement le titre pique les yeux. Il suffit de voir la scène qui se déroule à Londres pour s’en convaincre. Une fois sorti du métro, une foule attend sagement dehors, en regardant plus précisément on remarque que le monde de Modern Warfare est plutôt simpliste : les femmes sont pratiquement toutes habillées de la même façon et font signe… à un buisson (ça doit être le choc) tandis que les hommes sont tous chauves. Critique d’un monde qui suit trop souvent la mode ? Le ton est ironique, mais le résultat pas fameux pour un titre de 2011. Le solo est fait pour qu’on le dévore, pas pour qu’on s’attarde dessus, voilà pourquoi le détail est aussi peu travaillé. En ce qui concerne les cartes multi, elles se montrent plutôt contrastées. Certaines sont belles (Seatown), tandis que d’autres font peine à voir (celle de l’autoroute par exemple, une erreur). Musicalement, le titre est par contre plus réussi, même si il se montre peu inspiré. Le doublage français est de bonne facture. Dans l’ensemble, le jeu est techniquement passable, on espère juste que cet épisode sera le dernier à utiliser ce moteur graphique.

Conclusion : 7/10

Call of Duty : Modern Warfare 3 est un titre difficile à juger. D’un côté, le jeu développé par Infinity Ward et Sledgehammer propose un solo qui plaira aux fans de la série comme à ceux qui aiment les films de Michael Bay, un multijoueur ultra complet et efficace remanié pour que les neophytes et les plus forts puissent jouer sur un pied d’égalité (à peu près) et une réalisation convenable bien que fragile. De l’autre, Modern Warfare 3 est un titre feignant qui se contente de réchauffer ce qui a fait jusqu’ici le succès de la série. Une sorte de best-of. Heureusement cet ultime baroud d’honneur ne se contente pas de recycler bêtement la série, il nous offre des moments intenses en solo (la tempête de sable) et des nuits à passer sur le multi. En résumé, si ce dernier épisode divise sur sa raison d’être, il sait aussi unir lorsqu’il s’agit du gameplay toujours aussi ravageur : si vous aimez l’action survitaminée, Call of Duty : Modern Warfare 3 est fait pour vous.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Meidievil 2727 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte