Magazine Cinéma

Ballade triste (belle perdue)

Par Borokoff

A propos de Balle perdue de George Hachem 4 out of 5 stars

Nadine Labaki - Balle perdue de George Hachem - Borokoff / Blog de critique cinéma

Nadine Labaki

En 1976, au début de la guerre du Liban (1975-1990), Norah (Nadine Labaki), une jeune femme chrétienne qui doit se marier dans quelques jours avec un homme plus âgé qu’elle, retrouve le temps d’une après-midi son premier amour et réalise qu’elle est toujours amoureuse de lui. Renonçant soudain à son mariage, Norah provoque la foudre de sa famille et de sa sœur aînée en particulier, prisonnière des traditions et de la peur du jugement des autres…

De Nadine Labaki, on connaissait surtout les réalisations, Caramel (2007) et Maintenant, on va où ? (2011). beaucoup moins ses talents d’actrice. Dans Balle perdue, elle incarne avec brio une jeune Libanaise qui rêve d’échapper à un carcan familial très croyant et très fermé.

Leila, la sœur de Norah (Takla Chamoun) est une vieille fille rigide, aigrie et médisante. C’est elle qui involontairement met le feu aux poudres en révélant à leur frère que Norah a revu en catimini Joseph, son amour de jeunesse.

De tragédie, il en est bien question dans Balle perdue. Le film de George Hachem, qui s’inscrit au centre d’un triptyque complété par Messe du soir et La chenille, est porté par une certaine nostalgie que renforcent les violons (présents de manière un peu trop discontinue tout au long du film) des compositions de Nadim Mishlawi.

Balle perdue de George Hachem - Borokoff / Blog de critique cinéma

On sent dans l’écriture et la réalisation très personnelle d’Hachem, dans la description des liens familiaux déchirés entre Norah et sa sœur, qu’une part du film semble être autobiographique. Le portrait de cette famille chrétienne libanaise a quelque chose de très intimiste dans la manière dont Hachem décrit la fermeture d’esprit et le poids des préjugés de cette famille, les traditions qui la sclérosent et qui aliènent peu à peu Norah.

Mais Balle perdue n’est pas uniquement la chronique nostalgique d’une famille qui implose, victime de sa fermeture d’esprit, du poids du jugement moral, des préjugés et du mépris de Leila à l’encontre de sa sœur. Certes le charme « maléfique » de Balle perdue est largement provoqué par le jeu bouleversant de son actrice principale.

Mais une dimension romanesque et fantastique apparait peu à peu dans le film que renforce une image volontairement granuleuse du fait que les scènes d’extérieur aient été tournées en éclairage naturel. Cette dimension fantastique atteint son paroxysme dans la scène où Norah erre seule, en proie au désespoir, dans un jardin éclairé par la pleine lune. La folie qui guette alors Norah comme la ressemblance avec le personnage romantique d’Emma Bovary sont troublantes. Encore plus lorsque Norah agrippe en larmes la robe en dentelle de sa grand-mère qu’elle devait porter à son mariage.

On ne choisit pas sa famille. La famille libanaise que décrit (on devrait dire dénonce) Hachem dans son film s’inscrit dans un cadre plus large, plus universel et contemporain d’une société communautariste, archaïque et dogmatique, sûre de son bon droit de vie et de mort sur ses membres mais dans le fond incapable de se remettre en question. Asghar Farhadi n’observe-t-il pas exactement la même chose par exemple dans la société iranienne ?…

www.youtube.com/watch?v=XmTBHHo9AQg

Film libanais de George Hachem avec Nadine Labaki, Takla Chamoun… (01h16).

Scénario : 3 out of 5 stars

Mise en scène : 4 out of 5 stars

Acteurs : 4 out of 5 stars

Dialogues : 4 out of 5 stars

Compoistions : 2 out of 5 stars


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Borokoff 641 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines