Magazine Amérique latine

Coupe Davis : les argentins réconciliés

Publié le 01 décembre 2011 par Rene Lanouille

Del Potro à l'entraînement ce matin Del Potro à l'entraînement ce matin Ce matin, sur la terre battue particulièrement rapide et glissante du stade olympique de Séville, Juan Martin Del Potro a joué le sparring-partner idéal pour son compagnon de coupe davis, David Nalbandian. Une image qu’on n’avait pas vu depuis bien longtemps et qui semblait inimaginable il y a encore quelque mois, les deux hommes étant brouillés depuis la défaite 2008 en finale de cette même coupe davis contre une Espagne privée de Rafael Nadal.

A l’époque, les joueurs argentins avaient perdu beaucoup d’énergie avant la finale pour une sombre histoire de primes, les argentins étant persuadés de vaincre à Mar del Plata une armada espagnole privée de son atout n°1. Le résultat avait été pathétique, avec un Del Potro rapidement blessé et un Nalbandian à bout de nerfs qui metta un coup de poing à son partenaire de double, le pauvre Calleri, aussitôt la défaite consommée.

L’unité argentine doit beaucoup au coach argentin de la sélection, Tito Vasquez, dont les relations avec Nalbandian fûrent plutôt fraiches jusqu’au début de cette année. Afin de réconcilier Del Potro et Nalby, Vasquez a passé beaucoup de temps avec Franco Davin, l’entraîneur de Del Potro, pour persuader son poulain de revenir jouer en coupe Davis. Il a aussi utilisé les bonnes relations de son adjoint, Ricardo Rivera avec Nalbandian, pour convaincre le natif de Cordoba, dont le caractère est parfois difficile, de mettre de l’eau dans son vin.

Vasquez avait d’ailleurs songé à inviter les stars du sport argentin, Ginobili, Lionel Messi et Martin Palermo lors de la demi-finale de Septembre dernier en Serbie pour consolider encore davantage l’esprit de groupe de son équipe. Inviter des sportifs brillants dans des sports collectifs pour aider des joueurs de tennis aux comportements individualistes, voilà une idée originale. Finalement, le projet fut abandonné mais l’Argentine terrassa à la surprise générale la Serbie de Djokovic.

Si Del Po et Nalby ne seront jamais les meilleurs amis du monde, ils se présentent néanmoins unifiés pour remporter la première coupe davis de leur histoire. C’est toujours mieux que la rivalité Guillermo Vilas-José Luis Clerc qui plomba l’ambiance dans la sélection lors de la finale de 1981 face aux Etats-Unis. Del Potro et Nalbandian peuvent prendre exemple sur André Agassi et Pete Sampras, qui n’étaient pas particulièrement potes, mais qui ont toujours joué collectif pour remporter plusieurs coupes davis.

On peut aussi prendre exemple sur la France de 2001 qui remporta le double avec Fabrice Santoro et Cedric Pioline. Les deux joueurs n’avaient aucun atome crochu ni de point commun, ce qui ne les empêcha pas de vaincre à la surprise générale la sélection australienne. Il faudra donc à l’Argentine un esprit de groupe sans faille pour battre une Espagne dont tous les joueurs semblent très amis. Une anecdote : en 2008, alors qu’il était blessé et devant sa télévision à Majorque, un Rafael Nadal intenable prit son téléphone et appela sur son portable Feliciano Lopez, sur le banc en train de soutenir Verdasco lors du 5ème match décisif. Rafa préféra vivre ce moment historique avec son pote, certes à distance, mais comme s’il vivait ce moment en sa compagnie à Mar Del Plata. C’est ce qu’on appelle l’esprit de groupe…



René Lanouille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rene Lanouille 34849 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine