Magazine Humeur

297 - Marre des courses Marge ! (A la manière d'Oster)

Publié le 01 décembre 2011 par Ahmed Hanifi

Je suis fatigué je dis bien que je suis bien fatigué Marge me fatigue voilà des semaines que quelque chose ne tourne pas rond entre nous je ne sais pas quoi exactement mais quelque chose ne tourne plus dans le bon sens le sens entendu… pourquoi roule-t-elle si vite ? et puis ce rituel des courses m’ennuie au plus haut point chaque samedi que dieu fait ce sont les mêmes gestes effectués les mêmes lieux visités ce matin encore elle fait la tête comme elle la fait souvent aujourd’hui elle fait la carpe et la moue parce que la liste des achats que j’ai minutieusement préparée est incomplète j’ai oublié les courgettes le poisson et le coca je ne prends jamais de coca j’aime pas le coca j’ai oublié aussi de prendre les chaussures pour le cordonnier mais je n’ai rien contre les cordonniers et cette voiture cette chose qui n’a plus d’âge elle nous lâchera dans pas longtemps le bruit que fait le pot d’échappement n’est pas rassurant elle nous lâchera… à la radio Neil Young veut vivre il nous prend à témoin c’est un moment de bonheur un moment comme un fétu de paille pourquoi est-il rarement diffusé… Neil Young… je connais beaucoup de ses chansons depuis Harvest. I want to live,/ I want to give / I've been a miner for a heart of gold... cette chanson remonte au début des années 70’ les années 70’… qui a dit que le temps n’était qu’un leurre qui a dit cette sottise le temps existe bien je l’ai vu vécu… j’arrivais du Bled à l’époque j’étais allé direct dans les pays du Nord. Copenhague, Oslo, Stockholm… Nous avions 20 ans et l’éternité éternelle devant nous l’horizon imperceptible lointain presque inexistant seuls comptaient les instants d’alors… Copenhague c’est le Tivoli d’accord mais c’est aussi Christiana et Nihavn et le camping je ne sais plus... tu vieillis mon cher tu ne te souviens même plus du nom… je ne m’en souviens effectivement pas mais cela me reviendra je revois cette fantastique soirée autour d’un immense feu de bois… nous étions bien une cinquantaine… je revois le grand noir de Chicago qui s’éreintait en répétant le même vers It's these expressions I never give, je n’ai pas oublié le parfum ouaté de Sandy… la belle Indienne posait sa tête sur tes épaules et vous ne disiez rien… nous nous taisions I've been a miner for a heart of gold elle venait de Santa Monica et l’autre répétait It's these expressions I never give… il jouait comme un pied et Sandy posait sa tête sur mes épaules… c’est elle l’indienne qui t’a appris plus tard que le black était complètement shooté That keep me searching for a heart of gold / And I'm getting old / pourquoi avais-tu imbécile refusé de l’accompagner au Casanova club?... je n’ai pas refusé d’accompagner Sandy pas du tout elle m’a demandé de l’attendre devant l’entrée principale du Camping dont le nom m’échappe non non ça y est il m’est revenu Bellahoj-Camping… oui c’est cela… on s’est perdu de vue… Sandy était une authentique indienne avec ses longs cheveux roux comme les cheveux d’un sioux… elle n’était pas sioux…. Elle n’était peut-être pas sioux mais elle m’avait invité à Santa Monica… une tignasse entièrement tressée… les cheveux coulaient jusqu’au bas du dos… nous étions convenus d’aller danser au Casanova club cela n’a pas été possible je ne me souviens plus de ce qui s’était passé… il s’était passé que tu l’as snobée imbécile… je la revois ma Sandy je revois son regard irisé lové dans des yeux grands et beaux comme des amandes vertes ou des billes de flipper I've been in my mind, it's such a fine line / I've been a miner for a heart of gold. Keeps me searching for a heart of gold… quel imbécile étais-je pourquoi l’ai-je abandonnée… je te le disais… quel imbécile… Qu’est-ce que ce parking ?… mince ou flûte ou… quelque chose ne tourne plus dans le bon sens le sens entendu jadis… pourquoi ce stationnement à l’américaine ? et puis ce rituel des courses m’ennuie au plus haut point chaque samedi que dieu fait ce sont les mêmes gestes effectués les mêmes lieux visités ce matin encore nous nous pointons devant le même centre commercial… encore et encore… Mais où est Marge ?« Mais arrête Marge, arrête de crier, ne crie pas ! » pourquoi crie-t-elle?« Trois fois Christian que je te demande de m’aider à prendre le caddy ! Trois fois et toi tu ne me réponds même pas, marre à la fin! »

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ahmed Hanifi 237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines