Magazine High tech

Pourquoi les e-readers c’est plutôt pas mal ? Mon test du Kobo de la Fnac

Publié le 16 décembre 2011 par Tiza

Après que ma geekette de mère ait honteusement titillé mes gènes de geek en me mettant son Kindle devant le nez, mes gènes de gonzesse se sont affolés en créant en moi un sentiment de besoin (on ne déconne pas avec les gènes, j’vous dis).

Bon… Kindle, e-reader, Kobo ne sont p’tet pas des termes qui vous sont familiers. Donc ! Un e-reader est tout simplement un livre électronique, une espèce de mini tablette avec un écran mat sur lequel s’affiche nos pages en e-ink (une reproduction numérique de l’encre): le confort de lecture se voit donc pas réduit, et ça permet d’avoir ses gros pavés sur soi n’importe quand et n’importe où.

Pourquoi les e-readers c’est plutôt pas mal ? Mon test du Kobo de la Fnac

Un extrait de "Game of Thrones" sur le Kobo

Oui, j’étais sceptique, et je vous entends déjà vous exclamer de façon parfaitement choquée que “oh, mais non. J’ai un rapport trop intime avec les feuilles, les paaages, les liiiiiivres.” Et je vous comprends, car moi aussi. Mais réfléchissez:

  • Vous êtes en train de lire le dernier Harry Potter, et à cause de ses 94983 pages et 34 kilos, vous ne pouvez pas le prendre avec vous dans les transports en commun – merde !
  • Vous êtes en train de lire un livre que vous adorez, mais n’assumez pas. Au hasard, Twilight. A part le couvrir de papier journal, vous ne pouvez que le lire dans votre lit – merde !
  • Vous êtes livrovore et lisez AU MOINS 3 livres par mois, et vous n’avez plus de place chez vous pour les garder, et vous avez la flemme de les revendre chez Gibert qui ne les reprendra de toutes façons pas tous – merde !

Finalement, je me suis rendue compte que je ne voulais avoir en physique QUE les livres que j’avais adoré, que je veux prêter, partager, câliner. Les autres ne font qu’accumuler de la poussière chez moi.

Certes, je suis également en train de trouver des excuses à mon achat compulsif – mais mine de rien j’en suis amoureuse de mon Kobo…

Et non, Kobo n’est pas le petit nom que j’ai donné à mon e-reader (même si c’est mignon), mais le Kobo est tout simplement le Kindle de la Fnac sorti il y a quelques semaines. Et pour avoir testé les 2, il n’y a honnêtement pas grandes différences par rapport au Kindle mis à part qu’il est tactile, à un revêtement tout doux, et lit les fichiers e-PUB (fichiers génériques pour les e-reader) contrairement au Kindle qui ne lit que le format propriétaire d’Amazon (oui, comme iTunes au départ…)

Pourquoi les e-readers c’est plutôt pas mal ? Mon test du Kobo de la Fnac

L'écran principal du Kobo

Mes livres je les achète aujourd’hui sur kobo.com qui propose 2 millions de titres dont 200 000 en français. Oui, faut pas se leurer, a l’heure actuelle les lecteurs francophones ne sont pas encore très gâtés en termes d’offre, mais ça ne peut que s’améliorer les prochains mois. Mais pour les personnes dont la lecture en anglais n’est pas gênante, pouvoir s’offrir l’intégrale du Trône de Fer pour 15€ et pouvoir continuer sa lecture dans le métro, bus et en marchant en allant au travail, ça n’a pas de prix <3

Pour conclure, je ne dirais pas qu’avoir un e-reader est indispensable, et que le livre a encore de très beaux jours devant lui. Aussi, je pense qu’il est important de savoir qu’il n’existe pas QUE le Kindle, et que le Kobo est une alternative plus que satisfaisante au leader actuel du marché. J’avoue aussi que ça reste encore un peu un gadget mais… Quel gadget:  je ne m’en passerais tout simplement plus !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tiza 123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine