Magazine Politique

L’hégémonie du cinéma américain en Europe et le rôle des accords Blum-Byrnes

Publié le 19 décembre 2011 par Infoguerre

L’hégémonie du cinéma américain en Europe et le rôle des accords Blum-ByrnesMercredi 16 novembre 2011, 9 nouveaux films sont à l’affiche dans les salles de cinéma françaises. Parmi eux,  on retrouve 3 films français, 3 films américains, un film issu d’une collaboration européenne (France, Belgique, Luxembourg), un film japonais et un film australien. Le film phare de la semaine est le dernier épisode de la célèbre saga Twilight, très attendu par les fans des premiers épisodes et des romans Best-sellers de Stephenie Meyer. Les films américains et les films français partagent donc 70% de l’affichage. La distribution sur les écrans semble encore très marquée par l’histoire et le contexte des accords Blum-Byrnes. En quoi la signature de ces accords a permis l’influence culturelle américaine massive au lendemain de la seconde guerre mondiale ?
Il est important de replacer les accords Blum-Byrnes dans un contexte particulier et de comprendre les enjeux qui en découlent. La France a tenté de protéger son patrimoine cinématographique de la libéralisation souhaitée par les américains. Malheureusement, la stratégie américaine visant la propagation de son modèle culturel par le cinéma a balayé les espoirs de la France comme ceux des autres pays européens.

Contexte et enjeux de la signature des accords Blum-Byrnes
1946, au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Europe est en ruine. Les états européens doivent répondre à deux problématiques majeures à cette époque : comment rembourser les prêts-bails (1) accordés par les américains pendant la guerre pour l’armement ? Et comment reconstruire le pays sans moyens financiers pour investir ?
Durant cette période, les pays européens, en commençant par le Royaume Uni, négocient avec les américains des accords permettant la reconstruction. Pour les américains, la signature de ces accords est stratégique puisqu’ils veulent enrayer la montée progressive du communisme en imposant le modèle culturel américain.
Le 28 mai 1946, Léon Blum, désigné négociateur et représentant des intérêts français et James Byrnes, alors secrétaire d’état des Etats-Unis, signent les accords Blum-Byrnes. Ces accords prévoient l’effacement d’une grande partie de la dette due au prêt-bail, soit 2 milliard de dollars, mais également une aide de 300 millions de dollars remboursables sur 35 ans ainsi qu’un nouveau prêt bancaire de 650 millions de dollars pour la reconstruction.

En contrepartie des accords signés avec les pays européens, les Etats Unis demandent une large libéralisation des échanges, la réduction des tarifs douaniers et la suppression de la préférence nationale en matière de commerce. Le but est de faciliter l’entrée sur le marché européen des produits de grande consommation venant des Etats-Unis, ainsi que de la bibliothèque de plus de 2 000 films tournés pendant la guerre et prêts à déferler sur l’Europe.

L’échec du protectionnisme français
La réouverture des salles obscures à la concurrence internationale après les restrictions de guerre a lieu dès 1944. Entre 1944 et 1946, 94 films français sortent sur les écrans contre 49 films américains et 33 films provenant d’autres pays. Cependant, ce résultat n’est pas représentatif de la diffusion effective puisque la programmation des salles d’exclusivités (qui détiennent par contrats les droits de diffusions des films dès leur sortie) propose à 71% des films
américains, 21% des films français et à 9% d’autres films étrangers. A l’époque, la profession du cinéma ainsi que les élites françaises condamnent fermement l’ouverture à la concurrence non contrôlée des salles de cinéma. C’est la raison pour laquelle, à la demande de la France, un contingentement cinématographique est ajouté aux accords Blum-Byrnes pour tenter de protéger le cinéma français. Il prévoit de réserver 4 semaines par trimestre à la diffusion exclusive de films français. Il impose également que la diffusion des films français occupe 50% des écrans contre 50% pour la concurrence étrangère durant les autres semaines. Ceci aura pour effet de réduire l’exposition du cinéma américain de 17% par rapport à la situation d’avant guerre, et les films français devraient être avantagés par rapport à la concurrence étrangère.

Mais cela n’a pas été suffisant puisque que les salles d’exclusivités ont continué à privilégier illégalement le cinéma américain, le considérant de meilleure qualité. De plus, à cette période, le niveau de production du cinéma français a baissé de 28% par rapport à la situation d’avant-guerre. Ainsi de 1946 à 1948, le cinéma français a sorti en moyenne 84 films par an, contre 140 films américains en respectant le contingentement. Pour améliorer la situation, de nouveaux accords sont signés en 1948, pour réduire à 121 le nombre de films américains sortant sur les écrans français par an. Ces nouveaux accords prévoient également la création du Centre national de cinématographie (CNC) et d’une taxe sur le billet d’entrée des films étrangers au profit de la production des films français.

L’influence culturelle américaine en Europe
Wim Wenders a écrit en 1997 : « Trouverait-on à travers le monde le rêve de l’Amérique sans le cinéma ? Aucun autre pays dans le monde ne s’est ainsi tant vendu, et n’a répandu ses images, l’image qu’il a de soi, avec une telle force, dans tous les pays. »
En 1942, Roosevelt convie à Washington les grands réalisateurs de l’époque comme John Ford et Franck Capra. Roosevelt leur demande de mettre leur talent au service de la mobilisation psychologique du pays. C’est ainsi que le Pentagone installe un bureau de liaison exclusivement pour le cinéma. Il est à la disposition des réalisateurs pour inspirer les thèmes de films patriotiques et fournit sur demande, du matériel, des conseillers et des figurants pour la réalisation. Les américains ont donc compris très tôt que le cinéma était un vecteur essentiel de la diffusion de leur modèle culturel.
Le succès des films américains en France au lendemain de la guerre est instantané. Alors que les films français proposent des images rappelant les souffrances de la guerre, le cinéma américain redonne du rêve et de l’espoir aux populations. Ce n’est pas un hasard si le happy end est devenu caractéristique des films américains.

Depuis cette période, la recette du film américain pour conquérir le public est le cocktail « action, adventure, humor, love interest and special effects ». De plus, les films sont tournés de telle manière qu’ils indiquent au spectateur comment interpréter les images. La manipulation s’appuyant sur l’identification au personnage, l’omniprésence de la narration, l’influence du héros et le comportement des personnages secondaires (Reaction Shot) permet de contrôler la perception des spectateurs. C’est l’une des raisons principales de la puissante influence culturelle du cinéma américain.
Aujourd’hui le cinéma américain domine le cinéma européen, seul le cinéma français parvient tant bien que mal à tirer son épingle du jeu, principalement en raison du contingentement prévu dans les accords Blum-Byrnes et de la création du CNC. Cependant, on peut dire que le rôle protecteur des accords Blum-Byrnes a échoué et il aurait sans doute fallu interdire la diffusion de films américains sur le sol français pour empêcher l’influence culturelle américaine.

On peut faire le parallèle avec la situation de la Corée, qui tente également de faire face aux assauts du cinéma américains. Une politique de quotas analogue à celle des accords Blum-Byrnes soutient le cinéma national coréen depuis 1985. Il prévoit au moins 146 jours par an réservés exclusivement aux films coréens. Les professionnels luttent pour préserver ces dispositions contre l’offensive américaine, et sont en cela soutenus par la France. Actuellement, la part de marché des films nationaux en Corée est supérieure à 50% ; performance dont seuls l’Inde et les Etats-Unis peuvent se vanter. Lee Chang-Dong, ministre de la culture coréen s’oppose en défenseur de son modèle culturel face aux pressions de l’industrie cinématographique américaine qu’il compare à un "dinosaure qui tue l'écosystème".
Finalement, la question n’est pas de savoir si les accords Blum-Byrnes ont protégé ou condamné le cinéma français, mais bel et bien de constater la puissance de l’influence culturelle américaine. Malgré les tentatives pour enrayer le rouleau compresseur cinématographique américain au lendemain de la guerre, force est de constater qu’il s’est malgré tout imposé de façon hégémonique dans l’ensemble des pays européens.
Michel Vuillemin

  1. Le programme Prêt-Bail (programme "Lend-Lease" en anglais) était un programme d'armement mis en place par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, afin de fournir les pays amis en matériel de guerre. Le programme prêt-bail s’appuie sur la loi Lend-Lease, signée le 11 mars1941, qui autorise le Président américain de « vendre, céder, échanger, louer, ou doter par d'autres moyens » tout matériel de défense à tout gouvernement. De 1941 à 1945, le montant total des prets-bails accordés est de 50,1 milliards de dollars. Les principaux bénéficiaires ont été le Royaume-Uni (31,4 milliards de dollars) et l'Union soviétique (11,3 milliards de dollars). La France libre du général de Gaulle ainsi que l’armée d’Afrique (Algérie française) ont perçu 3,2 milliards de dollars.

Bibliographie
L'accueil en France des films américains de réalisateurs français à l'époque des accords Blum-byrnes – Laurent Le Forestier – Belin | Revue d'histoire moderne et contemporaine – 2004/4 – n° 51-4pages 78 à 97
La programmation des salles de cinéma : mutation d'une fonction stratégique – Claude FOREST
Université Paris 3 (Sorbonne-Nouvelle)
Le cinéma vecteur d’influence culturelle -Par Nicolas Mazzucchi
http://www.polemos.fr/2011/02/le-cinema-vecteur-d%E2%80%99influence-culturelle/

Le Cinéma américain à l’assaut du monde - Zachary Louis

http://iletaitunefoislecinema.com/memoire/2196/le-cinema-americain-a-lassaut-du-monde

Le cinéma américain, une histoire d'influence

http://www.paperblog.fr/587068/le-cinema-americain-une-histoire-d-influence/
Hollywood, faiseur d'Histoire - Etienne Augé
http://www.slate.fr/story/40661/hollywood-transformers-x-men-histoire-propagande
CIA Pitches Scripts to Hollywood - By Mark Riffee
http://www.wired.com/dangerroom/2011/09/cia-pitches-hollywood/

Le précédent des accords Blum-Byrnes - Geneviève Sellier, novembre 1993

http://www.monde-diplomatique.fr/1993/11/SELLIER/45748
Négociation et signature des accord Blum-Byrnes d’après les archives du ministère des affaires étrangères – http://www.jstor.org/pss/20529089

L’État français à la recherche d’une "politique culturelle" du cinéma : de son invention à sa dissolution gestionnaire -par Jean-Marc Vernier

http://lexception.rezo.net/article159.html

L'exercice du Soft Power US en France depuis 1945 dans l’émission « La fabrique de l’histoire » sur France Culture

Le cinéma du Plan Marshall – 5 janvier 2011
Le Congrès pour la liberté de la Culture 1950-1975- 6 janvier 2011
L'accord Blum-Byrnes – 7 janvier 2011
Les fondations philanthropiques américaines en France – 8 janvier 2011
http://www.theatrum-belli.com/archive/2011/01/07/france-culture-histoire-du-soft-power.html
Le cinéma européen existe, il est américain – Entretien avec Frédéric Sojcher
http://cinema.fluctuat.net/frederic-sojcher/interviews/13123-Entretien-avec-Frederic-Sojcher.html
Comment nous sommes tous devenus américains- film franco-belge de Joachim
Fritz-Vannahme et Sergio Ghizzardi (2007), produit par la RTBF, Seppia, Néon Rouge et Arte


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Infoguerre 2399 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines