Magazine Cinéma

L'Anneau Sacré

Publié le 19 décembre 2011 par Olivier Walmacq

lanneau-sacr

Genre: heroic Fantasy/tragédie

Année: 2004

Durée: 3 heures

Réalisateur: Uli Edel

Résumé: En Angleterre,le royaume de Burgund doit faire face à un mal puissant,le dragon Fafnir.Pour prouver son courage et obtenir l'or du que le roi a promis,Siegfried,un forgeron,se promet de tuer le dragon.Après avoir accomplis sa tâche,il découvre que le dragon cachait le trésor des Nibelungs,ancienne race naine.Parmis tout ces trésors se trouve un anneau maléfique qui fait reveler deux des plus bas instincts de l'être humain,la cupidité et la jalousie.Siegfried s'empare de l'anneau et ne se doute pas qu'un complot se prépare derrière son dos...

La critique de Duncan:

Alors, je fais la critique de ce film pour pas mal de raisons. Déjà, pour expliquer à quelqu'un que ce n'est pas une copie de la saga Le Seigneur des anneaux. Deuxièmement, parce que le film passe bientôt à la TV (21 décembre sur Nt1) et j'en fais la publicité. Et pour finir, parce que j'en ai un peu marre de faire des critiques de films asiatiques qui n'interessent personnes, que je suis trop occupé pour visionner de nouveaux trucs et que je deviens un vieux con aigri maintenant que j'ai passé la majorité (je vous jure, c'est violent et c'est pas le moment de faire la critique de 300).

Mais passons, qu'est ce que L'anneau sacré ? Et bien, c'est l'adaptation de la légende nordique du XVème siècle, L'anneau du Nibelipung, la tragédie (ah oui, c'est tragique) qui d'un gars qui trouve un anneau qui rend fou.
Inutile de preciser que Tolkien a piqué l'idée principale pour sa trilogie de romans pompeuse.

Ce tvfilm, divisé en 2 parties bien distinctes, demeure assez fidèle à la légende, mis a part une ou deux différences (dans la légende, les nains n'ont pas complètement disparu). Mais rien d'alarmant sinon, mais commençons par le début.
La première partie est assez axée heroic fantasy avec plein d'épées magiques, un dragon, un forgeron totalement niais qui va devenir Prince, des nains et du sexe vachement gratuit avec Kristanna Loken à poil (chic !).

La musique est très belle, les personnages sont attachants, les décors magnifiques et le casting bien trouvé avec pleins de bons acteurs (Benno Fürmann, Max Von Sidow, Robert Pattinson et donc Kristanna Loken).
En fait, il y a très peu de sfx, et heureusement, car le combat contre le dragon n'est pas terrible. Passons vite sur cette première partie, excellente mais qui ne sert que de transition à la formidable seconde partie.

Dans cette même seconde partie, la quasi totalité du film se passe dans l'enceinte d'une forteresse. Siegfried est devenu prince, mais le Jarl et son écuyer complotent contre lui. Pourquoi ? Tout simplement à cause de l'anneau, qui les manipule même si intérieurement, c'est quand même un peu des salopards.
Le Jarl à peur que Siegfried prenne sa place et l'écuyer est amoureux de la femme de ce dernier, qui était son épouse dans le passé (pas Siegfried, la femme de ce dernier, hein).

Cette seconde partie est littéralement un huis clos, au suspense qui va crescendo et qui va conduire à une véritable tragedie grecque.
Vous connaissez Hamlet ? Et bien, c'est la même chose. Attention, SPOILERS ! (à ne pas lire si vous voulez voir le film mercredi 21 décembre sur nt1).
Les comploteurs assassinent Siegfried, le fauconnier (Robert Pattinson, pas mauvais) et la femme de Siegried (Alicia Witt) découvrent le complot, les comploteurs s'entretuent, les deux meurent. Et pour finir en beauté, la femme de Siegfried se suicide en se plantant une épée dans le bide sur le bateau où Siegfried est brûlé pour ses funérailles.
Hein, que c'est joyeux ?

Il est clair qu'il ne faut pas voir L'anneau sacré comme un film d'heroic fantasy au risque d'être très déçu, voir carrément dégouté.
Mais vu comme un tragédie, c'est une excellente surprise, assez méconnue je pense. Un excellent tvfilm qui, après une première partie un peu longuette (1h40), prend toute son ampleur dans une seconde partie superbe et maîtrisée malgré un Benno Fürmann un peu fadasse et un peu monolithique.
Ah j'oublais... A noter une excellente chanson du groupe (un peu naze par ailleurs) Within Temptation.
Á noter aussi une excellente édition prestige, avec un documentaire passionnant sur La légende du Nibelung,l a présentation de ses personnages et tout le toutim. Vous savez maintenant ce qui vous reste à faire mercredi 21 décembre: regardez L'anneau sacré !

Note: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines