Magazine Bons plans

LA DAME AUX CAMÉLIAS -21% : Texte d’Alexandre Dumas mis en scène par Frank Castorf à l’Odéon-théâtre de l’Europe

Publié le 19 décembre 2011 par Mmorillion

Texte d’Alexandre Dumas fils
Mis en scène par Frank Castorf

Avec
Jeanne Balibar, Jean-François Perrier, Ruth Rosenfeld, Claire Sermonne, Vladislav Galard…

LA DAME AUX CAMÉLIAS -21% : Texte d’Alexandre Dumas mis en scène par Frank Castorf à l’Odéon-théâtre de l’Europe
L’offre : 19€ au lieu de 24€ pour la Dame aux camélias à l’Odéon-théâtre de l’Europe le mardi 31 janvier à 20h, places en 2ème catégorie.

Castorf, n’a pas son pareil pour revisiter les classiques et en tirer les dissonances les plus provocatrices. Par quel biais va-t-il donc approcher la légendaire Marguerite Gautier ? Son histoire, dès l’origine, n’a cessé d’être reprise, retravaillée : Alexandre Dumas fils lui-même revoit et corrige son texte de 1848, puis en signe l’adaptation théâtrale en 1852 ; un an plus tard, c’est la création de La Traviata à la Fenice de Venise, mais c’est à partir de mai 1854 que Marguerite, devenue Violetta par la grâce de Piave et Verdi, devient définitivement un mythe (auquel Barthes consacre d’ailleurs quelques pages de ses Mythologies). Chemin faisant, son triste destin a perdu en charge provocatrice ce qu’il a peut-être gagné en délicatesse lyrique.

Mais Castorf s’intéresse davantage à la version première, romanesque, et aux dimensions sociales d’une intrigue où éclate insolemment la liberté d’une femme se moquant de la morale, dominant ses partenaires, revendiquant son indépendance – bref, menaçant l’ordre établi et ses piliers que sont la famille et la loi patriarcales. Ce n’est donc pas le mélodrame, mais le roman qui fournira à Frank Castorf son matériau de base, et qui lui permettra de rendre à Marguerite, par delà La Traviata, toute sa troublante et dangereuse puissance critique.

Castorf est un ironiste versatile et engagé. L’enfant terrible de la RDA, qui a grandi au rythme de la contre- culture rock américaine et des films de Fellini, Godard, Wajda, Truffaut ou Kubrick, s’est distingué dès ses premiers spectacles : jugés incorrects par la censure, ils sont retirés de l’affiche.

« Castorf se contrefiche de plaire. Il lui importe surtout de stimuler le débat intellectuel.«  Télérama


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mmorillion 1563 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte