Magazine Concerts & Festivals

Hier soir, folie au Gibus pour la carte blanche des blogs (Gibus Calling 19.12.2011)

Publié le 20 décembre 2011 par Notsoblonde @BlogDeLaBlonde

gibus-calling-16.jpg

Ca faisait un petit moment que c'était calé. La date en tout cas. La programmation a suivi. Quand on nous a proposé ça, il faut dire qu'avec Swann et Florent, on a tout de suite était emballés. Une carte blanche au Gibus tout juste rénové, c'était parfait.

L'idée était simple et se trouvait être dans la continuité de ce que nous faisons chacun de notre côté sur nos blogs : mettre en avant des coups de coeur musicaux afin de les faire partager au plus grand nombre. Tous les trois nous partageons le sentiment que le live est la forme d'expression la plus émouvante de la musique, que c'est le moment où elle devient "vivante" et ce projet de planifier un concert réunissant 5 talents qui nous sont chers, c'était juste comme un cadeau précieux qui nous aurait été fait un peu en avance sur la date de Noël. Si peu d'ailleurs...

Nous avons donc préparé ensemble une liste d'artistes, soumise à Muriel, qui a magistralement géré les soirées Gibus Calling depuis que le projet a été mis sur pied, qui s'est occupée de vérifier auprès des groupes qu'ils étaient disponibles le moment souhaité et voilà. Le grand soir a fini par arriver.

Les invitations étaient lancées. Pas mal de retours sur l'air du "ah nan j'peux pas j'ai d'autres trucs de prévus" et surtout "oh bah non c'est juste avant Noël attends je serai loin déjà à ce moment là". Petite appréhension : Et s'il n'y avait personne ce soir là? 

Lundi 19, j'arrive en milieu d'après midi au gibus. Les groupes balancent les uns après les autres. Ambiance studieuse. Plutôt sérieuse.

Sur place je retrouve Swann, Marine qui est là pour nous faire de superbes photos que tu retrouveras bientôt (en plus d'être absolument charmante, elle a un talent fou!) et Florent qui nous fait rêver en nous racontant ses aventures aux States pendant un voyage "professionnel" (excusez du peu) au cours duquel il avait pour tâche de suivre de près (et de filmer, il n'était pas embauché en tant que bodyguard non plus) Cody Simpson, jeune (très très jeune) talent ricain qui fait le buzz outre-Atlantique.

Repas. On s'amuse de la série de grogs ingurgités par Patrick aka The Accident. Et hop :  c'est le grand moment, faut y aller, c'est parti!

Sur place, joie insensée de retrouver tout un tas de mordus de musique parmi lesquels Estelle de Chronik Music, Benjamin du Transistor, Alice de The Post-It Interview qui en plus de m'avoir accompagnée sur d'improbables chorégraphies improvisées en fin de soirée nous avait concocté sa spécialité de cannelés maison devant lesquels j'avais déjà eu l'occasion de me pâmer (encore merci à elle pour ce petit morceau de bonheur-qui-se-mange), Louise des Francofolies de La Rochelle, Adrien de la team Ricard SA Live Music, les Twin Twin débordants d'énergie, Owlle tout juste auréolée de sa victoire à l'édition 2011 du concours des Inrocks Lab et tous les autres qui ont partagé avec nous les moments forts en émotion du soir. Parmi eux des lecteurs du blog que je n'avais encore jamais eu l'occasion de rencontrer IRL. Chacun des échanges du soir a été un plaisir particulier. Voir se matérialiser au travers de visages le fait que l'on peut toucher quelques personnes en publiant de temps en temps sur le net et que l'on arrive à faire découvrir à quelques uns des musiciens que l'on aime c'est quelque chose d'assez incroyable je te promets. J'ai été très touchée. Merci donc à ceux qui ont pris la peine de venir me voir et de discuter. Merci, merci, merci, merci.

gibus-calling-5.jpg

Ouverture de la soirée avec Patrick Biyik aka The Accident. Naviguant entre trip hop et hip-hop, l'artiste qui se produit désormais en duo dégage une énergie communicative et montre qu'il maitrise les fondamentaux des influences qu'il revendique tout en les personnalisant suffisamment pour se bricoler sa propre musique. Ayant pour lui un sens de la scène évident, il chauffe la salle en l'espace de quelques titres et termine sous les acclamations du public. Dès le premier plateau, le ton de la soirée est donné : l'ambiance sera survoltée.

gibus-calling-7.jpg


Kid With No Eyes s'installe ensuite. Duo là encore, deux Clément(s?) sur scène pour interpréter des titres chantés tantôt en français tantôt en anglais avec une constante : une qualité d'écriture certaine servie par une voix chaude et doucement éraillée. Une de ces voix qui me colle le frisson, d'ailleurs ça ne manque pas. Arrangements soignés et variés :  de la douceur de la folk "classique" à l'énergie des sonorités plus rock, le kid emporte ceux qui l'écoutent. Envoûtant.

gibus-calling-9.jpg

Voici venu le moment de monter sur scène pour mes petits pingouins : les What About Penguins. Changement de line up depuis la dernière fois, le batteur a été remplacé. La nouvelle équipe se lâche dès les premières secondes et envoie des morceaux pop-rock ultra efficaces qui ne tardent pas à faire bouger la salle. Les nouveaux titres sont électrifiants. Emballant.


gibus-calling-11.jpg

On les attendait depuis un moment. Ils manquaient un peu à Paris. You and You signait son grand retour sur les scènes parisiennes hier soir. Et on était franchement contentes que ce soi "chez nous" (l'espace d'un soir, on se figure que le Gibus tait un peu notre chez-nous). Parce que ce groupe on y est étroitement attachées avec Swann. Nous nous sommes rencontrées par hasard sur un de leurs concerts. Toutes deux émues. Bref échange de regards mouillés.

Puis on s'est recroisées sur une autre de leurs dates. C'était il y a deux ans bientôt.Nous traversions toutes deux une période compliquée, cette musique là nous a aidées. Pansement musical. Nous nous sommes parlées. Nous avons commencé à bloguer. La suite de l'histoire tu la connais.

Alors ce soir, le set de You and You pour "notre" soirée a une saveur un peu particulière. La line up a changé, seul le bassiste Samuel est toujours là, aux côtés de Félix. Apparition d'un clavier. 


Vrai plaisir que de retrouver le groupe et nos morceaux chouchous que l'on reprend en choeur (forcément, on les connait tous par coeur), d'assister au retour du banjo et de découvrir la nouvelle version du groupe. Très beau moment pour lequel la salle est vraiment comble et particulièrement enthousiaste. Plaisir partagé.

gibus-calling-14.jpg

Pour terminer la soirée c'est Cyril Mokaiesh qui nous a fait le plaisir d'accepter l'invitation. J'ai reçu quelques messages me demandant si l'annonce de sa présence pour une soirée gratuite à Paris était un fake ou pas (j'ai bien sûr attesté de sa présence ce soir là) et j'ai aussi reçu beaucoup de messages me demandant si Camelia Jordana serait présente. J'avoue que je ne comprends pas trop. A ces derniers j'ai répondu qu'elle n'était pas planifiée et qu'il n'en avait jamais été question mais je crois qu'un petit groupe de fans a peut être cru à l'intox concernant la présence de l'artiste à l'avant dernière soirée Gibus Calling. Toujours est il que, mais l'horaire très tardif de passage n'aide pas, la salle s'est légèrement dépeuplée pour celui qui est notre tête d'affiche du soir. Qu'importe, il y a malgré tout encore du monde et puis la qualité de ceux qui restent permettra de finir en beauté. Comme chaque fois je suis époustouflée par la performance live de l'artiste qui incarne comme peu d'autres aujourd'hui ses textes sur scène et dont la complicité avec ses musiciens est presque palpable. Textes puissants, défendus avec conviction:  Superbe set, parfaitement relevé sur lequel nous sommes plusieurs à danser. 

Quand la soirée se termine et que les lumières se rallument, on convient avec Swann que c'était parfait. D'ailleurs c'est vrai, tiens, y'avait même une princesse dans le public. Une vraie. Sans bague. Clotilde Coureau était là. Comme on est des filles bien élevées on n'est pas allées lui crier notre admiration (je l'avais tellement appréciée sur scène dans Irma La Douce il y a longtemps, certes, maintenant) mais on a remarqué quand même qu'il y avait une VRAIE princesse dans le public (elle est mariée au prince de Savoie ce qui en fait une vraie princesse si tu ne suis pas mon délire depuis quelques mots déjà...)(c'était la minute people)(Pardon).

Bientôt d'autres photos de la soirée et un petit montage vidéo mais là je vais attaquer une espèce de trève des confiseurs électronique, un peu décalée par rapport à la date officielle mais voilà. Ca viendra plus tard donc. Mais c'est bien, ça permettra de retrouver un peu du bonheur de ce soir là étalé sur une longue période. Faut le voir comme ça.

(Si tu te demandes pourquoi ce report est publié à cette heure-ci dis toi que c'est parce que je n'arrivais pas à trouver le sommeil. Comme quoi l'émotion n'était pas feinte. Ca m'a un peu retournée cette affaire. C'était TELLEMENT bien!)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Notsoblonde 14722 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte