Magazine Culture

Le deuil et l’oubli de John HARVEY

Par Lecturissime

deuil-et-oubli.jpg

♥ ♥

L’auteur :

Né à Londres, John Harvey a longtemps vécu à Nottingham qui lui a inspiré le cycle de l’inspecteur Charlie Resnick. Il est l’auteur d’une oeuvre importante couronnée en 2007 par le prestigieux "Diamond Dagger".

L’histoire :

Eté 1995, Cornouailles. Malgré le temps incertain Heather et Kelly partent se baigner. L’obscurité tombe rapidement, le brouillard s’épaissit et les deux adolescentes ne reviennent pas. Après une nuit de recherches, on retrouve Kelly prostrée et traumatisée. Quant à Heather, son corps est découvert dans une usine désaffectée le long de la côte. La thèse de l’accident est retenue mais le doute continue de planer.

Quatorze ans plus tard, la mère de Heather, Ruth, a refait sa vie avec un autre homme. Elle a eu une autre fille, Beatrice, qui a maintenant dix ans. Elle croit avoir tourné la page quand Beatrice disparaît à son tour. C’est comme si le cauchemar recommençait...

Chargés de l’enquête, les deux policiers Will Grayson et Helen Walker vont s’apercevoir que la folie et le crime ne sont pas toujours là où on les attend.

Ce que j’ai aimé :

-   Le thème du deuil est ici abordé finement à travers le destin de cette mère de famille qui a perdu sa fille de dix ans et qui essaie de se reconstruire au sein d’un nouveau foyer. Mais l’oubli est-il possible ? Est-il souhaitable ? Ne serait-ce pas trahir que de ne pas se souvenir ?

Ce que j’ai moins aimé :

-   La construction de ce roman est assez particulière puisque l’intrigue entremêle plusieurs fils liés à des disparitions d’enfants. Le lecteur ne saisit pas bien les relations entre les différentes histoires et finit par s’y perdre…

-   Quelques longueurs liées à des répétitions alourdissent le récit.

-   Les relations de chat et souris entre les deux héros ont fini par me lasser…

Premières phrases :

« Ruth pose sa tasse, traverse la pièce et ouvre un tiroir. Le sol de la cuisine lui paraît froid, malgré ses chaussons. Février. A sept heures ce matin, quand elle était sortie la première fois, il faisait encore nuit. »

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : De chair et de sang de John HARVEY

Autre : Quand viennent les cyclones de Anita NAIR

D’autres avis :

Télérama

Le deuil et l’oubli, John Harvey, traduit de l’anglais par Fabienne Duvigneau, Rivages Thriller, 2011, 445 p., 22 euros

dialogues-croises.png


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecturissime 4403 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines