Magazine Culture

Notes sur la création : Yves di Manno

Par Florence Trocmé

Réinscrire le poème dans l’orbe de la Cité, c’est-à-dire le repenser sous l’angle communautaire plutôt qu’individualiste, en tenant compte de la désintégration métrique et du pourrissement des sociétés qui ont caractérisé ce dernier demi-siècle – tel me paraît être l’enjeu primordial du travail qui nous attend. Ce qui implique à tout le moins une redéfinition de la finalité du poème, et de son inévitable illisibilité – non certes en vue d’une utopique « démocratisation » de l’écriture (en termes d’échange, la langue la plus commune sera toujours la plus privée), mais pour tenter de retrouver le sens d’un acte dénué de valeur s’il ne vise pas à un certain partage – des ténèbres troués d’éclairs où nous progressons à tâtons. Or combien sommes-nous, toutes générations confondues, pour souscrire en cette fin de siècle à de telles préoccupations ? Qu’aperçoit-on dans ce qui se donne aujourd’hui à lire comme poème, participant de fait à cette critique active du réel sans quoi il me paraît bien vain d’avancer l’ombre émerveillée d’un vers – sauf à se contenter d’une plate ambition littéraire qui certes a rarement manqué d’adeptes, de nos plus médiocres à nos plus talentueux artisans ? 
 
Yves di Manno, endquote, Flammarion, 1999 (pp.180-181) 
[Choix de Jean-Pascal Dubost]



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18612 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines