Magazine Culture

And there's affection to rent

Publié le 02 janvier 2012 par Clandestines

 

tumblr_lp6thme7Gi1qzzyclo1_500.jpg

The Last Shadow Puppets

Leur histoire avait commencé en 2007 pour être rendue publique l'année suivante. Ils débarquaient de nulle part réellement. Side project aux allures de retour à une époque qu'ils n'avaient pas connue: les sixties. On se souvient des débats bien communs qui frappaient un peu partout: est ce que The Age of the Understatement est un 3ème album des Arctic Monkeys?  Est ce que Miles Kane profite d'une notoriété garantie par le leader de la jeunesse anglaise pour se faire une promo Rascals? 

Par ici, on a toujours eu foi dans les capacités de Kane, encore plus dans celles de Turner. Pourtant, cet album aurait pu être un échec parce qu'ils avaient vu bien grand. Ils déclaraient être inspirés par Scott Walker, étaient produits par James Ford et Owen Palett et louaient les services d'un orchestre pour leurs prestations live. Cet album aurait pu être un échec; il aurait pu dévoiler une trop grande prétention, il aurait pu être une sorte de pastiche de ce qui les inspirait, il aurait pu sonner faux, trop catchy et finalement imbuvable. 

Mais c'était sans compter sur l'existence d'une signature Last Shadow Puppets. Une brit pop dite baroque remise au goût du jour par deux grands ados amoureux. Les ballades sont hyper mélodiques et parfaitement bien menées grâce à des compositions toujours très maîtrisées. Une simple écoute de l'album révèle des références autrement plus anciennes et - disons le franchement - plus prestigieuses que pour les albums des Arctic Monkeys (ou même des Little Flames d'ailleurs). Et puis les voix; similaires mais totalement distinguables qui se répondent dans une netteté et une harmonie extrêmement réfléchies. La qualité principale de cet album? Le travail. On sent bien que chaque seconde de chaque chanson est le fruit d'une réfléxion de chaque instant. La qualité principale de ce groupe? Tout le monde le sait, c'est l'amour qu'ils ont l'un pour l'autre. 

Mais alors que deviennent-ils? Depuis cette époque bennie, Alex Turner a accouché de deux albums avec ses Arctic Monkeys tandis que Miles Kane a plutôt avorté d'un groupe et a décidé de faire un album tout seul. Et on fait cet article parce qu'on est à la recherche de réponses. On attend, très sérieusement. On s'impatiente. En fait, on aimerait bien les voir en festival cet été.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clandestines 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines