Magazine Cinéma

Pour Qui Sonne Le Glas

Publié le 02 janvier 2012 par Olivier Walmacq

Pour-qui-sonne-le-glas-For-Whom-the-Bell-Tolls-1943-1

genre: drame
année: 1943
durée: 2h50

l'histoire: Venu combattre aux côtés des Républicains lors de la Guerre d'Espagne, l'américain Robert Jordan est chargé de faire sauter en Castille un pont défendu par les fascistes. Il tombe amoureux de Maria, une des résistantes du groupe.

la critique d'Alice In Oliver:

Attention, grand classique du cinéma ! J'ai nommé Pour Qui Sonne Le Glas, réalisé par Sam Wood en 1943, qui est l'adaptation éponyme d'un célèbre roman d'Ernest Hemingway. La caméra de Sam Wood nous plonge en pleine Guerre d'Espagne.
Attention, SPOILERS ! Un américain, Robert Jordan (Gary Cooper) est venu se joindre à la Résistance pour accomplir une mission périlleuse: faire sauter un pont défendu par les fascistes.

pour-qui-sonne-le-glas-1943-8760-1814049112

Avant toute chose, pour Robert Jordan et ses nouveaux amis, il est nécessaire d'organiser une telle mission. Mais l'américain tombe amoureux de la belle Maria (Ingrid Bergman). A partir de ces différents éléments, Sam Wood plante le décor, ses différents enjeux et thématiques. Ici, c'est la notion de sacrifice qui domine.
Clairement, Robert Jordan et sa troupe savent qu'ils risquent la mort.

En même temps, un tel combat en vaut la chandelle. Paradoxalement, Robert et la Résistance savent également qu'ils n'y survivront pas.
Tout du moins, il y a peu d'espoir pour qu'ils s'en sortent vivants. Tel est le message annoncé d'entrée de jeu par le générique du film, telles les cloches qui sonnent pour marquer la tragédie et la fatalité.

Pour-qui-sonne-le-glas-For-Whom-the-Bell-Tolls-1943-3

Oui, l'air de rien, Pour Qui Sonne le Glas est un drame plus complexe qu'il n'y paraît. C'est limite une tragédie shakespearienne, notamment à travers l'idylle entre Robert et Maria. Sam Wood en profite alors pour magnifier le couple à l'écran.
D'ailleurs, Gary Cooper et Ingrid Bergman vampirisent (façon de parler...) totalement l'écran. C'est indéniablement le couple vedette du film.

pour_qui_sonne_le_glas_affiche_hemingway

Mais cette histoire d'amour est condamnée à l'avance. Ce que nous rappelleront les cloches à la fin du film.
Voilà une façon comme une autre d'aborder les thématiques de la mort, de la vie, du sacrifice et de la camaraderie au nom d'un combat contre le mal absolu: le fascisme. Toutefois, Sam Wood a le mérite de se concentrer sur d'autres personnages secondaires hauts en couleurs.
Par exemple, comment ne pas citer Pilar, une vieille femme courageuse, incarnée par Katina Paxinou ? D'ailleurs, l'interprète recevra l'oscar de la meilleure actrice pour un second rôle. Immense film, tout simplement !

Note: 19/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines