Magazine Culture

Au Figaro, on n’est pas démago

Publié le 02 janvier 2012 par Davidme

Au Figaro, on n’est pas démago Chaque année commence toujours pas la lecture rafraîchissante des vœux de Serge Dassault publiés comme le veut la tradition en Une du Figaro, son journal.
Cette année le bon docteur Serge a décidé de s'attaquer à la démagogie (toujours socialiste) et de dresser la liste des mesures qui, selon lui, revivifieraient l'économie française.
Et là c'est un florilège...Voyez plutôt :
- "La cause principale de nos difficultés financières vient de nous-mêmes, de la mauvaise gestion financière de nos budgets depuis Mitterrand et de tous les gouvernements, de droite ou de gauche, qui se sont succédé depuis."

- "Ce ne seront jamais les socialistes qui réduiront nos dépenses et supprimeront les 35 heures. Celles ci nous coûtent plus de 20 milliards par an en allégement de charges, que nous ne pouvons plus payer."

Et le propriétaire du Figaro d'égréner les mesures indispensables au redressement de la France. Là on se pince pour ne pas rire devant tant d'orthodoxie néolibérale bête et méchante, voire même démagogique...C'est dire.
- "réduire le déficit budgétaire en supprimant toutes les aides à l'emploi, qui ne servent à créer aucun nouveau poste" ;
- arrêter de mettre des limites à tous les emplois intérimaires ou CDD. "La seule garantie de l'emploi est la charge de travail et la compétitivité" écrit Sergio le gourou.

- supprimer totalement l'ISF, "avec amnistie générale", ce qui permettrait à tous ceux qui sont partis de revenir pour investir en France. "Faire payer les riches ne fait qu'appauvrir l'économie et quand ils seront tous partis (...) on sera devenu une économie communiste". C'est beau comme du Milton Friedman dans le texte.

Là, cher lecteur, je te sens inquiet. Serge pourquoi n'as tu pas préconisé la fin des 35H ?

Au Figaro, on n’est pas démago
vous demandez vous fébrilement...Patience, j'ai gardé le meilleur pour la fin. Bien sûr que le bon docteur Serge nous parle des 35 h. "Pour retrouver les conditions de la croissance, il faut travailler plus et revenir immédiatement aux 39 heures légales", écrit-il avant de nous offrir une petite cerise sur le gâteau. "En plus des 39 H, il faudra réduire nos charges sur salaires en supprimant les charges de financement de la Sécurité sociale". Forcément, bande d'assistés !

En clair le message subliminal du texte sublime du grand docteur : Sus aux pauvres et gloire aux riches, ces 10 000 pauvres gens partis investir ailleurs...

La conclusion s'imposait alors d'elle-même : "Seul celui qui ne s'est pas encore déclaré, parce que encore Président, sera crédible. Lui seul pourra sauver la France et les Français de la faillite", Sarko défends-nous !!!!

J'arrête ici. Vos zygomatiques doivent déjà être douloureux. Devant un humour aussi décapant, Stéphane Guillon n'a qu'à bien se tenir. Je propose que Serge Dassault fasse prochainement un spectacle en live. Il pourrait s'intituler : "Salauds de pauvres !"


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Davidme 125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines