Magazine Cinéma

Wall Street, L'Argent Ne Dort Jamais

Publié le 02 janvier 2012 par Olivier Walmacq

Wall Street, L'Argent Ne Dort Jamais

Genre: suite mitigée.

Durée:2h16.

Année:2010.

L'histoire: Après 8 ans de prison, Gordon Gekko finit par sortir de prison, en 2001, sans personne pour venir le chercher. 2008. Jake Moore, jeune trader et fiancé de Winnie Gekko, veut venger la mort de son mentor et patron, s'étant suicidé, suite aux chutes libres de sa banque. Pour cela, il décide de faire appel à son beau père...

La critique de Borat

Comme je l'ai dit hier, Gordon Gekko, le requin de la finance de Wall Street, est devenu une icone pour les traders, toujours avides de fric facile (Jerôme Kerviel, avec la Société Générale, est un beau cas).
Un fait assez grave, qui ménera au crash boursier d'il y a 3 ans. Ca s'est calmé depuis, mais c'est toujours le bordel dans les finances mondiales.
C'est grâce à cela qu'Oliver Stone s'est mis à cogiter sur une suite à son film culte. Sauf que le cinéaste très virulent et critiqueur d'autrefois, est devenu peu à peu l'ombre de lui même. On l'a vu notamment avec cette bouse de World Trade Center, purement patriotique et guimauve.

Après un passage remarqué au dernier Festival de Cannes, Wall Street 2: L'argent ne dort jamais finit par montrer le bout de son nez.
Les critiques sont assez assassines et je m'attendais à une daube. Les recettes du week end dernier n'ont pas été très bonnes non plus, démarrant à 19 millions de $ pour un budget de... 70.
Finalement, ce n'est pas un mauvais film et heureusement. On retrouve Michael Douglas (qui se fait de plus en plus rare et pas très en forme en ce moment), Shia LaBeouf (décidemment partout), Carey Mulligan, Josh Brolin, Frank Langella, Eli Wallach, Susan Sarandon, Vanessa Ferlito et même Charlie Sheen dans un caméo amusant.

Comme je le disais, on est loin du désastre industriel annoncé. Mais ce n'est pas non plus un grand film. Wall Street 2 serait plus dans la case "mitigée" et "aussitôt vu, aussitôt oublié". Tout d'abord, le film est trop long.
Par moments, le temps peut paraître très lent. Ensuite, Stone fait beaucoup de plans inutiles et il y en a pas mal.
Notamment ceux de buildings qui filent l'overdose au bout d'un moment. Ou encore dans les effets de foule totalement inutiles.
Je pense principalement à la conférence de Gekko, où on voit plus le public que le bonhomme qui est devant.

Sans compter beaucoup de travelings improbables, toujours de buildings par ailleurs (décidemment, Stone doit se shooter à ça).
Après, certains personnages sont sous employés, comme ceux de Brolin, beaucoup trop caricatural; et Sarandon, très peu utilisée, malgré un point de vue intéressant.
Et pour cause, elle est complètement ruinée et taxe son fils de trader. On peut également rajouter un happy end poussif au possible et improbable dans un film pareil.
Mais Wall Street 2 a aussi de bons points. Les acteurs sont assez bons dans l'ensemble.

LaBeouf montre enfin un semblant de talent, déjà un peu visible dans le dernier Indiana Jones. Il est assez convainquant en trader également.
Douglas est toujours aussi bon, dans le rôle qui l'a oscarisé, toujours aussi hypocrite et aux répliques cyniques qui font mouche.
La musique est pas mal dans son ensemble. Stone utilise à merveilles les séquences avec les buildings, ajoutant dessus des frises de finances. Procédé intéressant.
Cette suite est inférieure à son prédécesseur, mais n'est pas la bouse qu'une certaine presse a désigné.

Une suite mitigée, avec autant de qualités que de défauts. Bof quoi.

Note:10/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines