Magazine Médias

The Slap [Mini-série]

Publié le 03 janvier 2012 par Lulla

6a00e0097e4e6888330154358ad4c1970c_800wi

8 épisodes // 900 000 tlsp. en moyenne

44030377

What About ?

Les répercussions d’une claque donnée par un adulte à un enfant -qui n'est pas le sien- lors d’un barbecue entre amis. Chaque épisode suit le quotidien bouleversé de l'un des témoins de la scène...

Who's Who ?

Adaptée de l'oeuvre de Christos Tsiolkas. Avec Jonathan LaPaglia (Sept jours pour agir, Cold Case), Melissa George (Alias, Grey's Anatomy, In Treatment), Alex Dimitriades (Hartley Coeurs A Vif, Underbelly), Sophie Okonedo (Doctor Who), Essie Davis, Sophie Lowe, Blake Davis...

So What ?

TheSlap2
 
vlcsnap_2012_01_01_21h13m42s77

   Il fut une époque, dans ma prime jeunesse, où je regardais énormément de séries australiennes car le pays des kangourous en produisait beaucoup pour les ados et de très efficaces, et il se trouve que la France les diffusait. Je ne peux évidemment pas ne pas citer Hartley Coeurs A Vif, le rendez-vous incontournable des fins d'après-midi sur France 2 après le collège, mais je pense aussi à Océane, Les maîtres des sortilèges, Chasseurs d'étoiles, Les Nomades du futur et bien d'autres. Bref, je crois que la dernière série australienne que j'ai suivi -et même pas en intégralité- c'était Nos Vies Secrètes, brièvement diffusée sur Canal + un été, en clair. Autant dire que j'étais très heureux de renouer avec ce beau et lointain pays à travers The Slap, un drama de grande qualité avec une distribution formidable comprenant, entre autres, Jonathan LaPaglia, extrêmement juste, sexy et charismatique; Melissa George, une vraie bonne actrice sous-estimée; et Alex Dimitriades, qui n'est autre que le boxeur Nick au destin tragique de Hartley ! Le monsieur a veilli et ça fait un choc de le retrouver après tant d'années. Il a d'ailleurs ici LE rôle : celui qui est à l'origine de la fameuse claque...

   Reprenant un schéma comparable à Skins, en s'intéressant donc plus particulièrement à l'un des protagonistes du groupe à chaque épisode mais en y ajoutant de temps en temps les commentaires pertinents d'un narrateur omniscient, The Slap parvient à nous brosser les portraits fins et subtils de héros complexes et très différents les uns des autres, appartenant tous -ou presque- à la classe moyenne australienne dans toute sa diversité. La culture grecque prend cependant une place plus importante, en partie grâce aux origines de l'auteur du roman dont la série est adapté. Les grecs sont un peu aux australiens ce que les pakistanais sont aux anglais de toute façon : une minorité majoritaire ! L'esprit de famille propre aux populations méditérranéennes, ainsi que ses croyances et ses traditions sont présentés sans complaisance, avec poésie parfois mais avec une certaine dureté aussi car le poids de cette culture est parfois trop lourd pour les jeunes générations. En cela, l'épisode consacré au patriarche Manolis était très intéressant. C'est sans doute celui qui paraissait le plus déconnecté de la grande histoire de la série, celui aussi qui était au final le plus ennuyeux, mais il était traversé d'une magnifique nostalgie et il s'en est dégagé beaucoup de tendresse ainsi qu'une vision de la vieillesse terriblement juste. Le temps qui passe était aussi le thème central de l'épisode consacré à Anouk, à la fois à travers sa mère mourante, sa quête d'un compagnon plus jeune qu'elle et ses questionnements sur la maternité. Il m'avait beaucoup plu lors de son visionnage, j'avais trouvé le personnage extrêmement fort. Son positionnement vis à vis de la claque était d'ailleurs très intéressant puisqu'elle allait en quelque sorte à contre-courant des autres. Et il se trouve que je partageais son point de vue. Comme l'affiche de la série le dit, il s'agit pour le téléspectateur de choisir son camp et la tâche est plus compliquée qu'il n'y parait au fur et à mesure de notre rencontre avec les divers protagonistes. C'est tout ce qui fait la richesse du récit et son intérêt au-delà du "simple" plaisir dramatique. The Slap est capable de soulever un débat. Combien de série y parvienne (si tant est qu'elles essayent) ? Mais pour en revenir à Anouk, je regrette simplement que son rôle ait été si effacé par la suite. C'est un des rares reproches que je puisse formuler aux auteurs.

vlcsnap_2012_01_01_15h25m43s180
 
ep3_harry_640

    Si je devais ne retenir qu'un épisode de la série, ce serait sans doute le premier. Il n'était pas forcément mieux écrit que les autres mais la réalisation y était tellement inspirée et Jonathan LaPaglia si magnétique -une vraie surprise pour moi qui le considérait un peu comme un raté- qu'il s'en dégageait une atmosphère absolument envoûtante. Presque un choc émotionnel en somme. Et puis il y avait cette montée en puissance jusqu'au moment tant attendu de la claque... Non vraiment, une grande réussite. L'épisode de Harry n'était pas aussi réussi mais cela se joue uniquement sur l'absence d'empathie envers le personnage. Parce que du coté de la réalisation et de la direction d'acteur, il n'y avait rien à en dire. Du beau travail. C'était sans doute l'un des épisodes les plus chauds aussi. Je ne m'attendais pas à ce qu'une grande chaîne publique comme celle qui a diffusé la série en Australie puisse oser autant en prime-time. Autant dire qu'à coté, et une fois de plus, nos pauvres séries françaises ne peuvent vraiment pas rivaliser ! L'histoire serait d'ailleurs tout à fait transposable mais bon, avec Corinne Touzet, Ingrid Chauvin, Thierry Neuvic et Bruno Madinier, sans compter une réalisation tout à fait banale et des dialogues et des scènes édulcorés, le résultat serait tout autre. Je ne sais même pas pourquoi je me lance là-dessus. Veuillez me pardonner... L'épisode de Rosie, la mère de l'enfant giflé, était celui que j'attendais tout naturellement avec le plus d'impatience et il m'a un peu déçu. Je m'attendais à ce que le sujet de l'inceste, même sous-jacent, soit traité d'une manière ou d'une autre. Nourrir son fils de 4 ans au sein n'est pas normal. Le procès contre Harry a finalement pris le dessus. Melissa George était magistrale, l'émotion plus que palpable. Mais il m'a manqué quelque chose. Je ne saurais pas tout à fait dire quoi. Peut-être un morceau de son passé. Finalement, contrairement à la plupart des autres personnages, c'est uniquement son présent qui semblait compter.  Peut-être que le roman est plus explicite sur le personnage... J'ai énormément aimé l'épisode d'Aisha en revanche, sans doute parce que, malgré sa présence constante, elle restait un mystère. Découvrir la femme de conviction qu'elle était vraiment m'a ému et passionné, ainsi que les hauts et surtout les bas de son mariage avec Hector. Cette façon de s'acrocher contre ventes et marées... Une belle leçon !

   Et puis il y a les ados de The Slap. Connie d'abord, qui aurait pu sortir tout droit de Skins. Son épisode m'y a d'ailleurs énormément fait penser. Son parcours m'a beaucoup touché et c'est certainement l'un des personnages les plus complexes au final. Ses 17 ans n'excusent pas tout. Si douce en apparence, elle s'est révélée capable de se transformer en incroyable séductrice et en menteuse invétérée. On la sent pêtrie de bonnes intentions mais victime de son âge, de sa fougue, de ses pulsions... Jusqu'au bout d'ailleurs, elle ne révéléra pas toute la vérité à son entourage sur son supposé viol, une manière de ne pas offrir au personnage une rédemption totale. Richie a tout de même été très gentil en lui pardonnant aussi facilement. On en vient donc à Richie, le personnage transparent dans le premier épisode qui prend toute la place dans le dernier, quitte à ce que l'on ait parfois l'impression, malgré les efforts des auteurs, que l'affaire de la claque est terminée et que ce dernier chapitre n'est qu'un bonus (sauf dans les dernières minutes). Mais quel bonus ! Les scènes entre sa mère et lui étaient sublimes. J'ai souvent rêvé, dans des récits similaires, d'en voir d'aussi intenses et bouleversantes. Sous ses airs un peu niais, ce jeune garçon en pleine quête identitaire a résumé à lui seul tout ce que The Slap était capable d'offrir à ses téléspectateurs : du vrai bon drama. La série n'était pas amenée à connaître une saison 2 mais c'en est presque regrettable. On n'a pas tellement envie de quitter ces personnages remplis de failles mais beaux. J'avais pourtant penser à une saison 2 centrée sur une "bifle" mais... ce sera réservé pour la version X de la série sans doute !

vlcsnap_2012_01_01_13h39m19s92
 
vlcsnap_2012_01_02_02h32m09s167

// Bilan // Si vous avez huit heures à tuer et que les dramas de qualité font partie de vos priorités téléphagiques, vous auriez tort de ne pas laisser une chance à la mini-série The Slap de vous emporter. Vous mériteriez même une bonne correction ! Alors laissez-vous tenter, ça fait un peu mal sur le coup -et il arrive que l'on s'ennuie un peu- mais ça fait du bien !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte