Magazine Musique

[Chronique] Lite est en approche

Publié le 03 janvier 2012 par Nowplaying

[Chronique] Lite est en approche
A l’occasion de la récente sortie d’Approaches, nouveau DVD Live de Lite. Nous avons décidé de mettre le groupe à l’honneur dans une chronique leur étant exclusivement consacré.

Lite est un groupe japonais qui a vu le jour en 2003, à Tokyo. Il est composé de Nobuyuki Takeda (Guitar), Koso Kusumoto (Guitar), Jun Izawa (Bass), Akinori Yamamoto (Drums). La formation présente un Rock instrumental explosif et émotionnel, toujours surprenant à l’écoute. Leurs sonorités, parfois atmosphériques, nous tenteraient de les ranger dans le Post-Rock, mais l’aspect technique des compositions, le travail presque mathématique, rythmiquement parlant, nous amènent à penser que Lite est pleinement un groupe de Math-Rock.

Une petite mise en bouche pour ceux à qui la musique de Lite est encore étrangère avec « Ghost Dance » :


Côté Studio : 

  Lite sort plusieurs démos de 2003 à 2004, pour enfin se lancer sur son premier mini-album (éponyme) en 2006.

  Filmlets (2007), sera leur premier album à part entière. Leur identité y est bien marquée et on retrouve toujours une cohérence dans les sonorités utilisées sur le Cd. Des rythmiques improbables et saccadées (« Contemporary Disease », « On a Gloomy Evening », « Human Gift ») aux passages plus expérimentaux et flottants (« Parallel », « I Walk ») tout ce qu’on aime chez Lite est déjà là. Certes, le tout peut paraître un peu redondant si nous ne sommes pas de grands fans du style. Pour les connaisseurs, l’ensemble passera crème, car bien varié et structuré.

  Dans la même année, Lite sort un Ep intitulé A Tiny Twofer. Le groupe reste sur sa lancée et n’innove pas vraiment. En même temps, à quoi bon ? Ça fonctionne ! A retenir : « Tomorrow », ou comment Lite atteint le paroxysme de la musique mathématique.

  Phantasia arrivera un an plus tard, en 2008. Lite est toujours en forme et ne détache pas de son orientation musicale première, comme s’ils savaient où ils allaient depuis le départ. « Ghost Dance » et « Ef » sont les valeurs sûres de cet album qui laisse apparaître plus de force et de hargne, comme s’ils pouvaient encore dépasser leurs limites.

  En 2009, le Turns Red Ep crée la surprise. Lite, comme sous acides, s’essaie à l’électronique. Le résultat, « The Sun Sank », est loin d’être déplaisant mais cela reste tout de même étrange. On est amenés à s’interroger sur l’avenir du groupe. En écoutant « Tomato » et cette basse lead surboostée au wah-wah, on pourrait jurer que cela n’est qu’un délire farfelu de la formation et que cela ne touchera pas davantage leur discographie future. Quelques racines de sa musique sont malgré tout présentes sur l’Ep, sur les sonorités de guitare notamment.

  For All The Innocence marque un tournant pour Lite. Beaucoup plus expérimental et mystérieux, partant un peu dans tous les sens, l’album utilise masse d’effets inattendus et autres bizarreries. Cela demeure convaincant mais vraiment déroutant et très difficile d’accès.

[Chronique] Lite est en approche


Côté Live :

  Il a y un côté artistique dans la musique de ces 4 japonais, quelque chose d’énigmatique et de prenant. Ce qui nous donne l’envie d’en découvrir davantage, et notamment en live.

  Mais en dehors des sphères japonaises, Lite demeure très peu présent pour des représentations. On note depuis leurs débuts quelques passages aux États-Unis; à New York en 2009 et à Los Angeles en 2010, ainsi qu’au Royaume-Uni en 2007. Cette tournée british sera d’ailleurs l’occasion pour eux de filmer leur premier DVD Live. Bref, peu de passages en dehors des contrées nipponnes en somme… Mais 2011 semble être une année de renouveau pour Lite, qui se lance dans une tournée européenne en compagnie de Maybeshewill. Des représentations ont alors lieu à Bruxelles, à Paris, à Maastricht et à Londres.


Approaches :

  Approaches sortait le jeudi 7 décembre 2011 et on a pas hésité à l’acquérir au plus vite. Un beau DVD dans l’ensemble ! Lite est comme toujours irréprochable au niveau du jeu, la mise en place de chaque morceau est sans faille et très mécanique. Le son frôle la perfection et on pourrait presque croire que l’on écoute une production faite en studio. Les quelques invités ajoutent un peu de nouveauté et de surprise aux compositions que l’on connait désormais par cœur. Avec 19 morceaux et un mini-documentaire, le produit a une assez bonne durée de vie. Le seul point noir sur le tableau : un show qui demeure très carré, parfois froid, comme nous pouvons le constater le plus souvent au Japon.

Tracklist :

Another World
Red Horse in Blue
Human Gift
Rabbit
The Sun Sank
Pelican Watched As The Sun Sank
Duck Follows an Eccentric
Pirates and Parakeets (w/・A・`・R,avengers in sci-fi)
Ghost Dance (w/・A・`・R,avengers in sci-fi)
Ef
Infinite Mirror
Image Game (w/DE DE MOUSE)
Baby’s Star Jam ※DE DE MOUSE cover (w/DE DE MOUSE)
On The Mountain Path
Phantasia
7day Cicada
Tomorrow
100 Million Rainbow
Contemporary Disease
・{・[・i・X・f・・ Parabolica Jam’10 ・h・L・・・・・・・^・・・[ (Documentary)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nowplaying 6149 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine