Magazine Culture

Serena - Ron RASH

Par Wakinasimba

serena

Editions du Masque, 5 janvier 2011, 404 pages

Résumé de l'éditeur :

L’héroïne Serena, sorte de Lady Macbeth des années 1930, est l’épouse de George Pemberton, riche et puissant exploitant forestier. Ces deux-là sont des prédateurs, prêts à tout pour faire fructifier leur entreprise dont l’objectif est de couper tous les arbres à portée de leur main.

Une ambition que vient menacer le projet d’aménagement d’un parc national, pour lequel l’État convoite leurs terres. Pemberton met sa fortune à contribution pour soudoyer tous les banquiers et politiciens qu’il faut, et Serena n’hésite pas à manier fusil et couteau pour éliminer les obstacles humains. Belle, ambitieuse et intrépide, Serena fascine son mari et ses employés, pour lesquels elle n’éprouve aucune compassion.

Et pourtant chaque jour apporte son lot de blessés, voire de morts, tant le métier de bûcheron est dangereux en soi et la nature alentour hostile, quoique magnifique.

Mais Serena poursuit de sa haine implacable le fils naturel que Pemberton a engendré avant son mariage et qu’il semble vouloir protéger. Sa fureur vengeresse ira très loin…

Mon avis :

Quel personnage, cette Serena ! Je n'aurai pas aimé la croiser et encore moins devoir travailler avec elle. Certe, esprit pragmatique, elle a toutefois tendance à semer la mort sur son passage quand quelqu'un ne lui convient pas.

Le roman démarre doucement, je me suis presque pris d'amitié pour cette héroïne qui ne s'en laisse pas compter. Puis, petit à petit, par petite touche, le personnage se dévoile, la tension monte.

Jusqu'à l'épilogue fatal (mais qui aurait parié un cent sur cette conclusion ?)

J'ai bien aimé, glissés dans la narration, les interventions des bûcherons, chanceux travailleurs dans une Amérique en pleine crise de 29. Ils portent un regard détaché sur les événements et les gens, n'osant jamais se méler de rien, de peur de perdre leur job si précieux. Ils apportent une note de finesse malgré leur langue "parlée".

Une histoire pleine de personnages étranges également, tel Galway, bûcheron qui a perdu sa main, sauvé in-extremis par Serena et qui deviendra son second couteau - au propre comme au figuré - pourchassant une pauvre maman et son petit jusque dans l'état voisin. 

Sans oublier le shériff au grand coeur qui a compris les malversations de Serena et de son mari, qui tentera de les freiner, mais... je n'en dis pas plus.

Un roman d'ambiance, donc, qui se déroule en pleine nature, même si celle-ci n'est pas à la fête (à la fin du roman, il ne reste plus un arbre debout).

Au final, un roman très dépaysant et une découverte d'un auteur que je ne connaissais pas mais dont j'apprécie la plume et l'imagination.

L'image que je retiendrai :

Celle des bûcherons en plein travail sous la pluie, prêt à mourir, emporté par une grume.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wakinasimba 2312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines