Magazine Culture

Sóley, une découverte

Publié le 03 janvier 2012 par Lcassetta

Douceur. Tel est le mot le plus opportun pour nommer cette dose bien distinguée en sons qui nous seront offerts par une toute belle islandaise. Voici Sóley.

L’esprit vagabond, la conscience tranquille et surtout les sens plus que jamais relâchés. Sóley s’avance en un tumulte de sons pour nous livrer une voix qui dit tout. Une sensibilité qui rafle tout. Ne laissant alors, rien filtrer. Pas même nos cupides problèmes quotidiens. J’irai jusqu’à dire qu’elle est en quelque sorte une suave anesthésie à déguster. Une goutte concentrée en calmant, nous faisant indubitablement voyager. Pas si loin que ça d’ailleurs, le voyage n’a lieu qu’en notre propre être, cet être qui ne sait plus ce qu’il veut, où il est et surtout où il va. Un être qui a assurément besoin d’une voix de Sóley en sa fin de journée. Considérée comme harmonie, la musique de cette toute jeune islandaise avait d’ores et déjà annoncé ce qu’il en était de la grandeur du talent de la chanteuse, lors d’un précédent EP. Un talent qui s’est vu comme confirmé avec l’album We Sink  dont nous allons vous faire part par le biais de quelques écoutes.

0 Sóley, une découverte

Il y a tout d’abord les notes, qui ici, se font plaisir à se précipiter pour laisser place à ce qui nous intéresse au plus haut point : la voix. Quelques résonances vocales qui ruissellent en l’espace pour élever notre conscience, notre âme, notre perfide sensibilité. Quelques gouttes de douceur encore une fois, qui viennent atterrir sur nos tympans, s’y installer et gouverner tel un navire le rythme saccadé de nos pensées. Un étrange cocktail capable à la fois d’exciter notre quiétude et de lénifier nos quelques minutes d’existence passées à écouter ce morceau.

0 Sóley, une découverte

Victor Hugo ne s’était certainement pas leurré en affirmant que la musique n’était d’autre que du bruit qui pense. Mais ici, la célèbre phrase se vient tout modestement bousculée. Il est notamment question, non pas d’une musique en forme de bruit qui pense, mais d’une toute simplette musique, innocente et modestement garnie, qui fait penser. Non pas rêver, comme tant de ses voisines, mais penser réellement aux choses de la vie, au temps qui court, au temps perdu, et au temps souillé par nos profondes mœurs.  C’est aussi parce qu’on sent en ce morceau une voix qui remet en quelque sorte tout en question, une voix qui nous menace de partir, nonobstant ce qu’il pourrait en résulter, qui nous dit aussi que quelque soient les barrières, on pourra toujours s’aventurer à partir, s’évader de la vie. Et cela, même si ça ne reste assurément pas le bon choix.  Une donne qui laisse à réfléchir quant au pourquoi de telles décisions.

0 Sóley, une découverte

Et pis pour fin, nous tendrons à prendre de chez Camus cette petite phrase pour dire solennellement et avec une certaine aisance qu’au milieu de cette hiver, nous ne pourrons découvrir autre chose en cette Sóley qu’un invincible été. Soleil de nos longues minutes quotidiennes passées dans le monde de la musique.

 Sóley, une découverte
Soufiane (Soufiane Sbiti)

à 19ans, Soufiane se veut être un artiste-schyzo-poète à plein temps. En plus d'être rédacteur ici, à Lcassetta.com, il est aussi rédacteur en chef d'Artisthick.ma. Passionné de proses, de cinéma et de musique, il se nourrit essentiellement de tout ce qui a trait au beau et au profond.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lcassetta 5704 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines