Magazine Conso

Soirée mondaine

Publié le 29 novembre 2011 par Where Is Scarlett ?

Soirée mondaine

La haute société américaine vue par la photographe Jessica Craig Martin


En sortant du métro pour aller diner hier soir chez une amie de Pierre (mon Jules, je ne sais jamais comment le définir), j'étais très loin de m'imaginer que :
1/ J'allais sans le savoir me retrouver à donner des conseils d'éducation à Monica Bellucci au sujet de sa fille Deva.
Imaginez : à peine arrivée, j'entends une charmante femme d'un certain âge raconter que sa petite fille de 7 ans, scolarisée dans une école privée huppée, se fait harceler par une petite peste de sa classe. Sa maman est intervenue auprès de la maîtresse pour tenter de résoudre le problème, sans succès. La grand-mère est désemparée.
"Vous avez des enfants ?" me demande-t-elle. Je prends cela comme une invitation à donner mon avis, d'un ton résolu (j'ai regardé toutes les saisons Super Nanny) : "Sa mère devrait aller choper directement la petite teigne, lui faire les gros yeux, et lui dire fermement que si elle s'en prend encore à sa fille, elle aurait à faire à elle".  Non mais ! 
Devant la moue dubitative de la grand-mère, je n'ai pas insisté.
C'est sur le chemin du retour que mon cher et tendre m'a appris que la grand-mère indignée n'est autre que la mère de Vincent Cassel, la maman, Monica Bellucci, et la petite fille, Deva Cassel-Bellucci. Bon, ça surprend un petit peu, c'est vrai, mais je m'en suis remise. Il en faut plus (une bonne petite guerre de Sécession par exemple), pour déstabiliser notre Scarlett !
2/ Je discuterai à bâtons rompu avec un designer de robes de soirées qui habille, entre autres, Hillary Clinton.
Et découvrirai par son intermédiaire le monde fabuleux des charities (galas de charité) américaines, les diamants gros comme des cailloux, la course à l'exclusivité de la robe (alors qu'il était en plein road show à travers le pays pour le lancement de sa nouvelle collection, une richissime cliente a même eu l'audace de lui demander de retirer certains modèles de la collection en attendant qu'elle les porte), et l'importance inouïe que ce vêtement revêt en terme de statut social (il ne doit être porté qu'une fois, bien entendu). Et plein d'autres anecdotes plus croustillantes les unes que les autres.
Il s'appelle Roland Nivelais, et s'il est inconnu chez nous, il s'est fait une solide réputation aux Etats-Unis en habillant les socialites (femmes de la haute société blindées de thunes et souvent désoeuvrées), et les femmes politiques pour les événements mondains, avec une mode classique et glamour.
Oui, j'ai vraiment une vie fascinante (si j'avais su, je me serais lavé les cheveux).
Soirée mondaine


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Where Is Scarlett ? 242 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte