Magazine Blog

Etes-vous BRANCHE ?

Publié le 04 mars 2008 par Didier T.
Photo Olivier Chauvignat.
Sur le blog des éditions Leo Scheer, ils parlent de la Fashion week. En bon français, les intervenants discutent de la semaine de la mode qui s’est déroulée dernièrement à Paris. Y’a une fille qui commente les défilés des maisons de luxe qui proposent des produits qui engendrent ici de grands courroux. Souvenez-vous lorsque j’avais évoqué l’année dernière mon achat d’un sac de plus de 300 €, on n’avait pas hésité à me jeter la pierre et à compter pour moi le nombre d’enfants du monde que j’aurais pu nourrir en utilisant autrement cette somme. Pourtant cet ordre de grandeur-là n’est rien comparé au prix des choses en vente chez Chloé pour avoir un look je cite « hippie dark », « romantique rock », « luxe et branché » -le moindre sac avoisinant les 1300 €-. 
Luxe et branché. Ca m’a interpellé, branché. Branché à quoi ? Branché à l’électricité ?
Vous savez, il est possible, possible mais pas certain, attention, que mes prochaines activités professionnelles m’amènent à travailler dans le monde du luxe. Je pourrais peut-être, je dis bien peut-être, acquérir, un sac de 1300€ pour moins de 1300€. Peut-être aussi que je travaillerai dans une entreprise éloignée du luxe mais qui m’amènera à gagner si bien ma vie que je pourrais, dans un accès de folie ou pour combler une peine quelconque que l’existence m’aurait infligée, m’acheter un sac chez Chloé. Mais dans aucun des deux cas, je ne me sentirais branchée. Je crois que c’est tout simplement impossible.
Pourquoi ?
Non, pas parce que je penserais aux nombreux enfants que j'aurais pu, en des circonstances moins égoïstes, sauver ou presque de la famine. Non. Parce que, lorsque la demoiselle du blog du Leo rugissant écrivait ses douces lignes sur le défilé Chloé de la fashion week , je remplissais mon caddie de supermarché. Anticalcaire, eau de javel, lingettes, bloc WC, éponge métallique, détergent puissant, sent-bon, pschitt, gants extra forts, toute la panoplie de la parfaite ménagère. Et lorsque que les jeunes filles du blog du Leo rugissant s’échangeaient leurs bonnes adresses pour trouver des bas couture, mes mains gantées de jaune, s’enfonçaient vers le puits sombre de la cuvette des toilettes pour récurer, récurer et récurer encore de la matière marron accrochée aux parois blanches. Je respirais à plein nez les effluves chimiques de tous les produits jetés, comme pour une recette de cuisine, dans les chiottes pour qu’ils soient blancs. 
Alors, ma conclusion est :Chloé, chiottes et branchée = grosse utopie.
Publié par les diablotintines - Une Fille - Mika - Zal - uusulu

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier T. 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte