Magazine Culture

L'histoire des Celtes, d'après le Grec Appien

Par Amaury Piedfer

Appien était un Grec d'Alexandrie d'Egypte du IIème siècle ap. J.-C., qui, devenu citoyen romain, écrivit une longue histoire des guerres romaines, dont il nous est en particulier parvenu une histoire des Guerres civiles. En visite à Rome, promu fonctionnaire impérial de rang équestre (procurateur), il puise à diverses sources pour rédiger son oeuvre.
Il nous reste aussi d'Appien une Celtica, histoire des Celtes des origines à la conquête romaine de la Gaule. Le texte est très favorable à Rome et considère souvent les Celtes comme des barbares violents opposés à la civilisation. Mais son texte présente plusieurs intérêts : il donne une bonne idée de l'image d'Epinal que véhiculaient les auteurs gréco-romains sur les Celtes, et nous donne une idée du genre de textes sur lesquels se sont longtemps appuyés les historiens pour décrire la civilisation gauloise, avant les progrès de la critique depuis une trentaine d'années ; enfin, il donne les grandes lignes de l'histoire des Celtes. Un document à découvrir, parce qu'il nous plonge aux sources de notre identité française et européenne.
Nous vous proposons le texte publié sur l'excellent site de Philippe Remacle, "Antiquité Classique" (voir lien ci-contre).
Amaury P.

APPIEN, Celtique
I, I . Les Celtes furent les premiers à attaquer les Romains ; ils prirent Rome à l'exception du Capitole, et l'incendièrent. Mais Camille les vainquit et les chassa du pays. À quelque temps de là, ils revinrent, et Camille, après les avoir de nouveau vaincus, obtint les honneurs du triomphe à l'âge de quatre-vingts ans (01). Puis se jeta sur l'Italie une troisième armée de Celtes qui fut détruite par les Romains sous la conduite de Titus Quintius (02). Après cela, ce furent les Boïens, le plus sauvage des peuples celtiques, qui attaquèrent les Romains (03). Le dictateur Gaïus Sulpicius marcha contre eux avec une armée et usa, dit-on, de ce stratagème : il ordonna à ses soldats du premier rang, de lancer tous à la fois leurs javelots, puis de s'asseoir ensemble au plus vite jusqu'à ce que ceux du deuxième, du troisième et du quatrième rang en eussent fait de même. Ainsi, une fois leurs traits partis, [ils devaient] toujours s'accroupir pour que les dards ne les atteignissent pas, et quand ceux de la dernière ligne auraient lancé le javelot [à leur tour], s'élancer tous à la fois, et, en poussant des cris, en venir aux mains au plus vite. Les ennemis seraient frappés de terreur par cette grêle de traits suivie d'une si prompte attaque. Or, cette espèce de pique ne ressemble pas au javelot : c'était celle que les Romains appellent êssñw (pilum (04)) dont la hampe est à moitié en bois et quadrangulaire, l'autre moitié en fer, quadrangulaire aussi et flexible, à l'exception de la pointe (05). Par ce moyen, toute l'armée des Boïens fut anéantie.
2. D'autres Celtes furent encore vaincus par Popillius (06), puis par Camille, fils de Camille (07). Pappus Aemilius fit aussi des dépouilles des Celtes des trophées (08). Mais avant les consulats de Marius, une masse de Celtes, la plus grande, la plus belliqueuse et la plus redoutable surtout par la taille [des hommes dont elle était formée], se jetant sur l'Italie et sur la Galatie (Gaule), vainquit quelques consuls des Romains et tailla en pièces leurs légions. Marius envoyé contre eux les extermina totalement (09). Les dernières et les plus grandes des expéditions des Romains contre les Galates (Gaulois) sont celles qui se firent sous le commandement de Gaïus César (10). Dans les dix années de son commandement, ils en vinrent aux mains avec plus de quatre cents myriades à les compter en bloc de ces farouches ennemis ; ils en prirent cent myriades et en massacrèrent cent autres dans les batailles. Quatre cents peuplades, plus de huit cents villes, les unes révoltées contre eux, les autres ajoutées alors à leurs conquêtes, furent placées sous leur domination. Mais avant Marius, Fabius Maximus Aemilianus (11), avec une toute petite armée, avait fait la guerre aux Celtes, en avait tué douze myriades en une seule bataille, où il n'avait perdu lui-même que quinze hommes; et cet exploit, il le fit, bien qu'il souffrit d'une récente blessure, parcourant ses lignes, encourageant ses soldats, leur enseignant la manière de combattre les barbares, tantôt porté dans une chaise; tantôt à pied et conduit par la main.3. Quant à César, lorsqu'il leur fit la guerre, commença par une victoire sur les Helvètes et les Tigyrii au nombre d'environ vingt myriades (12). Or, les Tigyrii antérieurement ayant fait prisonnière une armée, sous les ordres de Pison et de Cassius, l'avaient fait passer sous le joug (13). C'est du moins l'opinion de Paulus Claudius [Quadrigarius?] dans ses Annales. Les Tigyrii furent donc vaincus par Labienus, lieutenant de César, les autres le furent par César lui-même avec les Tricures (14), leurs alliés. Puis, ce fut le tour d'Arioviste et de ses Germains qui surpassaient par la grandeur de leur taille les hommes les plus grands, étaient d'un naturel farouche, d'une audace sans bornes, pleins de mépris pour la mort parce qu'ils espéraient revivre, supportaient avec une égale facilité le froid et la chaleur, et, en cas de disette, se nourrissaient d'herbe et leurs chevaux de branchages. Du reste, ils n'étaient pas, paraît-il, durs à la peine des combats, et ils n'y portaient ni calcul ni art, mais seulement de la fougue comme les bêtes sauvages : ce qui explique qu'en présence de l'art des Romains et de leur dureté à la peine, ils ont eu le dessous. Si, en effet, les assaillant d'un élan furieux, ils refoulèrent dans son ensemble tout leur corps de bataille, les Romains, fermes à leur poste, et déployant contre eux toute leur stratégie, finirent par leur tuer quatre-vingt- mille hommes.
4. Après eux, César tomba sur les Belges, comme on les appelle (15). C'était au passage d'une rivière. Il en tua tant que leurs cadavres lui firent comme un pont pour la passer lui-même. Mais les Nerviens le mirent en déroute en tombant sur lui à l'improviste, tandis qu'après une longue marche, il dressait son camp : ils lui tuèrent beaucoup de monde, tous ses taxiarques, tous ses lochages (16) ; lui-même s'étant réfugié sur une hauteur, avec son escorte, s'y trouva cerné. Heureusement la Xe légion, tombant sur les derrières des ennemis, les extermina, quoiqu'ils fussent bien soixante mille. - Ils étaient de la race des Cimbres et des Teutons. - Puis, César soumit les Allobroges. Les Usipétes et les Tancharei - quarante myriades d'hommes, combattants et autres, - furent taillés en pièces (17). Les Sucambres (18), avec cinq cents cavaliers, avaient mis en déroute cinq mille cavaliers de César en tombant sur eux à l'improviste : ils en furent bientôt punis par une sanglante défaite.
5. César est le premier des Romains qui passa le Rhin et aborda dans l'île Bretagne, qui est plus grande qu'un très grand continent, et que même les habitants de ces contrées (19) ne connaissaient pas encore. Il y passa à la faveur de la marée. La mer commençait de monter; la flotte s'ébranla doucement d'abord, puis plus vite, et enfin, d'un mouvement rapide et vigoureux, César cingla vers la Bretagne (20).II. Dans la XCVIIe olympiade des Hellènes (21), la terre des Celtes ne suffisant pas à leur population, une bonne partie de ceux qui habitaient les bords du Rhin en sortit pour aller à la recherche d'un autre pays. Ils franchirent les monts Alpes et firent la guerre aux Clusins qui possédaient chez les Tyrrhéniens un fertile territoire. Il n'y avait pas longtemps que les Clusins s'étaient liés avec les Romains par un traité ; ils eurent recours à eux. Les Romains leur envoyèrent trois ambassadeurs de la famille Fabia, lesquels devaient signifier aux Celtes qu'ils eussent à quitter un pays ami des Romains; et les menacer en cas de refus. Les Celtes répondirent qu'il n'y avait personne au monde dont les menaces ou les armes leur fissent peur, qu'ils avaient besoin de terres, et ne se mêlaient point encore des affaires de Rome. Les ambassadeurs, les Fabii incitèrent les Clusins à attaquer les ennemis occupés inconsidérément à ravager le pays; et même se mettant en campagne avec eux, ils tuent un grand nombre de Celtes qui étaient au fourrage. Bien plus, l'ambassadeur Quintus Fabius tue le chef de cette troupe, le dépouille et revient à Clusium avec les armes qu'il lui avait prises.III. Le roi des Celtes Brennus, quand les Fabii de Rome eurent ainsi tué plusieurs des siens, non seulement ne voulut plus recevoir des ambassadeurs romains, mais il en choisit lui-même qui étaient de nature à frapper de terreur. Les Celtes sont de haute taille : il prit les plus grands d'entre eux et les envoya à Rome. Accusant ces Fabii qui, chargés d'une ambassade, lui avaient fait la guerre contrairement aux lois communes [de l'humanité], il demandait que les coupables lui fussent livrés pour être punis, si les Romains ne voulaient se faire leurs complices. Les Romains reconnurent que les Fabii avaient eu tort; mais par respect pour une noble maison, ils engagèrent les Celtes à n'exiger d'eux qu'une indemnité en argent. Sur le refus des Celtes, leurs suffrages donnent aux Fabii, avec le titre de chiliarques (tribuns militaires), le pouvoir consulaire pour une année ; ils déclarent aux ambassadeurs qu'ils ne peuvent plus rien contre les Fabii dès lors investis du pouvoir suprême,et ils les invitent à revenir l'année suivante, si leur ressentiment dure encore: Brennus et tous les Celtes sous ses ordres, indignés de ce qu'ils considèrent comme un outrage, envoient demander à tous les autres Celtes de se mettre avec-eux en cette pierre. Des alliés leur arrivent en foule ; ils lèvent le camp et marchent sur Rome.IV. Il (Cædicius (22)) s'engage à passer au milieu des ennemis pour porter une lettre au Capitole. V. Cædicius, apportant à Camille le décret du Sénat qui l'investissait du pouvoir consulaire (23), l'engage à ne pas garder rancune à sa patrie pour le mal qu'on lui a fait. Mais Camille l'arrêtant au milieu de son discours : « Je n'aurais pas, dit-il, prié [les dieux] de me faire regretter des Romains, si j'avais pu m'at­tendre à ce que telle serait la cause de leurs regrets. Maintenant j'adresse [à ces mêmes dieux] une plus juste prière : - Puissé-je rendre à ma patrie des services aussi grands que le malheur où elle est tombée ! » Val. p. 557.
VI. Les Celtes, n'ayant pu par aucun moyen attaquer la citadelle, se tinrent tranquilles, comptant bien réduire les assiégés par la famine. Sur ces entrefaites, descendait du Capitole un prêtre nommé Dorson (24) qui avait à faire, à ce moment de l'année, un sacrifice dans le temple de Vesta. Il passa avec les objets sacrés au travers des ennemis étonnés par son audace ou remplis de respect par sa piété, son air de majesté sacrée. Et ce prêtre qui, pour accomplir un devoir sacré, avait bravé le danger, dut son salut à ces cérémonies sacrées; et il en fut ainsi, à ce que dit Cassius de Rome (25). ID. IB.
VII. Les Celtes se gorgeaient de vin et d'autres aliments, car l'intempérance leur est naturelle, et le pays qu'ils habitent, à part les céréales, ne produit rien, n'est propre à rien. Aussi leurs corps qui sont grands et mous ; bourrés de chairs flasques, à force de manger et de boire, se fondaient en une masse bouffie et pesante ils étaient absolument sans force pour les courses, pour les fatigues. Fallait-il faire quelque effort, trempés de sueur, essoufflés, ils étaient vite épuisés.
VIII. Et montrant aux Romains ces Celtes tous nus (26) « Les voilà, dit-il (Camille), ces hommes qui, dans les combats, poussent des cris affreux, frappent leurs armes avec fracas, agitent leurs grands sabres et leur chevelure. Mais-voyez comme l'audace leur manque, comme leurs corps sont mous, et mettez-vous à la besogne. »
IX ... et le peuple du haut de la citadelle voyait le combat (27), et pour soutenir les hommes fatigués, il envoyait sans cesse des troupes fraîches ; et les Celtes qui, déjà las, se trouvaient aux prises avec des hommes que rien n'avait lassés, fuyaient à la débandade.
X. Le Celte indigné, qui n'avait plus de sang, poursuivait Valérius, se hâtant pour le faire tomber avec lui. Mais Valérius reculait toujours, et le Celte tomba la face en avant. Et ce fut là le deuxième combat singulier (28) avec les Celtes, dont les Romains furent bien fiers.
XI. Le peuple des Sénons était lié par un traité avec les Romains (29), et cependant il se mettait à la solde de leurs ennemis. En conséquence, le Sénat lui envoya des députés pour lui reprocher de se mettre, en dépit de leurs traités, à la solde des ennemis de Rome. Le celte Britomaris, indigné de ce que son père, combattant avec les Tyrrhènes, avait été tué dans cette guerre par les Romains, se saisit des ambassadeurs ayant en main leur caducée et revêtus de la robe qui les rendait inviolables, il les fit mettre en mille pièces; et disperser dans la campagne les lambeaux de leur corps. Cornélius [Dolabella], qui était en marche, apprend cet odieux attentat ; il se hâte, il traverse en courant la Sabine et le Picentin, et se jetant sur les villes dés Sénons, il y met tout à feu et à sang. Les femmes et les enfants sont réduits en esclavage, les jeunes gens sont tous massacrés sans exception, le pays dévasté de diverses façons et rendu inhabitable pour toujours. Britomaris seul fut emmené captif pour être livré au supplice. Plus tard, les Sénons n'ayant plus de patrie où trouver un refuge, dans un élan d'audace, en viennent aux mains avec Domitius. Ils sont défaits et, dans leur colère, ils s'égorgent eux-mêmes comme des furieux : juste châtiment de l'attentat des Sénons envers des ambassadeurs.
XII. Les Salyens ayant été vaincus par les Romains, les chefs de ce peuple se réfugièrent chez les Allobroges ; les Romains en réclamèrent l'extradition. Sur le refus des Allobroges, ils envoyèrent une expédition commandée par Gnaeus Domitius (30). Au moment où ce général quittait le territoire des Salyens, un ambassadeur de Bitoïtos, roi des Allobroges, en somptueux équipage, vint au-devant de lui il était escorté de gardes (31) richement vêtus, et de chiens. Les barbares en ces contrées ont aussi une garde de chiens. Un poète suivait, qui dans une poésie barbare chantait le roi Bitoïtos, puis les Allobroges, puis l'ambassadeur lui-même, leur naissance, leur courage et leurs richesses ; c'est, même pour cela surtout que parmi les ambassadeurs ceux qui sont illustres emmènent avec eux des gens de cette sorte. Celui-ci demanda grâce pour les chefs des Salyens, mais sans rien obtenir.
XIII. Une partie des Teutons, une foule d'hommes, s'était jetée, pour les piller, sur les terres des Noriques. Le consul des Romains Papirius Carbon, craignant qu'ils se jetassent sur l'Italie, se posta dans les Alpes, là où le passage est le plus étroit. Comme les Teutons ne l'attaquaient pas, il marcha lui-même contre eux, leur faisant un crime de s'être jetés sur les Noriques qui étaient les hôtes des Romains. Les Romains se faisaient des hôtes de certains peuples à qui ils accordaient leur amitié sans être obligés de les secourir en qualité d'amis. Carbon approchant; les Teutons lui envoyèrent dire qu'ils ignoraient les relations d'hospitalité des Noriques avec les Romains, et qu'à l'avenir ils se tiendraient en dehors de chez eux. Carbon approuva ces paroles des envoyés, leur donna des guides, mais non sans avoir enjoint secrètement de les conduire par le chemin le plus long. Quant à lui, il courut par le plus court, et tandis que les Teutons dormaient encore, il tomba sur eux à l'improviste; mais, en punition de sa déloyauté, il perdit un grand nombre des siens; et peut-être même les eût-il tous perdus, si les ténèbres, la pluie, de violents coups de tonnerre assaillant les combattants encore aux prises, ne les avait séparés et si cette terreur d'en haut n'avait mis fin à la lutte. Mais dans ces circonstances même, les Romains, fuyant épars à travers les forêts, se rallièrent à grand-peine au bout de trois jours. Les Teutons passèrent, dans le pays des Galates (Gaulois).
XIV . Il (Marius) ordonna de ne point toucher aux cadavres des Cimbres jusqu'au lendemain matin, croyant qu'ils étaient chargés d'or.
XV. Deux peuples, les Tigyrii et les Helvètes, s'étaient jetés sur la Celtique romaine (32). César Gaïus, informé de leur marche, fait barrer par un mur la rive du Rhône sur un espace de cent cinquante stades à peu près. Et quand des ambassadeurs viennent de la part des ennemis le sonder au sujet d'un traité, il leur ordonne de lui livrer des otages et de l'argent. Mais ces gens-là lui répondirent qu'ils avaient accoutumé d'en recevoir et non d'en donner (32). Voulant alors prévenir la jonction de ces peuples, il envoya Labienus contre les Tigyrii qui étaient les moins nombreux, et de sa personne il marcha contre les Helvètes, ayant pris avec lui environ deux mille Galates de la montagne. La tâche de Labienus fut facile. Il tomba à l'improviste sur les Tigyrii près du fleuve, les mit en fuite et en dispersa la plupart en grand désarroi (33).
XVI. Arioviste, roi des Germains d'outre-Rhin, ayant passé le fleuve, faisait, déjà avant l'arrivée de César, la guerre aux Eduens. qui étaient les amis des Romains. Obéissant alors aux ordres des Romains, il avait quitté le pays des Éduens et demandé le titre d'ami des Romains, et ce titre lui avait été accordé grâce à un décret proposé par César alors consul (34).
XVII. Arioviste, le roi des Germains, qui avait obtenu le titre d'ami des Romains, était venu pour conférer avec César : la conférence rompue, il en avait demandé une nouvelle. Mais César ne s'y était pas rendu ; il y avait envoyé les principaux des Galates (Gaulois). Arioviste les jeta en prison, et César, avec force menaces, marcha en armes contre lui ; mais son armée fut frappée de terreur par la grande renommée des Germains (35).
XVIII. Les Usipètes, peuple germanique, et les Tanchrées paraissent avoir les premiers, avec huit cents chevaux, mis en déroute jusqu'à cinq mille cavaliers de César (36). Mais César, à qui ils avaient envoyé des députés, aurait retenu ces députés et les aurait attaqués à leur tour, et tel aurait été finalement le désastre que leur aurait infligé cette attaque soudaine qu'il y en aurait eu environ quarante myriades taillés en pièces. À Rome, à ce que dit un historien (37), Caton ouvrit l'avis, de livrer aux barbares César comme l'auteur d'un acte exécrable envers des députés : César, dans les écrits où ses actes sont relatés jour par jour (38), dit que les Usipètes et Tanchrées, sur son ordre de retourner dans leurs anciennes demeures, affirmèrent avoir envoyé des députés aux Suèves qui les en avaient chassés, et attendre leur réponse ; que, pendant ces allées et venues de députés, ils attaquèrent avec huit cents hommes et mirent cinq mille Romains en déroute, qu'ensuite ils lui envoyèrent encore des députés pour se justifier au sujet de cette violation de la trêve, mais que, soupçonnant encore quelque embûche semblable, il les avait attaqués avant de leur répondre.
XIX. Aussitôt ils excitèrent les Bretons à violer leurs serments en alléguant ce grief que, en dépit des traités, il y avait encore chez eux une armée.
XX. César, craignant pour Cicéron, retourna sur ses pas.
XXI. Britorès sollicita les Éduens de se séparer des Romains, et aux reproches que leur en fit César, ils répondirent qu'une ancienne amitié avait pris les devants...
01) Les Celtes de Brennus s'emparèrent de Rome vers 390-387 av. J.-C. ; l'épisode de la vengeance menée par Camille est une invention tardive des historiens romains, pour tenter de sauver l'honneur de la patrie de Romulus. Camille reçut le triomphe en l'an de Rome 386, av. J.-C. 367.
02) An de Rome 393, av. J.-C. 360.
03) An de Rome 395, av. J.-C.. 358.
04) V. Egger, Note sur le mot êssñw, dans les Mémoires de la Société des Antiq., t. XXIX, p. 287 : « La synonymie de pilum et êssñw était si bien consacrée, l'usage même de ce dernier mot était si connu de tous les Romains lettrés, qu'Appien, au lieu des mots „RvmaÝoi kaloèsin pÝla, se sera facilement oublié jusqu'à écrire "RvmaÝoi kaloèsin êssoæw".
05) Sur la forme du pilum, v. J. Quicherat, Le PILUM de l'infanterie romaine, dans les Mémoires de la. Soc. des Antiq., même volume, p. 245 et ss. V. particulièrement p. 267 et ss. le commentaire de ce savant sur le texte d'Appien.
06) An de Rome 403, av. J.-C. 350.
07) An de Rome 404, av. J.-C. 349.
08) An de Rome 572, av. J.-C. 181.
09) An de Rome 651, av. J.-C. 102.
10) Ans de Rome 695-704, av.. J.-C. 58-49.
11) An de Rome 632, av. J.-C. 121.
12) An de Rome 695, av. J.-C. 58.
13) An de Rome 646, av. J.-C. 107.
14) Il n'est pas question de ce peuple dans les Comment. de César. Strabon, IV, l, 11, dans notre t. I, p. 94-95, et Tite-Live, XXI, 31, mentionnent les Tricorii dans les Alpes, sur les confins de la Narbonnaise.
15) An de Rome 696, av. J.-C. 57.
16) César, G. G., II, 35, ne parle que des centurions. V. dans notre t. lll la noté de la page 233 sur le passage de Plutarque qui, lui aussi, ne mentionne que les taxiarques. Les deux mots grecs ont ici à peu près le même sens.
17) An de Rome 698, av. J.-C. 55. Sur les Usipètes et les Tencthères, v. dans notre t. III, p. 236-237, Plutarque, César, XXII, César, G. G., 1V, 12 et ss.
18) Sur les Sicambres, ibid., p. 238 (v. aussi la note) et p. 239.
19) Les Gaulois, sans doute. César, ib.; IV, 20 : quae omnia fere Gallis erant incognito.
20) An de Rome 698, av. J,-C. 55.
21) XCVII Ol., 3e année, an de Rome 363, av. J.-C.-390.
22) Ou plutôt Pontius Cominius.
23) Erreur d'Appien, au lieu de « pouvoir dictatorial, » à moins qu'on ne donne ici à ìpatow le sens de « suprême », épithète qui convient mieux encore à la dictature qu'au consulat.
24) C. Fabius Dorso. - Tite-Live, V, 46, Dion Cass., Extr. Peir., XXIX ; Flor., I, XIII, 16 ; Val. Max., l, 1, 11. Ce prêtre est appelé Fabius Caeson par Dion. Le sacrifice qu'il devait accomplir avait été institué par la famille Fabia et se célébrait sur le Quirinal.
25) L. Cassius Hemina, vers l'an 608, av. J.-C. 145, cité par Aulu-Gell., XVII, 21, et par Censorin., de Die nat., XVII.
26) Comp. Polybe, III, CXIV (v. notre t. II, p. 252-253), Tite-Live, XXII, 46 ; v. aussi pour les détails qui suivent, Tite-Live, XXI, 28.
27) V. sur ce combat qui eut lieu près de la porte Colline (an de Rome 395, av. J.-C. 358), Tite-Live, VII, II. 28) Ce combat singulier qui eut lieu entre Valérius Corvus ou Corvinus et un Gaulois eut lieu l'an de Rome 404, av. J.-C. 349. Tite-Live, VII, 26. - Le précédent avait vu aux prises un Gaulois et Manlius. Tite-Live, ib., 9-10.
29) V. supra p. 6-7, extr. VI du liv. III, Saunitique. --Cf. Polybe, II, 19, dans notre ,t. II, p. 64-69, et Eutrope, II, 15. - An de Rome 469-470, av. J.-C. 284-283.
30) An de Rome 631, av. J.-C. 122.
31) Litt. : de porte-lance.
32) An de Rome 695, av. J-C. 58.
33) César, G. G., I, XIV. Divico respondit : « ita Helvetios a majorib.us suis institutos esse, uti obsides accipere, non dare consuerint : ejus rei populum Rom. esse testem
34) Comp. César, G. G., I, XII. - Selon lui, c'est César qui défit, les Tigurins. Plutarque, César, XVIII (notre t. III,. p..222-223), s'accorde avec Appien. - V. plus haut, p. 12-15, ce que dit Appien lui-même.
35) César, ib., XXXV. - Plut., César, XIX,
36) Cet extrait est un résumé peu exact des Comment., I, 35-53.
37) César, ibid., IV, 12.
38) Tanusius ou Canusius Géminus. V.
39) Ses Éphémérides, notes prises au jour le jour et différentes des Commentaires, êpomnomata. - V. notre tome III, ibid. - Voici le passage de Servius (in Xl Æneid., v. 743) indiqué dans la note : « C. Julius Cæsar, cum dimicaret in Gallia, et ab hoste raptus equo ejus portaretur armatus, occurrit quidam de hostibus, qui eum nosset, et insultans ait : Cecos Caesar, quod Gallorum lingua Dimitte significat ; et ita factum est ut dimitteretur. Hoc autem ipse Caesar in Ephemeride sua dicit, ubi propriam commemorat felicitatem. » - Ce fait ne se trouve pas dans les Commentaires.
40) Il s'agit des chefs des Bretons. Cf. César, B. G., IV, 30.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

A propos de l’auteur


Amaury Piedfer 250 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines