Magazine Cinéma

Hellraiser 5: Inferno

Publié le 17 janvier 2012 par Olivier Walmacq

hellraiser5

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2000
durée: 1h35

l'histoire: Joseph Thorne est un inspecteur de police abusant de drogues et trompant sa femme avec des prostituées. Un jour, il découvre un curieux cube. Le soir-même, il couche avec une prostituée. Le cube s'ouvre et Joseph va alors avoir des visions cauchemardesques. Peu de temps après, la prostituée est retrouvée écorcheé vive...

la critique d'Alice In Oliver:

On nous rabbat souvent les oreilles avec les sagas Vendredi 13 et Halloween, mais on oublie souvent d'évoquer une autre franchise, j'ai nommé Hellraiser.
Dans ce cas précis, on relève également de nombreux épisodes, plus ou moins de qualité. Mais le concept de la franchise reste intéressant et donne lieu à de nombreuses possibilités.  Après, tout dépend du cinéaste qui sévit derrière la caméra. C'est toujours le même problème...

En l'occurrence, pour ce Hellraiser 5: Inferno, c'est Scott Derrickson qui dirige les opérations. A vrai dire, ce cinquième épisode ressemble davantage à un polar et donc, à une enquête policière.
Ici, c'est un flic, Joseph Thorne qui est mis à l'épreuve et qui découvre un peu par hasard le mystérieux cube, permettant la liaison entre le monde des humains et celui des enfers.

Ensuite, dans Hellraiser 5, il y a une certaine morale. Le héros principal (donc, Joseph Thorne) est un être méprisant.
Certes, c'est un bon policier mais c'est aussi un flic obstiné, prêt à tout pour parvenir à ses fins. C'est également un drogué, dépendant à la cocaïne, qui trompe sa femme en couchant avec des prostituées.
Il ne vas pas tarder à payer cette vie de débauche.

Un soir, il couche avec l'une de ses prostituées. Peu de temps après, Joseph Thorne est victime d'hallucinations morbides et la jeune femme est retrouvée morte, vidée de son sang. Evidemment, Thorne apparaît comme le coupable idéal, mais ce dernier va tout faire pour prouver son innocence.
Cette nouvelle enquête va le conduire à sa propre perte. Le scénario est de facture classique, presque trop prévisible pour réellement surprendre.
Malgré tout, la formule fonctionne plutôt bien même si ce cinquième opus, aussi efficace soit-il, fait davantage penser à un épisode d'une série horrifique.
Mais ne boudons pas notre plaisir, Hellraiser reste le dernier volet correct d'une saga qui sombrera par la suite.

Note: 12/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines