Magazine Cinéma

L'Homme Puma

Publié le 17 janvier 2012 par Olivier Walmacq

homme puma

genre: fantastique
année: 1980
durée: 1h30

l'histoire: Le Professeur Tony Farms apprend par un indien qu'il est l'homme puma. Il va devoir empêcher les forces du mal, dirigées par Kobras, de prendre le contrôle de la planète.

la critique d'Alice In Oliver:

Attention, très gros nanar en perspective ! J'ai nommé L'Homme Puma, réalisé par Albert De Martino en 1980. Clairement, ce film fantastique peut se targuer d'appartenir aux pires chiures de l'histoire du septième art !
Franchement, ce nanar est totalement indescriptible ! C'est vraiment un film barré, à se demander à quoi ont pu tourner les producteurs pour tourner une telle ineptie.

homme-puma-affiche_247459_25256

Rentrer dans une tentative d'explication du scénario est quasi impossible ! Toutefois, je vais tenter l'exercice.
Donc, merci de bien suivre le SPOILER qui va suivre... Dans un passé lointain, des extraterrestres sont venus rendre visite aux Aztèques et leur ont laissé deux choses: un masque d'or permettant de contrôler les esprits et une lignée de dieux blancs afin de protéger notre planète.

Hélas, le masque est tombé entre les mains d'une organisation criminelle, dirigée par Kobras (Donald Pleasence).
Ce dernier utilise donc le masque pour assouvir sa soif de conquête et de pouvoir. Il est désormais urgent d'arrêter le docteur maléfique !
Pour cela, il faut trouver un digne successeur de la lignée des dieux blancs. Ce dernier n'est autre que Tony Farms, mais celui-ci ignore tout de son grand pouvoir.

homme puma

Il est alors contacté par un chef indien, un certain Vadino, un personnage totalement inexpressif, qui semble sorti tout droit de nulle part.
A partir de là, bienvenue dans un festival de grand n'importe nawak ! Vadino va évidemment initier Tony Farms à ses nouveaux pouvoirs.
Il devient alors L'Homme Puma.

Concrètement, de quoi cet être incroyable est-il capable ? Réponse: pas grand chose ! Tout du moins, il sait voler ou presque...
Pour cela, encore faut-il que l'acteur se débatte entre les morceaux de ficelle un peu trop gênants ! Un grand moment de solitude, même pour un nanardeur averti.
Toutefois, une petite image de ma sélection devrait vous permettre d'apprécier la médiocrité des effets spéciaux.

homme puma

Et j'oubliais: notre super héros de pacotille peut également traverser les murs ! Pour le reste, l'Homme Puma reste un nanar fauché, victime de sa bande originale à base de synthés Bontempi, sans compter tous les effets kitsches, les fautes de raccord, la mauvaise photographie, l'image qui saute (et ce n'est pas la faute de la vhs)...
Bref, les défauts sont extrêmement nombreux ! Enfin, les bagarres restent totalement anthologiques, car complètement foireuses.
Tout cela sent la mauvaise cuite à plein nez, la faute probablement à une soirée barbeccue un peu trop indigeste.
En résumé, on ne s'en remet pas facilement !

Note: mais ça va pas, non ?
Note nanardeuse: 20/20


The Pumaman (Trailer)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines