Magazine Cinéma

[Critique] Carnage revient semer le chaos... Enfin !

Par Cinecomics

carnage family_feud
Disparu des radars marvéliens depuis le début des New Avengers en 2004-2005, il avait laissé un petit vide derrière lui... En effet, Carnage avait été littéralement déchiré en deux dans l'espace par le puissant Sentry (le Superman schizophrène de l'univers Marvel). 
Si lors de ses dernières aventures, il avait donné naissance à un nouveau symbiote (dont vous pouvez retrouver les péripéties en solo dans Collection 100% Marvel Spider-Man #06), il n'empêche quepersonne ne pouvait remplacer le tueur en série Cletus Kasady, l'hôte humain du symbiote Carnage. Son goût prononcé pour le meurtre et sa folie font de lui l'un des personnages les plus difficiles à gérer pour Marvel. Mais aussi l'un des préférés des lecteurs... 
Sans plus attendre, place à son grand retour dans la mini-série "Carnage : Une affaire de famille("Family Feud" en V.O.), sortie aujourd'hui même en France en format Collection 100% Marvel !
detail

Scénario : comment réintégrer en douceur un personnage destructeur...

Marvel a toujours permis à ses personnages de mourir, de revenir, de remourir, etc... Mais rares sont ceux dont l'explication tiens à peu près la route (en se figurant que l'univers Marvel est logique et possible...). Carnage fait parti de ceux dont le retour est extrêmement facile, en partie grâce à ce qu'est le symbiote : un être, que dis-je, une entité extra-terrestre auto-régénératrice quasiment indestructible.
De ce fait, l'auteur de cette histoire, Zeb Wells, fait revenir sur Terre le symbiote par un moyen plus ou moins plausible, mais surtout en toute simplicité. À côté de cela, une autre histoire débute en parallèle, mêlant des personnages ayant un lien avec Carnage, ainsi que de tous nouveaux individus. Les aventures des personnages déjà existants ont débuté dans les années 90, et reprennent avec ce récit. Même sans avoir lu ces précédentes histoires, tout est très bien expliqué et détaillé. Une découverte pour ceux qui ne connaissent pas, et de la nostalgie pour les anciens qui ont toutes les péripéties de Carnage sur leur étagère.
La mise en place de l'intrigue se fait peu à peu, en cumulant des informations que glanent Spider-Man et Iron Man, les protagonistes héroïques de cette aventure. Les actions s'enchaînent et tout un panel de personnages et de conspirations se met en place. Secrets, manipulations, nouvelles technologies et utilisations de symbiotes... Un enchevêtrement de morceaux de scénarios qui donne lieu à une gigantesque toile de fond un peu déroutante.
Spidey et Iron Man seront les premiers touchés par les problèmes liés au symbiote. Comme nous, ils sembleront être dépassés par les événements... C'est tout à fait normal. Beaucoup de monde vient se mêler à cette histoire, et il leur faut du temps pour faire le tri, pour séparer ce qu'il faut savoir de ce qu'il faut supposer. Par contre, petit bémol : si nos deux héros restent comme nous les avons toujours connus, de nouveaux personnages "héroïques" font leur apparition, mais ne serviront finalement que de prétexte, et seront aussi plats et sans saveur que les feuilles de papier sur lesquelles reposent les fabuleuses images de Clayton Crain.
SDCC-10-Marvel-Spider-Man-compte-rendu-13
Dessin : la plume du maître engluée dans le visqueux symbiote...
Si Clayton Crain surprend, c'est avant tout par son style novateur et réaliste. Je pense notamment auxdeux Ghost Rider dessinés par Crain, ainsi qu'à quelques aventures de Spider-Man dans les mensuels (et dans le mythique hors-série consacré à Vénom, Carnage et Toxin, fils de Carnage). Lorsque Crain met en images une histoire, on peut être sûr que le résultat ne nous décevra pas.
Ici, encore une fois, Crain fait honneur à son métier. Malheureusement, après ce à quoi il nous avait habitué, les dessins sont dans ce récit légèrement plus pauvres et un peu plus flous, moins détaillés. Son talent est indéniable, mais moins bon qu'avant. Par contre, si c'est le premier comic assuré par Crain que vous lisez, vous allez vous prendre une réelle claque visuelle !
Crain a le chic pour donner vie à ses personnages, en mettant en mouvement et en jeu la moindre parcelle de leur corps, et en rajoutant les petits plus qui font tout : plis du costumes, reflets de l'armure, souplesse des tentacules du symbiote, ombres adoucies, lumières suggérées... Bref, sa maîtrise des contrastes, des textures, des couleurs, des expressions, des effets, font de ses dessins de pures oeuvres d'art miniatures
SDCC-10-Marvel-Spider-Man-compte-rendu-12
Conclusion : la symbiose parfaite entre artistes et monstres !
Car ce comic est monstrueux ! Tant par l'histoire, glauque et tordue à souhait, que par les dessins sombres et violents. Wells n'hésite pas une seule seconde à faire de Carnage ce qui fait qu'il est Carnage : cruauté, cynisme, esprit vicieux, folie meurtrière... Il revient, plus bestial et déterminé que jamais ! Crain, lui, est familier avec les images sordides, et avec le fait de passer d'une jolie image à un véritable... Carnage ! Donc il est le candidat idéal pour mettre en scène la délicieusement putride vie d'un horrible monstre sans coeur... Et sans remords !
Ouvrez le comic, admirez la première page, passez à la deuxième... Et voilà ! Trop tard ! Vous êtes pris dans la toile de Wells et Crain, admiratif de la qualité et du design des dessins, et curieux de comprendre ce qu'il se passe, étant donné que dès les premières pages, on se pose une dizaine de questions qui trouveront toutes leurs réponses par la suite.
Si vous êtes fan de Carnage, ne vous inquiétez pas : cette histoire n'est que le commencement...

Prochainement : Carnage U.S.A !
Un petit avant-goût ? Juste ici :
Carnage USA_Promo1
1308157047
550w comics_carnage_usa_1


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinecomics 37143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines