Magazine Culture

La mort rodait autour de nos artistes populaires

Par Citoyenhmida

La mort rodait autour de nos artistes populaires

La faucheuse, la mort rodait depuis des semaines autour nos artistes populaires, ces artistes nés du peuple, les vrais représentants du peuple et  de sa culture.

Depuis des semaines, elle tournait autour de Mohamed ROUICHA. Dix fois, les internautes, toujours prompts à jouer aux journalistes avides de scoop, l’ont donné pour mort. Et dix fois, Si Mohamed ROUCIHA s’est relevé, il a parlé à la télévision, il nous rassurés. Nous attendions son retour : la télévision l’avait prévu pour le 24 janvier.

Et cet après midi, la nouvelle est tombée comme un couperet : j’ai cru d’abord à une mauvaise blague d’un internaute, jusqu’à ce que je lise la dépêche de la M.A.P.

Mohamed ROUICHA a été vaincu par la mort, après une longue maladie!

Qu’il repose en paix!

Pour ceux qui ne connaissent pas son oeuvre et sa place dans la chanson marocaine, notamment amazigh, voici des liens qui peuvent les éclairer:  ils peuvent cliquer ici, ou bien ici ou encore ou mieux encore pour avoir les paroles de ses chansons.

Si vous voulez écoutez une de ses chansons et admirer son art de jouer de l’outar, je vous invite à regarder et à vous laisser aller :

Quelques heures auparavant, une autre bien triste information éclaboussait nos écrans de télévision: la seconde chaine nationale de télévision 2M nous annonçait la disparition soudaine et brutale  de Mohamed SOUSDI du groupe mythique L’MCHAHEB.

Ce groupe apparu, après les NASSE AL GHINWAN et les JIL JILALAI, n’a pas connu le même succès que ses ainés mais il faut reconnaitre qu’il était, grâce à feu Mohamed Sousdi, le porte-drapeau d’une chanson marocaine populaire engagée et moderne.Les orchestrations de leurs chansons étaient par ailleurs très élaborées et bien travaillées.

La disparition de Mohamed SOUSDI doit nous bouleverser autant que l’avait fait celle de feu Boujmaa et feu Batma.

La génération actuelle ne connait surement pas L’Mchaheb car ils n’ont pas bénéficié du même engouement médiatique que les deux autres groupes, mais leur impact fut réel sur la jeunesse des années 70 et 80.

Pour nous replonger dans l’ambiance de ces années-là, réécoutons ensemble un de leurs succès comme HOB ARROMANE ou ce solo de feu Sousdi assez peu connu.

Que nos deux artistes reposent paix! Nous ne les oublierons pas!

P.S. : j’ai une pensée émue pour le MAESTRO, Mouha OULHOUSSEIN, qui se bat contre la maladie depuis un long moment.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Citoyenhmida 1351 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines