Magazine Culture

SANS FORME de Gail Carriger ( Dup )

Par Phooka @Phooka_Book
Une aventure de Alexia TarabottiTome 2 : Sans forme
SANS FORME de Gail Carriger ( Dup )
Editions Orbit320 pages16.50 euros
Résumé :
Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !




L'avis de Dup :


La vraie chronique, c'est celle de Phooka et elle est ICI. J'aime bien passer après d'ailleurs, parce que vous causer de Steampuck et d'Urban Fantasy... euh, je ne sais même pas ce que cela veut dire ! Et non, je ne veux pas de cours. Moi j'ai juste envie de vous dire que ce que j'ai lu m'a plu, et que j'ai autant aimé ce tome ci que le premier.

Quel plaisir de retrouver cette série et la plume de Gail Carriger, son humour pince-sans-rire tout en retenu. Ce langage châtié et qui malgré tout arrive à nous faire imaginer les scènes les plus "hot", sans qu'elles soient écrites ! J'adore.Alexia Tarabotti, devenue Laddy Maccon, est toujours aussi mordante, elle a donc fait le bon choix avec son loup-garou de mari ! ( J'en voudrais bien un comme ça moi, et pas que pour mon 4 heure... )Ivy, fidèle a elle-même... plus frivole cela ne se peut pas. Et pourtant elle arrive à nous surprendre à la fin, si, si !Félicité, toujours à baffer, mais elle, du début à la fin...Mme Lefoux. Aaah, Mme Lefoux, notre française, modiste, bricoleuse, inventrice (  on dirait ingénieure de nos jours ), elle apporte un sacré plus dans cette histoire. Un brin d'exotisme dans cet univers victorien, et pas uniquement à cause de sa nationalité... et non, je n'en dirai pas plus, si ce n'est que l'auteur est une sacrée coquine !L'intrigue quant à elle, une "épidémie" d'humanisation, de normalité qui frappe nos surnaturels, mais n'affecte en rien notre paranaturelle Alexia a de quoi intriguer ! Inquiéter même ! Mdr... au diable l'intrigue a dit Autrefois Phooka et elle a bien raison, car elle nous fait voyager de Londres en Ecosse, en dirigeable excusez du peu, et oui, déjà à cette époque les trains étaient en grève... Elle nous fait découvrir l'éthérographe, l'ancêtre du téléphone qui commence à se répandre, le télégraphe n'étant pas fiable à cause des grèves des postiers, et oui, eux aussi ! Bref, cette intrigue est résolue en grande partie avant la fin du volume, quelques questions restent en suspend... et pourtant ce n'est pas ces points d'interrogations qui me font hurler, LA SUITE, VITE ! C'est la situation dramatique ( si, si, je vous assure ) dans laquelle l'auteur laisse notre héroïne préférée ! Femme sans coeur va !Bref, une série à lire, à dévorer, sans modération.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines