Magazine Cinéma

Petits moments d'ivresse

Par Gjouin @GilbertJouin
Petits moments d'ivresse
Livre d’entretiens réalisés par Gustave Kervern et Stéphanie Pillonca
Quelle belle idée ! Et quel bouquin inattendu !
De la cuite dans les idées ?... C’est ce qu’on s’attend à trouver dans cet ouvrage ; et pourtant, c’est ça et ce n’est pas ça. Certes on y évoque le souvenir de sévères bitures, on y parle des effets désinhibants de l’alcool, on y avoue le plaisir que l’on a à fréquenter la dive bouteille, mais on y aborde surtout un tas d’autres sujets. En effet, ce livre est bourré… bourré de confidences rares et intimistes, de révélations inattendues qui en font un bouquin qui va bien au-delà du thème scripto sensu de l’ivresse. C’est un ouvrage qui ne se boit pas cul sec. On le déguste, on le tète, on le laisse revenir en bouche. Un très grand cru.
Moi qui ai pratiqué plus de 3000 interviews (dont Depardieu, Mocky, Lio, de Caunes, Le Bolloc’h, Ribes, Efira, Tavernier, Bedos, Poelvoorde), le plus souvent dans la plus grande relation de confiance, j’ai rarement vu des gens se lâcher autant. L’effet Kervern sans doute. Bien qu’il connaisse la plupart de ses interlocuteurs, son approche est simple, naturelle, nimbée même d’une certaine timidité. Du coup, les gens se livrent presque sans s’en rendre compte.
Dans ce livre, il y a donc à boire… et à manger. Si certains entretiens m’ont littéralement scotché par la force de leur contenu, d’autres – de loin les moins nombreux - m’ont un peu laissé sur ma faim.
Les interviews qui m’ont emmené au ciel ou sur un petit nuage ? Et pour leur honnêteté, leur franchise, leur fond, leur humilité, leur originalité de ton, leurs informations (y’en a qui dénoncent) : Gérard Depardieu, Edouard Baer, Jean-Pierre Mocky, Miossec, Lio, Antoine de Caunes, Yolande Moreau, Yvan Le Bolloc’h, Amélie Nothomb, Jean-Pierre Darroussin, Fernando Arrabal, Jean-Michel Ribes, Julien Doré, Virginie Efira, Frédéric Beigbeder, Benjamin Biolay, Nicolas Bedos, Benoît Poelvoorde.
Quant à celles qui m’ont le moins enivré ce sont celles de Bénabar, Marjane Satrapi, Bertrand Tavernier, et surtout Sara Forestier. Tavernier par exemple a omis de parler de quelques cuites homériques survenues sur ses tournages (Marielle et Mitchell dans Coup de torchon, entre autres).
Donc quatre sur dix-huit, le quota est plus que largement proche de l’excellence.
Il faut lire Petits moments d’ivresse. On y apprend tellement de choses. Et quand on sait qu’il reste pas mal d’autres clients potentiels, on ne peut que souhaiter que Gustave et Stéphanie se remettent à l’ouvrage.
(Editions du Cherche Midi. 22 €)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines