Magazine Concerts & Festivals

OPERNHAUS ZÜRICH le 5 février 2012: DIE MEISTERSINGER VON NÜRNBERG, de Richard WAGNER (Dir.Mus: Daniele GATTI-Ms en scène: Harry KUPFER)

Publié le 11 février 2012 par Wanderer
OPERNHAUS ZÜRICH le 5 février 2012: DIE MEISTERSINGER VON NÜRNBERG, de Richard WAGNER (Dir.Mus: Daniele GATTI-Ms en scène: Harry KUPFER)

Saluts, Daniele Gatti

Après Tannhäuser, Harry Kupfer s'est vu confier par Alexander Pereira dont c'est la dernière saison zurichoise une mise en scène nouvelle des Meistersinger von Nürnberg.
Après Parsifal à Bayreuth, Lohengrin à la Scala, Daniele Gatti affronte cette partition foisonnante que peu de chefs non germaniques abordent.
Après Beckmesser à Bayreuth (un immense triomphe), Michael Volle aborde  Hans Sachs, autre paire de manches, le rôle sans doute le plus écrasant du répertoire wagnérien, le plus écrasant, et l'un des moins spectaculaires. Trois motifs pour venir à Zürich.
Quelques souvenirs de Bernd Weikl et de Dietrich Fischer Dieskau font mes grands Hans Sachs sur scène, j'aime beaucoup le Theo Adam d'un enregistrement de Böhm chez Orfeo. Aujourd'hui, l'expérience de Bayreuth (Hawlata, Rutherford) est décevante, seul Bryn Terfel aux proms de Londres a pu impressionner.
Michael Volle est l'un des grands barytons basses du moment, son Wolfram l'an dernier dans cette même salle était tout simplement sublime, et son Hans Sachs ne pouvait qu'exciter ma curiosité.
Me voilà donc sur le chemin de Zürich (-13°) , entre deux Puccini lyonnais!
Au premier abord, la mise en scène de Harry Kupfer apparaît décevante, non parce que le livret est scrupuleusement suivi, ce qui est plutôt positif, mais parce qu'on se demande alors pourquoi cette transposition après guerre. En effet à part les costumes (juste après guerre) et le décor (une église en ruines qu'on commence à reconstruire - échafaudages métalliques qui semblent le faire tenir debout -, une ville au fond en ruines), on ne réussit pas au premier abord à mettre en relation  l'espace et l'intrigue. Kupfer nous avait habitués à bien d'autre propositions, à bien d'autres postures...Pourtant, je suis frrappé par la qualité et la précision de la direction d'acteurs, de la mise en place, de la manière, notamment dans la dernière partie de l'acte (les discussions des maîtres) combien Kupfer soigne le naturel, les échanges, les gestes, y compris ces petits gestes à peine esquissés d'une conversation. En observant Michael Volle, et la manière dont il construit Sachs, une sorte de primus (implicite) inter pares, comment il discute, comment on voit naître son étonnement d'abord, son admiration ensuite envers le jeune Walther, et comment Kupfer construit l'image conformiste des autres protagonistes. Du beau travail, tissé seulement à partir des gestes et des mouvements.
Dès le second acte, dans les mêmes espaces: la scène est constituée comme au premier acte d'une ruine de portail monumental gothique et de quelques piliers et de pans de mur, installés sur une tournette, qui ainsi amène sans cesse un changement d'espace et une mobilité des foules, sans que le plateau n'ait à être modifié. Le fond de scène a changé, des ruines on est passé aux grues, on reconstruit...on commence alors à comprendre le propos de Kupfer, qui inscrit ces Maîtres dans un contexte particulier et dans un univers qui est au fond l'opposé de celui de Katharina Wagner à Bayreuth, qui fait des Maîtres une réflexion sur le conformisme en art, sur le populisme et le refus de la marginalité. L'univers de Kupfer est d'abord un univers incroyablement optimiste. Lui qui vient de l'Est et qui a été marqué par une culture scénique plutôt idéologique, le voilà qui fait de ce symbole d'une germanité qu'on a tendance à refuser (Les Maîtres Chanteurs furent le seul opéra de Wagner qui trouva grâce aux yeux du nazisme finissant, et qui eut droit d'être représenté à Bayreuth jusqu'à la fin) le symbole d'une germanité et d'une Allemagne retrouvées, dans le bonheur et la joie d'un futur ouvert et réussi, une germanité ouverte et moderne. De fait, le troisième acte se déroule sur fond d'Allemagne reconstruite (gratte-ciels), seuls les échafaudages subsistent autour de l'église centrale, mais on s'imagine bien que bientôt, tout sera reconstruit (on pense irrésistiblement à la Frauenkirche de Dresde). Dans une Allemagne qui retrouve sa place et sa tradition, les Maîtres retrouvent le symbolique positive et non pervertie... Kupfer nous étonnera toujours. On était loin de s'attendre de sa part à une lecture aussi ouverte et aussi positive de cette œuvre. Il en résulte donc à la fois une construction très précise des personnages, une attention à garder à la fois la fraîcheur et les gestes de la comédie - si j'osais, je dirais aussi...de l'opérette. la Festswiese est un authentique défilé des corporations, mais un défilé comme on en voit dans les carnavals d'aujourd'hui, si populaires encore en Allemagne (voir le Carnaval de Mayence, par exemple);

OPERNHAUS ZÜRICH le 5 février 2012: DIE MEISTERSINGER VON NÜRNBERG, de Richard WAGNER (Dir.Mus: Daniele GATTI-Ms en scène: Harry KUPFER)
Wiebke Lehmkuhl/Juliane Banse/Roberto Saccà Photo Suzanne Schwiertz, @ Opernhaus Zürich

Kupfer est très attentif aux rapports qui se construisent entre les personnages, notamment entre Eva et Sachs, on apparaissent très clairement l'ambiguité de la relation, et la situation d'Eva, qui a peine à choisir entre Sachs et Walther, entre le refuge et le désir. Ainsi l'individu Sachs, tel une maréchale au masculin, laisse les jeunes gens s'aimer et le désir s'assouvir, et reste seul, mais une solitude qui est compensée par l'admiration de tous, qui le fêtent comme l'artiste de référence, mais là aussi, Sachs comprend qu'entre l'artiste artisan qu'il est et le génie qu'il entrevoit chez Walther, il doit là aussi laisser la place. D'où son insistance pour que Walther devienne Maître: il refuse l'idée de l'artiste "voleur de feu" à la Rimbaud qui repousserait la reconnaissance sociale, même si elle passe par une institution un peu fossilisée. Walther doit intégrer une institution qui fait que même les bourgeois, même les artisans parlent d'art. Et le monologue final de Sachs, qui parlent de l'art allemand et qu'on a si souvent pointé du doigt pour ses relents nationalistes est d'abord un monologue à la gloire de l'art.
Il s'agit donc à mon avis d'un vrai travail de reconstruction, d'un véritable effort pour replacer les Maîtres Chanteurs à une place positive, ouverte, et non à une place qui obligerait systématiquement à en faire une lecture destructrice.
A cette entreprise vraiment optimiste correspond une troupe de chanteurs souvent remarquables. Matti Salminen, qui est l'un des artistes maison les plus fidèles, compose un Pogner puissant, et humain, avec une voix certes un peu vieillie, mais toujours impressionnante. Quel plaisir de constater qu'il a encore une présence et une personnalité vocales incomparables. Martin Gantner, lui aussi l'un des piliers de l'opéra de Zürich, compose un Beckmesser loin de la caricature, homme mur un peu traditionaliste, peu clairvoyant, mais qui rend le troisième acte à la fois désopilant (il arrive en scène encore tout déglingué par la bataille finale du second acte) et attendrissant, la manière dont il est seul, laissé de côté lors de la Festwiese, et dont Sachs s'approche pour "faire la paix" avant que chacun de son côté s'enfuie vers sa solitude est très tendre et si juste. La voix est claire, bien posée, et la composition est excellente.
Roberto Saccà est une grande et belle surprise en Walther, la voix, sans être d'une qualité intrinsèque exceptionnelle, est forte, biuen conduite, la technique est sans faille, la présence réelle. Son air final est vraiment de très grande qualité. Un artiste de haut niveau, à suivre, sans nul doute.
Le David du jeune autrichien Peter Sonn est aussi une belle personnalité scénique et vocale, il remporte un grand succès personnel. je suis moins enthousiaste des rôles féminins: une Magdelene à la voix chaude, bien timbrée,  de Wiebke Lehmkuhl, et une Eva malheureusement discutable de Juliane Banse. Magnifique scéniquement, avec une fraicheur et une jeunesse éclatante, et un engagement réel, mais vocalement inégale, ne réussissant pas toujours à stabiliser la voix, ayant tendance à crier à l'aigu, ce qui fait du quintette du 3ème acte de ce point de vue un des moments musicaux les plus attendus et les moins réussis de la soirée, tant les voix ne réussissent pas à fusionner, et Juliane Banse a sa responsabilité!

OPERNHAUS ZÜRICH le 5 février 2012: DIE MEISTERSINGER VON NÜRNBERG, de Richard WAGNER (Dir.Mus: Daniele GATTI-Ms en scène: Harry KUPFER)

Roberto Saccà /Michael Volle Photo Suzanne Schwiertz, @ Opernhaus Zürich

Reste Michael Volle. Son Sachs prend le parti pris du non spectaculaire, avec une fluidité de la "conversation en musique" vraiment étonnante, et une diction exemplaire. Mais la voix, impressionnante dans d'autres rôles, est apparue un peu fatiguée, luttant contre l'orchestre, et réellement à bout dans les dernières minutes. Il reste un très grand artiste, et son Hans Sachs est présent, fort, passionnant et tellement juste au niveau scénique, tellement "naturel", tellement humain. Mais je suis un tout petit peu déçu par rapport aux attentes, même si parmi les Sachs de ces dernières années (hors Terfel) il  émerge du lot sans discussion.
Daniele Gatti, directeur musical de l'opéra de Zürich, s'en titre avec les honneurs. Le programme de salle souligne  qu'il affronte une œuvre symbole de la culture germanique, à laquelle  peu de "latins" osent s'attaquer. Il se place dans le sillage de Toscanini, qui comme lui dirigea Parsifal à Bayreuth. Mais Daniele Gatti est beaucoup plus à l'aise dans Wagner ou dans Berg que dans Verdi. Il est dans son élément, ici et dirige un Wagner très clair, très limpide, même si dans la très petite salle de Zürich l'orchestre apparaît quelquefois un peu fort et les équilibres scène/salle quelque peu bousculés. Il est possible que Volle en ait souffert. Il reste que sa direction très contrastée (prélude du 3ème acte exceptionnel), et particulièrement lisible permet de constater une fois de plus la complexité et l'épaisseur de cette partition, qui a inspiré bien des musiciens de la fin du XIXème, la manière dont la musique aide à DIRE le texte, dont elle l'accompagne comme si elle commentait des images, et si l'on se met à suivre un seul instrument, n'importe lequel, on entre alors dans une forêt de surprises, une sorte de labyrinthe de sons à se perdre. Dans mon parcours wagnérien, j'ai eu du mal avec cette œuvre au début, mais plus je l'écoute, plus je la respire, et plus je me dis que c'est peut-être là le chef d’œuvre absolu du maître de Bayreuth et la direction remarquable de Gatti permet de s'y immerger et de s'en étourdir. En sortant du théâtre, après 6h de spectacle, on est heureux, regonflé, et on en  reprendrait bien un "Schluck"...

OPERNHAUS ZÜRICH le 5 février 2012: DIE MEISTERSINGER VON NÜRNBERG, de Richard WAGNER (Dir.Mus: Daniele GATTI-Ms en scène: Harry KUPFER)
Salut général

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wanderer 2483 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte