Magazine Société

Syrie : un détonateur ?

Publié le 13 février 2012 par Christophefaurie
Deux mouvements opposés face au conflit syriens font peser des menaces qui vont au-delà, me semble-t-il, des frontières syriennes.
D'une part, l'Arabie saoudite, tout comme Al-Qaida, lancent des appels aux musulmans sunnites pour soutenir ou intervenir en faveur de leurs frères syriens. Cette alliance objective d'un régime politique et d'un mouvement né pour le combattre peut déjà surprendre. Elle s'explique par un réflexe communautaire : les quartiers sunnites de Homs se trouvent sous le bombardement d'un gouvernement (et d'une armée) dominé par les Alaouites, apparentés aux Chiites. Lesquels sont soutenus par l'axe chiite constitué par l'Iran, le Hezbollah au Liban et, en moindre mesure, le gouvernement chiite irakien.
D'autre part, la Russie et la Chine continuent de défendre la dictature syrienne - comme tant d'autres dans le monde - peut-être moins par intérêt que pour éviter un précédent qui auraient des résonances intérieures, surtout en Russie. A l'opposé, l'Occident est tenté par un nouveau schéma à la libyenne. Certains pays arabes, notamment ceux qui viennent d'effectuer leur révolution (vers plus de démocratie ?) condamnent de plus en plus fermement la répression en Syrie. La ligne de fracture, ici, se situe entre la pérennisation de régimes autoritaires ou dictatoriaux et le pouvoir au peuple dans un Etat de droit.
Pourtant, si la situation était aussi simple, on pourrait (?) espérer une solution négociée. Il semble malheureusement que le problème est beaucoup plus complexe, pour deux raisons essentielles.
Première raison : la Syrie est un pays lui-même complexe, dominé en nombre par des Arabes sunnites (environ les trois quarts de la population) mais vivant aux côtés de plusieurs minorités ethniques ou ethnico-religieuses (communautés chiites ismaéliennes dont les Alouites, Kurdes, Turkmènes, Druzes, Assyriens et Arméniens notamment). Ces minorités sont des minorités très significatives voire des majorités à l'échelle de certaines régions syriennes.
Deuxième raison : la nature et les intérêts des pays de la région sont très divers. Pour résumer à très grands traits, les monarchies du golfe souhaitent essentiellement protéger les sunnites et contrer l'Iran et son axe chiite. Certaines d'entre elles, notamment l'Arabie saoudite autour de ses régions pétrolières, ont toutefois de fortes minorités chiites (même une majorité dans le cas de Bahrain). Les gouvernements issus du printemps arabe veulent démontrer qu'ils peuvent promouvoir une forme localisée de démocratie, compatible avec l'islam et indépendante de l'Occident. La Turquie (sunnite) tente, elle, de promouvoir son propre régime, d'affirmer san puissance régionale, de contrôler les velléités des Kurdes syriens...
Les dynamiques politiques à l'oeuvre, à l'intérieur ET à l'extérieur, me font penser au cas libanais. C'est-à-dire à un nouveau détonateur d'un chaos régional. L'importance et l'enchevêtrement des enjeux peut soit bloquer le changement de régime entraînant une crispation internationale durable, soit à l'inverse provoquer un changement si fort qu'il débordera de manière incontrôlable hors de Syrie.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine