Magazine France

Reflets… d’un monde meilleur

Publié le 13 février 2012 par Gédécé @lesechogaucho
Reflets… d’un monde meilleur

source wikipédia

Ce soir, deux billets en un avec ces deux extraits que j’ai sélectionnés parmi tous les articles que j’ai lus aujourd’hui. Ceux ci m’ont semblé de haute tenue et leur contenu particulièrement riche de sens. Fait inédit, ils sont du même auteur et sur le même site : Reflets. C’est pourquoi je les ai rassemblés ici. Une manière également pour moi d’attirer votre attention sur ce site  afin que vous y alliez un peu plus souvent…Il vaut le détour.

Attiser la haine : un projet politique ?

Par Yovan Menkevick

(Comment en est-on arrivé là ? Comment la classe politique, la justice, les médias peuvent-ils accepter que des propos pareils puissent être relayés, commentés, et au final servir un camp politique qui demande désormais des excuses à un parlementaire du camp opposé qui a eu le « malheur » de réagir ? Stupéfiante époque qui en rappelle d’autres, plus sombres, quoi qu’en disent les « petits maîtres » qui cherchent à balayer toute contestation en brandissant le fameux point Godwin)

Reflets… d’un monde meilleurC’est l’histoire d’un pays occidental, au XXIème siècle, très riche, membre du conseil restreint de l’ONU mais dirigé par une bande de mafieux conservateurs vendus aux grandes multinationales. Ces mafieux ont réussi à faire élire au poste suprême l’un des leurs : un roquet arrogant et arriviste qui change d’avis comme de chemise afin de parvenir à conserver le poste pour continuer à réformer le pays, c’est-à-dire finir de le vendre à ses amis du CAC 40 et aux membres du Medef. Mais comme il n’est plus certain d’arriver à briguer un deuxième mandat, son ministre de l’Intérieur fraîchement nommé se charge de convaincre les électeurs de l’extrême droite xénophobe que le parti de la droite républicaine qu’il représente est largement autant xénophobe que le parti d’extrême droite que ces électeurs xénophobes seraient censés soutenir. (suite)

Et pour suivre, comme promis, ce texte sur Jean-Luc, l’un des plus bea, vibrants et justes qu’il m’est été donné de lire dernièrement..

Jean-Luc M : le dernier tribun (gauchiste)

Par Yovan Menkevick

Quel homme ! Mais quel homme ! Il éructe, il dégomme tout sur son passage, il dit haut et fort ce qu’aucun de ses adversaires n’ose dire. C’est un vrai orateur. Il embarque les foules qui viennent à ses meetings et qui y croient de plus en plus. C’est super émouvant. Un vrai gauchiste qui en a des très grosses en plus. Putain, ça fait plaisir, hein, Maurice ? Bon, on ne va pas s’attarder sur ce que tout le monde sait de la personnalité de JLM, de ses frasques médiatiques, de ses sorties plus ou moins contrôlées : on est au courant. C’est un tribun, un vrai, mais aussi un pur populiste. Chose déjà expliquée dans cet article il y a quelque temps. Mais encore ? Et bien disons que le personnage est une sorte d’anti-Bayrou : tout est très ferme, très carré, très précis, volontaire, puissant. Quelques extraits lors d’un meeting récent :

« Nous sommes le sel de la terre, ceux qui relèvent le drapeau quand il tombe, ceux qui résistent, ceux qui résistent, ceux qui résistent !«

Il lit aussi du Victor Hugo, enfin, c’est balèze, et on a l’impression qu’on ne s’emmerde pas dans les meetings de JLM, enfin, si on aime les meetings politiques et qu’on croit au changement par les urnes. On est donc en droit de se demander quelle est la stratégie de Jean-Luc : pourquoi fait-il tout ça, avec quel objectif, et que propose-t-il ?

Un ex-socialiste désormais à gauche…du PS, donc à gauche…

Le sénateur Mélenchon (1988-2010, avec un trou entre 2000 et 2004), ex secrétaire du sénat (2004-2008), s’est un peu fâché après le référendum de 2005 sur la constitution européenne, et beaucoup plus après le congrès du PS de Reims en 2008 . Il a donc créé le Parti de gauche à cette époque, dont il est le président du bureau national. Pas le Front de gauche mais le Parti de gauche. Le Front de gauche (FdG), c’est une liste au départ, pour les européennes. Mais ça devient un mouvement unitaire avec un candidat pour la présidentielle, JLM, dont les soutiens sont la Gauche unitaire, le Parti communiste français, le Parti de gauche, Convergences et alternative, la Fédération pour une alternative sociale et écologique ainsi que République et Socialisme (ouf). Le FdG n’est donc pas un parti d’extrême gauche malgré ce qu’on entend ici ou là. D’ailleurs le NPA n’y participe pas et on ne peut pas dire que le PCF soit encore considéré comme un parti d’extrême gauche. Et puis c’est une agrégation de partis. En plus, ils chantent la marseillaise et ils accrochent des drapeaux bleu-blanc-rouge partout. Bref, une fois ces petits détails apportés au lecteur attentif et désireux de précisions, venons-en au programme.

Anti-libéral, anticapitaliste, décroissant et révolutionnaire !

Diantre. Damned. Le JLM affirme qu’il peut faire la révolution par les urnes. Une sorte de Che Guevara républicain, un socialiste réformateur qui appelle à la révolution citoyenne. Nom d’un p’tit bonhomme, mais c’est énooooorme : tous les bayrouistes doivent faire dans leur pantalon quand ils voient le Chonchon monter dans les sondages. Bon, laissons Bayrou tranquille un instant et parlons du programme que défend Jean-Luc. Si vous googlisez « programme front de gauche », la première entrée est http://programme.lepartidegauche.fr/. Là on vous propose deux sites au choix pour télécharger le programme :  Front de Gauche et Place au Peuple 2012. Prenons « Place au Peuple 2012″, le titre est inspirant. Là, on arrive sur un site labellisé « Front de gauche » et on peut directement télécharger le bouquin vendu à 300 000 exemplaires « l’Humain d’abord » qui est le programme du FdG et de son candidat commun, Jean-Luc le bien nommé Mélenchon. Nous l’appellerons désormais Capt’ain Chonchon, ça sonne bien.

« Oui c’est possible. L’humanité a déjà surmonté de nombreuses catastrophes. Derrière la crise du système capitaliste qui se déroule sous nos yeux, il y a la possibilité d’un monde meilleur (…) Tous ces maux trouvent leur commune origine dans la caractéristique essentielle de notre époque : la domination sans partage du capital financier sur le monde. Or cette domination en apparence inébranlable est en réalité d’une grande fragilité. Car elle dépend tout entière de choix politiques que les peuples peuvent inverser. Affrontons la finance et nous retrouverons rapidement un avenir. »

Tiens, tiens, tiens ça ressemble à une déclaration d’un candidat crédité de 30% au premier tour qui n’a jamais rien écrit dans son programme de cette sorte. Mais une fois le constat établi, comment Capt’ain Chonchon compte-t-il affronter la finance ? (suite)
Intéressant, non ? Si vous voulez poursuivre la découverte de Reflets, je vous conseille notamment l’article de Bluetouf qui nous raconte comment l’UMP invente à tour de bras des faux comptes twitter pour amplifier sa propagande”… Tout un monde ! L’ancien… Le meilleur est à venir.Place au peuple !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte