Magazine Cinéma

[Critique Blu Ray] Blue Velvet

Par Gicquel

David Lynch est un cinéaste étrange. Son cinéma, ne l’est pas moins. Bizarre, souvent, hermétique, parfois , dérangeant, toujours … Doté d’une telle réputation, il lui est facile d’en jouer, pour mieux déjouer les attentes d’un spectateur, toujours avide d’innattendu et de rebondissements. Alors, « Blue Velvet » tombe à point nommé. C’est dans la filmographie du réalisateur, une sympathique fanfaronnade qui ne s’en donne pas l’air, mais l’interprète pourtant bel et bien .

Prenez une oreille abandonnée dans un terrain qui l’est tout autant, remontez la filière à l’aide de votre petite amie dont le papa est policier ,et vous voici détective en herbe , complètement dans le pétrin. Car derrière la loupe, les méchants ne plaisantent pas et la victime supposée,est un brin fofolle.

Cliquer ici pour voir la vidéo.

Le tout baigné dans le clair-obscur vermillon que le sieur Lynch apprécie particulièrement. Ca vous donne un genre et surtout une ambiance. Un pot de fleur, au milieu de ce décorum ,réussirait à vous foutre la trouille.
On a donc peur;le gangster s’énerve pour un rien , frappe la jeune femme , plus que de raison , avant de se prendre la tête, dans laquelle ça ne tourne pas rond. A la place du gamin, il y a longtemps que j’aurais abandonné cette piste. Mais Jeffrey, comme pris dans un rêve subliminal  , s’accroche à son destin et à la caméra de Lynch qui n’en demandait pas tant. C’est un bonheur de mise en scène, un maniérisme contrôlé, qui nous trimballe très gentiment d’une intrigue à l’autre, et cette fois tout est limpide. Le protégé du réalisateur se chargeant au fil de ses découvertes de nous en faire part.

[Critique Blu Ray] Blue Velvet

Des révélations d’une simplicité désarmante chez l’auteur de « Dune » et de « Mulholland Drive« , qui une fois encore , peaufine sa galerie de portraits alambiqués.Kyle Mc Lachlan tient la dragée haute à un  Dennis Hopper complètement allumé, et ça lui va bien . Isabella Rossellini, à côté de ses pompes, réussit à nous faire marcher dans sa combine. Poignante, désespérante, agaçante, aimante, elle est fatale, forcément fatale. Quand elle murmure « Blue velvet » , ce vieux standard des années 60, remis au goût du jour par la grâce d’un cinéaste. Etrange, forcément étrange.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines