Magazine Culture

Ces troubles qui éclatent ici et là : à qui la faute?

Par Citoyenhmida

Depuis un certain temps, on observe à travers le pays des troubles plus ou moins graves, plus ou moins médiatisés, plus ou moins relayés par les réseaux sociaux et notamment  par quelques internautes connus pour leur opposition farouche au régime marocain.

Les plus graves  se sont produits à Taza au début du mois. D’autres ont eu lieu tout récemment à Beni-Mellal. Rien ne permet d’affirmer que demain d’autres localités ne seront pas la proie à ce genre d’événements.

Il est très facile de pointer du doigt de telle ou telle association, plus ou moins légale, tel ou tel mouvement, plus ou moins représentatif, tels ou tels personnages non recommandables, et d’affirmer qu’elles sont la tête qui fomente ces troubles, la main qui allume ces incendies et l’arme rudimentaire qui attaque les forces de l’ordre et qui détruit les biens publics et privés.

Certes, la révolte populaire n’est jamais spontanée!

Mais elle n’est jamais sans raison.

Si les populations avaient en face d’elles des élus à l’écoute, si elle était encadrée par des partis politiques qui travaillent sur le terrain, si les populations ne se sentaient livrées à elle-même, si les citoyens n’étaient témoins à longueur d’années de magouilles sur les lotissements, s’ils n’assistaient pas impuissants à l’accumulation de fortunes insensées de la part de personnes supposées les représenter et les défendre, une grande partie de ces mouvements de colère populaire seraient absorbés, compris, étudiés et peut-être résolus dans une majorité de cas.

Mais le manque total de courroies de transmission entre la population et l’administration a eu comme conséquence directe et inéluctable que la moindre plainte, la moindre doléance ne peut être émise que par la voie la plus brutale, celle de la violence!

Quand on recense le nombre de conseils municipaux ou communaux dont les travaux sont bloqués pour des problèmes de personnes ou pour des affaires de basse politique politicienne, il ne faut pas s’étonner que les populations cherchent d’autres voies pour faire entendre leurs voix.

Il est temps que le problème de la gestion des affaires locales soit revue de fond en comble!I

Il n’est pas normal par exemple que des gestionnaires privés de services publics jouent avec la sécurité publique en émettant des factures absolument fantaisistes et en exigent le paiement avant toute réclamation.

Il n’est pas normal que le droit foncier, l’un de nos droits positifs le plus remarquable par sa clarté et son efficacité, soit bafoué par des élus locaux qui distribuent des autorisations de construire en-veux-tu-en-voilà, en contrepartie de je ne sais pas trop quoi.

Il n’est pas normal qu’un citoyen soit privé, depuis des années, et ce deux ou trois jours par semaine, des services administratifs locaux au motif  que le personnel est en frève.

Si une partie de ces problèmes sont résolus au niveau local par les élus locaux dont c’est le rôle fondamental, l’état peut alors prendre en charge les problèmes plus généraux et proposer de solutions structurantes.

Le gouvernement actuel est face au défi énorme de mettre en la marche la régionalisation avancée! Saura-t-il prendre en compte toutes erreurs commises dans l’expérience de la gestion locale? Saura-t-il mettre en place les mécanismes qui faciliteront la double transmission, du citoyen vers ses représentants et des élus vers le citoyen, afin d’éviter que le moindre frémissement social ne se transforme en fronde contre l’autorité établie?

Toutes les sociétés du monde comportent des éléments perturbateurs : ce n’est pas une spécificité marocaine, bien entendu. Mais la démocratie permet justement d’isoler ces éléments antisociaux et de neutraliser leur nuisance en mettant en place des amortisseurs sociaux, des courroies de transmission du ressenti populaire et des moteurs de secours pour relancer la marche normale de la société.

Ce sera aux partis politiques encore une fois de relever le défi : les élections municipales sont à prévoir dans peu de temps. Il sera nécessaire de renouveler les conseils locaux, en y déléguant des personnes compétentes, dévouées, et surtout intègres. L’avenir et la stabilité de notre pays est à ce prix.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Citoyenhmida 1351 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines