Magazine Cinéma

Le Bon, La Brute et le Truand

Publié le 14 février 2012 par Olivier Walmacq

Le Bon, La Brute et le Truand

L'histoire: Pendant la guerre de Secession,le Bon,la Brute et le Truand s'affrontent pour découvrir un trésor volé aux sudistes...

La critique d'Alice In Oliver:
Après le succès des deux premiers films, Pour Une Poignée de Dollars et Et Pour Quelques Dollars de Plus, Sergio Leone décide de réaliser le troisième et dernier volet de la trilogie, Le Bon, la Brute et le Truand en 1966.
Sergio Leone réunit à nouveau Clint Eastwood et Lee Van Cleef. Mais comme l'indique le titre du film, un troisième personnage vient jouer ici un rôle prépondérant: Eli Wallach.

Le Bon, la Brute et le Truand est le western le plus connu de la trilogie du dollar. Il est considéré comme la quintessence du western spaghetti.
A la base, le film devait s'intituler Les deux magnifiques bons-à-rien mais le titre sera modifié dès le début du tournage.
Le scénario de ce western tourne autour de trois personnages principaux.

Le Bon, La Brute et le Truand

Le bon (Clint Eastwood) est un homme sans nom que son acolyte, Tuco (Eli Wallach) aime appeler Blondin. C'est un personnage énigmatique et arrogant en compétition avec le même Tuco et Sentenza (Lee Van Cleef).
Pourtant, cet homme n'a pas grand chose de bon puisqu'il n'hésite pas à utiliser Tuco pour servir ses propres ambitions et partir à la recherche d'un trésor perdu.
C'est un grand amateur de cigares, un stratège et un as de la gâchette.

La Brute est interprétée par Lee Van Cleef, un acteur souvent cantonné dans les rôles de méchant dans les westerns des années 50 et 60.
Encore une fois, il trouve ici un personnage à sa mesure. La Brute est également connue sous le nom de Sentenza.
Pour l'anecdote, Sergio Leone voulait engager Charles Bronson pour interpréter ce mercenaire, qui n'hésite pas à pratiquer la torture pour obtenir des informations. C'est le personnage le plus antipathique du film: c'est un être sans scrupule et sans pitié qui élimine tous ceux qui ont le malheur de croiser son chemin.

bon-la-brute-et-le-truand

Le Truand est interprété par Eli Wallach. Ce personnage est également connu sous le nom de Tuco. En apparence, c'est un petit bandit sans envergure, manipulé à la fois par Sentenza et Blondin.
Toutefois, ce voyou est plus malin qu'il n'y paraît et prendra sa revanche sur Blondin. Par la suite, les deux hommes seront forcés à devenir des compagnons de route. C'est indéniablement le personnage le plus attachant du film.
Certes, ce dernier est une petite crapule mais il apporte une certaine tonalité comique à ce western par son côté maladroit et souvent naïf.
Pour l'anecdote, Sergio Leone avait pensé à Gian Maria Volonté pour incarner Tuco. L'acteur avait déjà fait ses preuves dans le précédent volet de la trilogie, Et Pour Quelques Dollars de Plus, mais Leone choisira finalement Eli Wallach après avoir vu La Conquête de l'Ouest.

Pour le reste, Le Bon, la Brute et le Truand est aussi le dernier film italien tourné par Clint Eastwood. Sergio Leone situe son western au moment de la Guerre de Sécession, une période pendant laquelle l'Amérique va connaître de grands bouleversements. Encore une fois, le film toune autour de trois personnages aux personnalités qui ne sont pas si différentes. Finalement, ces trois mercenaires sont avant tout intéressés par l'appât du gain et sont prêts à tout pour retrouver un trésor perdu.
Nos trois héros n'ont que faire du conflit qui oppose le Nord au Sud dans leur propre pays.
Bien triste vision de l'humanité.

bon brute et T

Le film peut s'appuyer sur la très bonne composition de Clint Eastwood et de Lee Van Cleef, excellents dans leur rôle respectif.
Toutefois, la prestation d'Eli Wallach éclipse quasiment le jeu de ses deux partenaires. Enfin, comment ne pas évoquer la superbe musique d'Ennio Morricone et la mise en scène de Sergio Leone multipliant les gros plans sur les faciès de ses personnages ? Bref, Le Bon, la Brute et le Truand est un film culte, un classique du western spaghetti et plus largement, du cinéma en général.

Note: 20/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines