Magazine Culture

Psyche – All Things Paste Into The Night

Publié le 15 février 2012 par Hartzine

Psyche – All Things Paste Into The NightLes tubes de Psyche résonnent souvent en fin de set du duo de DJ écossais Optimo. Les morceaux, dont l’histoire est très bien contée le long du dossier de presse du label, sont à la genèse de la carrière de JD Twitch. Morceaux-signatures, ils ont contribué à la définition du DJing à la Optimo et font écho aux travaux de compilation de classics entamés par JD à l’époque du label T&D Vinyldébut 90.
On devine les contours du DJ bag de JD Twitch lors de cette audition, passée en 87, pour devenir résident d’un club de Glasgow (le Pure ?). Ces contours sont quasiment identiques encore de nos jours : les classes 303, 707 et 808 sont présentes en nombre et affluent vers l’hédonisme dancefloor, associé à une bonne dose de sentimentalité envers les référents du genre dansant (pour résumer : le trio synth pop/acid house/techno).
Ce sont d’ailleurs ces référents qui infusent l’EP de PsycheGoodbye Horses fait étalage du basculement opéré début 90 vers la production dance fondée sur la synthèse FM, ces sons qui préfiguraient l’explosion des patchs numériques et l’établissement de la norme Midi. Les mélodies, un brin précieuses, restent néanmoins imparables et dressent un tableau de ce que pourrait être la chevauchée du champ new wave, dans une quête transcendantale vers l’ambivalence originelle des garçons coiffeurs.
L’EP baisse ensuite de température pour témoigner du virage pris au milieu des années 80 par une multitude de groupes (au hasard, Cabaret Voltaire, SPK, Chris And Cosey) : le passage d’une expression bruitiste et souvent informe à un effort de composition qui, tout en conservant la froideur des machines, se dédie au dancefloor. À ce titre, Eating Violins établit une liaison directe avec une certaine forme de production house contemporaine, notamment celle de John Heckle.
Prisoner To Desire conclut le 4 titres dans une veine plus criarde, bizarrement bancale sur la fin du morceau… Sûrement un des titres synth pop les plus bordéliques jamais composés.
Lire l’histoire du morceau Goodbye Horses.

Tracklist

Psyche – All Things Paste Into The Night (Optimo Music, 2012)

1. Goodbye Horses
2. Eating Violins (Extended Remix)
3. Contorting The Image
4. Prisoner To Desire (Intoxicated Remaster)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hartzine 83411 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines