Magazine Culture

Gabriel: la première fois... musicale

Par Mariealixthomelin
Gabriel: la première fois... musicale
Lorsque Marion et Gabriel se rencontrent pour la première fois, ils décident de commencer à jouer avant le début du cours pour voir comment ils sonnent ensemble.
Leur choix se porte sur la Sicilienne de Fauré, que vous pouvez écouter sur Youtube en lisant un extrait inédit d'Élégie pour un ange...



-  Et si on commençait maintenant à jouer ensemble,tous les deux, pour voir ce que ça donne ? lui ai-je proposé.J’étaiscurieuse de savoir comment nous allions sonner ensemble… même plus que cela,j’avais le cœur qui battait plus vite à l’idée de devoir répéter régulièrementavec lui dans les mois qui venaient.Jusqu’à Noël,je répéterais l’Élégie seule avecGabriel chaque semaine, et nous devrions le jouer lors des épreuveséliminatoires en vue du concert de Noël.Je frissonnaisd’avance à l’idée de toutes ces heures où nous ne répéterions que tous lesdeux. Je lui ai raconté où j’en étais en sortant mon violoncelle de son étui.-  Je t’avouerais que je n’ai pas encore commencé àle travailler… mais que je connais le thème par cœur comme toutvioloncelliste ! Quitte à rester dans le Fauré, je te proposerais bien dejouer la Sicilienne pour commencer,si tu la connais.   Excellenteidée, c’est un morceau que j’aime beaucoup moi aussi. Et puis bien sûr que jele connais, puisque le compositeur et moi portons le même prénom, a ajoutémalicieusement Gabriel. Un très beau duo. Je suis curieux de savoir comment ilva sonner cette fois. Avec toi.Il a insistésur ces derniers mots en plantant son regard dans le mien.J’ai baissé lesyeux, troublée. La voix légèrement rauque, je lui ai répondu que j’étais sûreque nous jouerions très bien ensemble.Il s’est assisau piano et a commencé à jouer un petit morceau que je ne connaissais pas. Sesmains étaient fines et longues, de belles mains de pianiste qui dansaient surl’instrument avec facilité. La musique était mélancolique et me faisait penserà du Satie. Puis il s’est arrêté et m’a dit qu’il était prêt.Nous noussommes regardés pour nous mettre au même rythme. C’était comme si marespiration se calait naturellement sur la sienne. Il a joué les premièresnotes de la Sicilienne, et je me suisgreffée sur sa musique comme s’il avait trouvé le tempo et la couleur de sonqui nous correspondait à tous les deux. Nous étions àl’unisson, nous qui ne nous connaissions pas encore une heure auparavant. Engénéral, il y en a souvent un qui mène et un qui suit, et cela peut dépendredes passages. Mais dans ce cas précis, je n’aurais pu dire qui de lui ou de moiguidait l’autre.  Nous noussommes arrêtés de jouer à la fin du morceau, laissant résonner dans la piècel’harmonie que nous avions créée.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mariealixthomelin 70 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines