Magazine Culture

Molly Nilsson – History

Publié le 21 février 2012 par Hartzine


Bien qu’associée à toute une vague de putes de l’est, Maria Minerva ou Zola Jesus en tête, ayant troqué de vieilles frusques dépouillées chez Emmaüs contre un bon vieux synthé Bontempi, la jeune musicienne native du pays des Krisprolls se différencie de ses consœurs par un sens de la musicalité issu d’une sincérité profonde et d’un radicalisme DIY indéniable. Une attitude qui lui permit d’atterrir sur le dernier album de John Maus le temps d’un duo aussi sublime que tourmenté, devenant  l’objet de bien des convoitises alors que quelques mois avant encore elle se questionnait sur la justesse de la poursuite d’une carrière en dents de scie. À l’écoute du très récentHistory, on ne pourra que se rassurer quant aux choix de Molly Nilsson. Quels torturés, ces artistes…
Personne n’étant prophète en son pays, c’est à Berlin que se situe le terrain de jeu de la musicienne, dont les inspirations mélomanes se situent quelque part entre la musique gothique, la synth-pop 80’s et l’électro-pop lo-fi un brin surannée… Réhabilitant savamment la pop pour l’hiver de mélodies ambivalentes et rétro, frissonnantes de brio, et pourtant d’un minimalisme sidérant, Molly Nilsson rend hommage à une époque où les chansons n’étaient que des hits aussi futiles que généreusement humains : l’âge d’or de la pop.  Avec un cynisme appuyé, la jeune femme balade sa voix de garçonne sur des complaintes en clair-obscur, le timbre grave de Molly contrastant parfois avec des mélodies plus légères aux accents tropicaux (You Always Hurt The One You Love) ou en accentuant a contrario l’aspect mélancolique comme sur Hiroshima Street. Et si History confronte l’artiste à sa propre solitude, ses désamours, ses désillusions, cet album est aussi la critique à la fois farouche et ambiguë des médias qui nous isolent (Hotel Home, In Real Life). Car History est à prendre au sens premier du terme. À travers cet entrelacs de rétro-futurisme savoureux, la chanteuse à la voix de plomb chronique la distanciation des rapports humains, une certaine crudité liée au rapport de communication entre l’homme et la machine.  De la propagande eurodance City of Atlantis au poème synthétique composé en Qwerty, un exercice de style qui lui réussit plutôt bien.
Il serait si facile de tomber dans les clichés, et pourtant Molly Nilsson évite chacun d’eux, non contente de livrer confidentiellement l’un des grands albums pop de ce début d’année. Nous recevrons d’ailleurs Molly Nilsson à l’Espace B le 10 avril prochain autour d’un concert exceptionnel puis dans le cadre de la La 9ème édition du festival Kill Your Pop qui se tiendra à Dijon du 10 au 15 avril prochain. Deux occasions de plus de célébrer la musique de cette artiste au talent inépuisable.

Audio

Vidéo

Tracklist

Molly Nilsson – History (Dark Skies Association, 2011)

01. In Real Life
02. You Always Hurt The One You Love
03. I Hope You Die
04. The Bottles Of Tomorrow
05. Hiroshima Street
06. Intermezzo: The Party
07. Hotel Home
08. City Of Atlantis
09. Qwerty (Censored Version)
10. The Clocks
11. Skybound


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hartzine 83411 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines