Magazine Culture

Le secret d'état aux yeux verts - Chris DONNER

Par Liliba

Le secret d'état aux yeux verts Chris Donner Lectures de LilibaLogo lectures enfants liliba

"Il y a une chose que je ne supporte pas, c'est d'être malheureuse. Mais comment continuer à être heureuse quand on est tombée amoureuse d'un secret d'Etat aux yeux verts qui s'appelle Emilio Perez, qui disparaît sans arrêt et qui est aussi difficile à trouver qu'un aiguille dans une botte de foin : aux îles Rademaker, il y a au moins deux mille familles Perez."

Ainsi parle Anaïs, la narratrice de l'histoire, une petite fille au caractère bien trempé, fille d'un ambassadeur. Il faut dire que voyager de pays en pays forge le caractère et que la fillette n'est donc plus très intimidée lorsqu'elle arrive dans un nouvel endroit, ou qu'elle change d'école en cours d'année (ce qu'elle trouve d'ailleurs très sympa, car elle est alors le point de mire,  et tous lui portent attention).

Anaïs vient d'arriver dans les îles Rademaker, minuscule pays au milieu du Pacifique, qui ressemble fort à une dictature. En effet, elle croise dès le premier jour des militaires à chaque coin de rue, mais cela ne l'impressionne pas beaucoup et on dirait même qu'elle a connu bien pire.

L'accueil est grandiose, mais les choses vont vite mal tourner... IL faut dire que la fillette est têtue et n'en fait qu'à sa tête malgré les recommandations paternelles. A l'école, son attention a été attirée par un garçon aux yeux verts très mystérieux, qui semble se cacher derrière une bande dessinée et refuse tout contact et toute conversation avec les autres élèves. Elle essaye de lui parler, de le dérider, mais n'arrive pas à ses fins malgré plusieurs tentatives. Elle apprend juste qu'il se fait appeler Emilio Perez, un nom que porte plus de la moitié de la population de ce pays ! Elle découvre vite également qu'il est le seul, avec elle, à ne pas chanter chaque matin la chanson obligatoire à la gloire du dictateur... Le garçon ne veut pas lui dire qui il est vraiment... Elle décide donc un soir de le suivre...

Un livre assez divertissant, et surtout intéressant du fait de l'environnement dans lequel se passe cette intrigue. La petite Anaïs n'a pas froid aux yeux et est assez amusante, mais va vite s'apercevoir que sous certains cieux, la curiosité peut être très gênante, et même dangereuse. Je pense qu'il faut faire de ce roman une lecture avec les enfants pour leur expliquer ce qu'est une dictature, ce que cela entraîne pour les habitants qui la subissent, bref de leur brosser un peu le contexte, car sinon l'histoire apparaît juste comme une petite bluette sympathique de deux enfants.

Le secret est également mis en avant, d'une part par le titre, assez énigmatique, et ensuite tout au long de l'histoire où nous découvrons en même temps que l'héroïne les dessous des cartes. De même, les illustrations sont très parlantes, qui montrent tour à tour le coté idyllique de l'île : palmiers, cocotiers, belles maisons et végétation luxuriante et son envers : militaires sur-armés, tank, chiens, quartiers misérables...

Bref, un livre dont il faut creuser les thèmes, et qui s'avère alors vraiment instructif, en plus d'être très sympathique à lire.

L'avis de Charlotte : J'ai beaucoup aimé. Le seul mot que je n'ai pas compris, c'était dictature, mais j'ai cherché dans le dictionnaire. La petite fille est assez imprudente, et assez courageuse aussi, beaucoup, même ! Heureusement qu'elle s'est posé la question de savoir qui était le garçon, sinon elle n'aurait jamais vécu cette aventure.

Je n'aimerais pas du tout être dans un pays avec des militaires partout. Au début, je pensais qu'elle allait se faire attraper par les militaires et qu'elle aurait des problèmes, mais le père de Emilio est sympa, pour un dictateur. Par contre, faire quitter le pays à la famille, c'est pas cool, Anaîs comprend qu'elle a fait une grosse faute, mais elle est contente car elle va recevoir plein de cartes postales et gardera tous les timbres.

C'est bizarre que le dictateur joue avec les enfants, on dirait qu'il a encore une âme d'enfant ou qu'il est comme un grand-père, on ne dirait pas quelqu'un de méchant. Alors que quand il dit qu'il est le dictateur et qu'il faut le respecter, on doit avoir peur. D'ailleurs les gens dans l'ile ont tous peur. Je n'aimerais pas vivre dans un pays avec des dictateurs et des militaires à chaque coin de rue, mais le décor est vraiment beau. Les dessins étaient assez bien, bien dessinés.

 

Logo lectures enfants liliba

Pardon Stéphie de t'avoir piqué sans penser à mal ton logo "Le mercredi je lis avec mon p'tit". Du coup, je m'en suis fait un !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Liliba 2705 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines