Magazine Cinéma

[Critique] Q de Laurent Bouhnik (2011)

Par Celine_diane
[Critique] Q de Laurent Bouhnik (2011)
A l’ouverture, le film Q arbore une dédicace à Cyril Collard et "et à tous ceux qui pensent qu’aimer veut encore dire quelque chose" ; à la clôture, il laisse entendre du Noir Désir. L’ambition est claire : afficher, revendiquer même, une liberté totale, rock’n’roll, voire même (artistiquement) suicidaire. Au milieu : une bande de jeunes, des scènes de sexe non simulées qui ont fait couler beaucoup d’encre, et; aussi, de l’amour. De Zonzon à 24 heures dans la vie d’une femme, Laurent Bouhnik passe du coq à l’âne, désireux de ne parler, au final, que de ce qui lui plaît. Ici avec Q, pas de surprise : il y est surtout question de désir, de corps, de séquences explicites, qui questionnent le rapport de la jeunesse au sexe à travers plusieurs personnages féminins. La première, machiavélique nympho qui se trimballe avec les cendres du paternel dans un tupperware, fait tourner les têtes et les sens de tous les malheureux qu’elle rencontre (filles et garçons confondus), la seconde est une bourgeoise coincée (mais mignonne), dont l’éducation stricte cannibalise les fantasmes, la troisième est une épouse, dont le couple bat de l’aile suite à un drame personnel.
Un trio de femmes qui assume tout du long ses envies, ses besoins, qui, par une réappropriation de leur chair et un renversement du rapport de domination avec leurs partenaires, prône un certain féminisme. On comprend ce qu’a voulu faire Bouhnik : une sorte de mix moderne entre du Brisseau, du Breillat et du Chéreau. Logiquement, en 2011, l’érotisme a laissé place à une pornographie crue et froide, dont seuls certains, à l’heure de toutes les banalisations, trouveront provocante. In fine, l’intérêt de toute l’entreprise réside ailleurs. Dans le propos d’abord, qui ne parle que d’amours et de leurs complexités (le plus souvent teinté d’un charmant romantisme, plutôt optimiste vues les circonstances). Dans le jeu des comédien(ne)s ensuite (on pense notamment aux jeunes Déborah Révy et Hélène Zimmer), qui s’abandonnent totalement à un cinéaste qui a choisi la manière la plus simple pour parler de jouissance. Soit filmer, impudiquement, courageusement, mais sans vulgarité aucune, la dite jouissance. Et, aujourd’hui, quoique l’on en pense, une telle prise de position, en plus d’être un pied-de-nez à l’hypocrisie en général, a quelque chose d’éminemment séduisant.
[Critique] Q de Laurent Bouhnik (2011)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Transformers – critique

    Transformers critique

    Ces amusantes figurines que sont les Transformers auraient pu être à l’origine d’un grand blockbuster de qualité. Mais Michael Bay ne laissera jamais la... Lire la suite

    Par  Tedsifflera3fois
    CINÉMA, CULTURE
  • Intouchables, critique

    Intouchables, critique

    François Cluzet et Omar Sy sont Intouchables. C’est le nom le nouveau film du duo Eric Toledano & Olivier Nakache et certainement la plus belle surprise... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Contagion, critique

    Contagion, critique

    Le monde n’est plus à l’abri, Steven Soderbergh contamine son casting 5 étoile d’une malade rapide comme l’éclair. De quoi ressortir parano de ce thriller... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique] Intouchables

    [Critique] Intouchables

    Découvrez ma critique. Nouveau film de Eric Toledano et Olivier Nakache. S'inspire de l'histoire de Philippe Pozzo di Borgo avec François Cluzet dans son rôle e... Lire la suite

    Par  Popmovies
    CINÉMA, CULTURE
  • Carnage, critique

    Carnage, critique

    Avec son casting 4 étoiles, Polanski va faire un Carnage. Et si ce n’est pas à l’écran ce sera peut-être dans la salle. Mais si les acteurs sont au top, le... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Shame, critique

    Shame, critique

    Michael Fassbender est addict au sexe et n’en a pas honte. Enfin si, un peu quand même car sous l’œil de Steve McQueen, Shame représente une déchéance qui a de... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Carnage – critique

    Carnage critique

    Roman Polanski adapte la pièce de Yasmina Reza Le Dieu du Carnage sans lui enlever sa dimension de huis clos théâtral. Le résultat est décevant : la... Lire la suite

    Par  Tedsifflera3fois
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Celine_diane 512 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines