Magazine Cinéma

Carnage (1985)/Nail Gun Massacre

Publié le 26 février 2012 par Olivier Walmacq

Carnage_The_Nail_Gun_Massacre_1985_2

Genre: horreur, slasher (interdit aux - 12 ans)
durée: 1h25
année: 1985

L'histoire: Dans la forêt, Lisa est victime de six violeurs rigolards. Quelques années plus tard, un homme se cachant derrière un casque de motard et muni d'un pistolet à clous, entreprend de punir les criminels.

La critique d'Alice In Oliver:

Décidemment, le genre slasher est inépuisable ! Preuve en est avec Carnage, réalisé par Bill Leslie et Terry Lofton en 1985, et à ne pas confondre avec le slasher éponyme de 1981. A noter que le film est également connu sous le nom de Nail Gun Massacre. Le scénario est de facture classique.
Attention, SPOILERS !

Une jeune femme, Lisa, est victime d'un viol collectif dans la forêt du coin. Ses agresseurs prennent un malin plaisir à lui toucher sa petite culotte dans un amas de sable entreposé par là. Quelques années plus tard, un homme se cachant derrière un casque de motard accomplit une terrible vengeance.
Muni d'un pistolet à clous, ce tueur semble s'en prendre à ceux qui ont violé Lisa par le passé.

Au niveau de la tonalité, Carnage oscille donc entre le slasher et la vague horrifique des années 70, à savoir le rape and revenge.
Au niveau de ses influences et inspirations, Carnage vient donc largement puiser chez La Dernière Maison sur la Gauche, le film choc de Wes Craven.
Vous l'avez donc compris: Carnage a bien l'intention de se tailler une petite réputation via un scénario sérieux et une ambiance poisseuse.

carnage

En résumé, Bill Leslie et Terry Lofton ne sont pas là pour rigoler et tentent de signer un slasher violent, choc, nihiliste et sans concession.
Mission complètement ratée pour cette péloche horrifique des plus ridicules. Clairement, on nage davantage du côté du nanar involontaire que du slasher furieux annoncé. La faute revient indéniablement à la mise en scène, totalement foireuse.

Les fautes de raccord et de montage sont nombreuses dans le film. Carnage passe donc souvent d'une séquence à une autre sans jamais établir de liens logiques. Même chose pour le tueur en présence qui débite des phrases idiotes avant et après ses meurtres ("Tiens, déguste !", "Goûte mes clous !").
Heureusement, la plupart de ses répliques sont rendues incompréhensibles du fait que sa voix est maquillée par un système électronique.

carnage_vhsus

Nail Gun Massacre a tout du slasher amateur. Même les acteurs sont unanimement mauvais. Enfin, l'originalité de Carnage tient dans la mise en scène des meurtres. Comme je l'ai déjà souligné, le psychopathe tue avec un pistolet à clous.
Pour le coup, le film accumule les scènes affreusement nanardes à coup de tir dans les valseuses et quelques clous plantés dans le slip d'un malchanceux du coin. Pourtant, contre toute attente, c'est aussi ce côté ringard et involontaire qui donne un certain charme à ce slasher particulièrement médiocre mais indéniablement sympathique. Allez comprendre...

Note: 0/20 (impossible de mettre plus)
Note nanardeuse: 16.5/20


Carnage part 6 VF (The nail gun massacre)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines