Magazine Culture

27 février / Sheller

Par Blackout @blackoutedition
27 février Sheller - Tragic Strip Lorsqu'il vit le film pour la première fois, il fut hébété. Non par la violence des images ni par la trivialité des propos, non. Il avait une certaine habitude des atrocités et les ébats sexuels des petits hommes bleus le laissaient de glace, mais à l'entracte, une jeune fille parée du même accoutrement que lui vendait des esquimaux. Il ne pensa pas une seconde que c'était une hérésie de vendre des glaces alors que dehors il gelait à fendre les pierres, il ne vit que ses yeux noisette et sa longue chevelure dorée, nimbée qu'elle était de lumière fluorescente. La belle créature semblait flotter avec sa tunique azur, son froc de neige et son panier d'osier. - Je m'appelle Isabelle et, sans me vanter, tout le monde m'appelle Belle... Cette... Cette apparition parlait ! Ce n'était pas un mirage, constata Blop pétrifié. - Et toi, comment te nomme-t-on ? C'est à moi qu'elle s'adresse !! - Bl... Marc. Alors comme ça une déesse daignait s'adresser à un pauvre hère, hier encore à la rue... Mais sous la crème blême filtraient les stigmates de l'âge et du besoin. Ce qui la rendait vivante et plus attirante encore... Alors, chéri, heureux ?... Un peu déçu par la platitude apparente de la déclaration post-coïtale de la bergère, Marc se leva et partit faire du café. Oh, pas loin, son F1bis sous les toits n'était pas propice aux longues randonnées solitaires (ou non), en prenant sa douche l'homme pouvait toucher des deux mains les cloisons de ses toilettes-W-C-salle de bain. Quant à la pièce principale, armée d'une cuisine équipée microscopique elle était meublée d'un canapé lit en 120, face à une télévision alternative, où s'étirait présentement la belle et d'un placard range tout. Bien que sachant que tout était provisoire, que lui-même l'était en quelque sorte, il avait badigeonné ses murs à la chaux et graffitait à l'envie. Son dernier écrit "Apocalypse hier" s'étalait arc-en-ciel sur le mur aveugle du salon-chambre à coucher. La propriétaire, qui se permettait de passer à l'improviste, faillit périr d'une syncope en voyant ce chef-d'œuvre. Blop promit de repeindre en partant, arguant du proverbe "veuillez laisser l'endroit aussi propre..." Deux sucres dans le café ? Marc s'aperçut que ses propos étaient au moins aussi sibyllins que ceux de la belle Isabelle, et se fit une raison en servant sur un plateau le café fumant. Qu'esse tu fais dans la vie ? Décidément, Blop était inspiré. J'vends des esquimaux ! Blop se rendit compte que la conversation atteignait des sommets, mais, en même temps, ces deux phrases n'étaient-elles pas le résumé d'une vie ? Marc posa un baiser sur le nez de la belle Isabelle. Un peu de musique ? Voui... J'adore William Sheller. Ce fut comme si un éclair traversait la pièce... A suivre... demain !

Tweeter

Suivre @blackoutedition

© Black-out


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blackout 186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines