Magazine Culture

Contes russes au Père Castor

Par Emmyne

 De la neige, de la neige pour ces deux albums de tradition russe

en collection souple et poche Classique Père Castor  

La fille de neige

- raconté par Robert Giraud, illustré par Hélène Muller -

fdn

Le conte et l'album classiques par excellence, par ses mots et ses images : " il était une fois... " un couple âgé malheureux de ne pas avoir d'enfant. Ils décident d'en créer une avec de la neige. Elle prend vie et illumine leur maison. Mais dès le printemps, la petite s'assombrit et s'affaiblit. L'été, partie en forêt avec des enfants du village, lors d'un jeu, sauter au dessus d'un feu, elle s'évapore.

" Le nuage ténu s'était élevé haut dans le ciel. En s'éloignant, il passa au-dessus de la maison des deux vieux. Ceux-ci crurent reconnaître dans la forme du nuage une apparence familière et ils entendirent comme une voix qui disait : celle que l'été a fait fuir, l'hiver la ramènera. "

Ce conte traditionnel - Snegourotcha - est tout de tendresse, servie par le charme rétro des illustrations aux couleurs douces et champêtres de Hélène Muller, attentive à la dimension folklorique qui se retrouve dans les vêtements et les scènes villageoises.

FN1

*

Babouchka

- raconté par Henri Troyat, illustré par Olivier Tallec -

btroyat

Une légende russe qui s'inspire autant de la Nativité que du mythe du Père Noël portée par la beauté et la richesse de la plume d'Henri Troyat.

Une nuit de tempête, trois étrangers frappent à la porte de Babouchka pour l'informer qu'un petit Prince est né. Ils lui proposent de les accompagner dans leur recherche de l'enfant. Mais Babouchka renonce, se jugeant trop âgée pour affronter les intempéries qu'elle ne veut pas non plus imposer à son vieux chien et son vieux chat. Mais au matin, elle regrette cette décision. Elle remplit un sac de menus jouets colorés et part à son tour en quête de ce petit Prince. Ainsi, chaque nuit de Noël, une vieille dame se penche sur le lit des enfants.

" - Ce n'est pas le petit Prince, il faut que j'aille plus loin...

Et elle s'en va, légère, insaisissable, laissant dans la chambre un simple jouet et une bouffée d'air froid. "

Une jolie émotion, de belles descriptions des paysages, des personnages, des attitudes et des sentiments, des mots choisis qui se prêtent à plaisir à la lecture à voix haute. Le pinceau épais, pour ses pages, d'Olivier Tallec accompagne et participe au récit, à cette atmosphère de froid et de lumière, par ces fondus profonds.

.

B1

.

- A noter pour les plus grands déjà lecteurs la réédition en Castor Poche des Histoires de Rosalie de Michel Vinaver, souvenirs d'enfance de sa malicieuse grand-mère russe ( chronique ICI ). Ce livre est un délice, j'adore cette nouvelle couverture -)

rosalie

*


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Emmyne 573 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines