Magazine Afrique

Tiken Jah interpelle Ouattara, Compaoré et Wade

Publié le 15 mars 2012 par Africahit

Textes courts, en quatre (4) minutes de chant maximum, Tiken Jah passe un message précis sur les titres ‘’La porte de l’Afrique’’ et ‘’Alerte’’. Démocratie, liberté d’expression, ras-le-bol des tensions et autres exactions en Afrique, constituent le fond du message du descendant de Fakoly dans ‘’Alerte’’, le single qu’il vient de sortir après l’album ‘’African Revolution’’ qui lui n’a pas connu une grande promotion en Côte d’Ivoire. 

L’artiste est resté fidèle à un fond musical depuis l’album ‘’L’Africain’’ où il met en exergue les instruments traditionnels sortis de la culture mandingue (balafon, kora, soku). Au son mélodieux de la kora qu’il ne quitte pas, Tiken Jah ajoute les riffes des guitares et les vents soutenus par des coups de pédales qui donnent corps et une couleur à son reggae. Sa musique est comme influencée (par apport mélodique) par un long séjour dans le pays de Amadou Toumani Touré, depuis la crise de 1999 en Côte d’Ivoire. L’artiste tire des enseignements de la gestion de l’Etat (à partir du Mali) par certains chefs d’Etat sur le continent. Pour Tiken les dirigeants exemplaires méritent de ‘’rentrer dans l’histoire’’. En cela il chante ‘’Les portes de l’Afrique’’ et porte une réflexion sur le sujet. Un titre simple dans l’écrit et au langage familier qui met en exergue un personnage : Amadou. Le prénom s’il est indicateur est choisi par l’artiste pour camper le dirigeant modèle qui donne la chance à la démocratie sur le continent, tout en respectant la constitution. Mais, des ‘’Amadou’’ qui ‘’respectent la parole donnée’’, on en trouve – à l’écoute du chant –, à Bandiagara, à Mopti, à Kayes, à Tombouctou, à Djenné. Toujours dans le Mali. D’où la précision ‘’Amadou du Mali’’ qui en est le refrain. Parce que, chante-t-il, ‘’Amadou a pris le pouvoir, il l’a rendu. On lui a donné le pouvoir, il l’a rendu. Tous ceux qui le font en Afrique méritent de rentrer dans l’histoire’’. A l’image de Rawlings (Jerry John), Tiken Jah cite en exemple les ex-chefs d’Etat Abdoul Diouf et John Kufuor. Sans oublier que ceux-ci se sont inspirés d’autres dirigeants, l’artiste rappelle que ‘’si Amadou l’a fait, c’est parce que Konaré a eu à le faire. Si Konaré l’a fait, c’est parce que Kufuor, Abou Diouf et Mandela l’ont fait au profit de la démocratie’’. Dans cet élan de démocratie qui ne doit pas être du ‘’semblant’’, l’artiste invite les autres chefs d’Etat actuellement au pouvoir à ne pas briser la chaîne. Aussi encourage-t-il : ‘’Si Amadou l’a fait, Wade (Abdoulaye Wade), Ado (Alassane Ouattara, Blaso (Blaise Compaoré) et Alpha Condé peuvent le faire et c’est la démocratie qui aura gagné’’.Sans être un titre (de promotion) pauvre d’un contenu, ‘’Alerte’’ interpelle sur les conséquences possibles d’un mauvais passage de témoins. Comme il a chanté ‘’Y’en a marre’’ sur l’album ‘’Caméléon’’, Tiken prend position dans ‘’Alerte’’. ‘’Je ne veux plus d’exactions en Côte d’Ivoire. On ne veut plus de tensions au Burkina, au Sénégal, en Guinée Bissau, au Libéria, en Angola. On ne veut plus d’exactions au Congo, au Togo, au Nigeria’’, affirme l’artiste qui d’un ton catégorique, exprime les besoins du peuple africain. ‘’Le peuple africain a trop souffert et veut juste s’exprimer’’, défend-il.D’une voix pleurante, Tiken qui s’insurge par ailleurs contre les violences, a dédié un couplet aux enfants orphelins de père et de mère (les Yatiman, en dioula). ‘’J’ai une pensée pour les victimes du Congo, sans oublier les enfants soldats du ghetto, les millions de déplacés dans la corne de l’Afrique…Quand je pense aux victimes de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, du Togo, je ne peux que m’opposer à toutes ces violences’’, traduit-il.Pour faire apprécier cependant sa composition musicale, Tiken Jah offre les versions instrumentales (Dub) des titres ‘’La porte de l’Afrique’’ et ‘’Alerte’’. Comme le précédent single ‘’Radio libre’’, d’une voix moins présente, il fait une part belle aux jeux des instrumentistes. Ainsi ‘’Missiri’’ chanté en duo avec Burning Spear, ‘’Africa’’ et ‘’Nanzara’’ s’ajoutent aux versions Dub. Composé de huit (8) titres, ‘’Alerte’’ revient sur le thème du gain facile devenu un refrain social. D’où la reprise du titre ‘’Vieux père’’ contenu dans l’album ‘’African revolution’’. Depuis le vendredi 2 mars 2012, Tiken Jah est à Abidjan.Koné Saydoo



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Africahit 4465 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte