Magazine Asie

Ici, le vieux cerisier n'est presque plus en fleurs ...

Publié le 16 mars 2012 par Asiemute

A cause, sans doute, d'une température bien trop clémente ; caprices du temps, mais on ne s'en plaint pas  ...

DSC_4674

DSC_4682

DSC_4686

Le soir, j'allume les fleurs de pêcher ...

DSC_4579

DSC_4581
DSC_4583

DSC_4577

DSC_4604

et au plateau télé, je préfère le plateau lecture : "Petits contes de printemps" de Sôseki, thé genmai-cha et carrot cake aux cranberries ...

petits_contes_soseki

Présentation de l'éditeur

Sôseki écrivit pour un journal le feuilleton de ses Petits contes de printemps en 1909. Au mois de mai de la même année paraissait Sanshirô. Sôseki est alors âgé de quarante-trois ans. Le titre même qu'il donne à ces très courts textes, fragments de journal intime entre un 1er janvier et un 12 mars, donne au lecteur une idée de l'ensemble du recueil même si la tonalité de chacun est différente, tantôt intime et familière, tantôt d'une drôlerie délicate, étrange, ou encore empreinte de nostalgie : Jour de l'an, Le brasero, L'odeur du passé, La tombe du chat, Brouillard... Il donne à voir le temps qui passe, la douceur d'un soir de neige ou la beauté des flammes. Une façon de lire l'impermanence des choses. Sôseki mettait en garde son lecteur dans un livre plus tardif, À travers la vitre : " Je vais aborder des sujets si ténus que je dois bien être le seul à m'y intéresser. "

 "J'ai posé la serviette de bain humide sur la rambarde de la fenêtre du premier étage et j'ai regardé la rue en bas pleine de rayons du soleil printanier.
La tête couverte d'un capuchon, une barbe blanche peu fournie, un raccommodeur de socques franchissait justement la haie. Il a attaché un vieux tambourin à une palanche et il frappe dessus à l'aide d'une palette en bambou, mais le bruit, pourtant sonore, manque de vigueur, comme un souvenir affleurant soudain à la mémoire.
Arrivé près du portail de la maison du médecin, de l'autre côté de la rue, le vieux a donné un coup sur son tambour, qui résonne à nouveau dans l'air printanier avec un son mât.
Alors, du feuillage d'un prunier tout blanc qui étend ses branches fleuries au-dessus de sa tête, un oiseau s'envola."

SOSEKI Natsumé "Petits contes de printemps"

Jardin_de_pruniers___Kameido_8_vues_environs_Edo_Hiroshige_Utagawa

Hiroshige Utagawa "Jardin de pruniers à Kameido" (série "Huit vues des environs d'Edo")

Enfin, pour rêver un peu, la superbe photo que m'a envoyée Caro (Voyage à nous au Japon) : un cerisier pleureur en fleurs, là-bas à Kyoto ...

Photo Caro

Merci encore, Caro !!!!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Asiemute 3456 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte