Magazine Culture

Fragments du carnage de Jérôme Bertin

Par Florence Trocmé

Couvbertin Poète de la nouvelle génération, Jérôme Bertin a fait paraître un premier livre en 2003, Babylone-Centre (Le Corridor Bleu) suivi, en 2006, de Round 99 (Al Dante). Il fait partie des poètes pour qui l’écriture constitue un véritable engagement, une manière de résistance et de révolte face à une société dans laquelle ils peinent à s’intégrer.

On pourrait citer dans ces rangs rebelles, Charles Pennequin, d’ailleurs ami proche de Bertin, ou encore François Richard, Sylvain Courtoux… Je pense aussi, même si la comparaison peut paraître « déplacée », aux poètes de la beat generation. Mais le travail de Jérôme Bertin, loin de tout mimétisme facile, garde son entière singularité. Après s’être essayé à la prose poétique dans ses précédents ouvrages, il utilise ici le vers libre. Fragments du carnage se présente comme une suite de vers éclatés – des bris de vers – qui s’apparentent à des collages comportant des phrases entre guillemets dont on ignore si elles sont prélevées ailleurs ou écrites par l’auteur.

D’autres apparaissent en gras, sentences à connotation philosophique : nous devons considérer la vie comme un mensonge continuel (…) l’être la vie la liberté ne sont que des inventions de jean-foutre (…) la création fut le premier acte de sabotage (…) parler c’est mentir vivre c’est collaborer. Les fragments de Jérôme Bertin s’inscrivent, c’est lui qui le souligne, dans « la perspective de développement d’une para-poésie ». Ils baignent dans un univers chaotique où sexe, drogue, crime occupent les premières loges. On y retrouve des acteurs du grand et du petit écran : James Dean, Brad Pitt, Nikos Aliagas, Léon Zitrone, Guy Lux… D’autres célébrités, capitaine Flamme, les spice girls, Goering, Mike Brant, E.T., le docteur Q kung-fu, Sarkozy, Royal… Autant de participants à un carnage impitoyable, énoncé avec une rare dureté : Rendez-vous à la case génocide (…) Fusillez-vous les uns les autres (…) Citoyens de la zone néant, révoltez-vous (…) Souriez vous êtes baisés (…) Les plaies du christ crachent de la merde.

Jérôme Bertin écrit d’une encre mélangée de sperme, de sang, de vaseline et de nutella. Les issues sont condamnées. L’apocalypse est au travail : le monde moderne trouve ici sa fin. En parfaite osmose avec ce texte, quatre dessins d’Anne Van der Linden viennent parachever le désastre. Je voudrais, passé le fond, revenir sur la forme de cet ensemble particulièrement compact, malgré sa construction en pièces fragmentaires.

En abandonnant la prose, Jérôme Bertin n’en demeure pas moins narratif, utilisant une expression des plus « crues » qui prend le lecteur à partie dans son corps même. À souligner aussi, son usage répété, par une astuce typographique, de « mots doubles », comme par exemple l’emballage lat/ s exe, le doigt sur la g/ m achette, danse mac/ s abre. Fragments du carnage secoue cruellement nos habitudes de sages lecteurs de poésie. C’est là toute sa force.

Contribution Alain Helissen

Jérôme Bertin, Fragments du carnage, collection Vents Contraires, Voix éditions/Richard Meier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jérôme Rothenberg au musée Branly, le 7 mars 2008

    Dans le cadre du Printemps des poètes, au musée du Quai Branly Vendredi 7 mars à 19h : Rencontre avec Jerome Rothenberg pour son livre Les Techniciens du sacré... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Fragmentos rotos/ Fragments brisés de José Ángel Valente

    Fragmentos rotos/ Fragments brisés de José Ángel Valente On doit aux publications de L’Ambassade d’Espagne en France cette anthologie bilingue réalisée par... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Fragments d'un corps en archipel de Jacques Garelli

    Fragments d'un corps archipel Jacques Garelli

    Jacques Garelli est demeuré depuis ses premiers livres jusqu’à aujourd’hui en marge, dans la marge, et l’on n’hésite pas à reprendre ce qu’écrivait Aragon à... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jérôme Game

    surface de la peau à l’appareil, de la p de l’image en soir de dedans , hors la mort , désossée = une image. S’adressant au still alive, still life. C orps ce... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Jérôme Game

    « Lorsque j’ai entendu Jérôme Game pour la première fois, j’ai cru à un accident corporel de ses cordes vocales ou à une langue mal placée !... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Entretien avec Jérôme Lafargue

    J'ai récemment publié sur ce blog la critique d'un premier roman qui m'a séduit, L'Ami Butler, de Jérôme Lafargue, chez Quidam Éditeur. Lire la suite

    Par  Thibault Malfoy
    CULTURE, LIVRES
  • Fragments du jour

    La lecture est une tumeur arborescente, c'est une vitre qui s'étoile, un vol d'oiseaux qui se disperse : ouvrir un livre, c'est passer le seuil d'une... Lire la suite

    Par  Thibault Malfoy
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines