Magazine Culture

The Shins – Port of Morrow

Publié le 27 mars 2012 par Wtfru @romain_wtfru

The Shins – Port of Morrow

            Oh le printemps, ce soleil qui tape sur nos épaules non recouvertes grâce à ce très beau marcel, un peu moulant et fabriqué avec désamour par une grand mère hystérique. Ces oiseaux qui essayent de chanter en mélodie et ces tas de feuilles dans lesquelles on aimerait bien mettre de violents coups de pieds avant de se rendre compte qu’un enfant se cachait dedans.

   Le printemps c’est aussi ces terrasses de bars retrouvées, où on va seul pour se donner un style un peu mystérieux mais qui ne marche pas vraiment au final (cela fait déjà 18 ans qu’on essaye chez WTFRU). Mais qui dit solitude, dit aussi petite musique d’accompagnement pour profiter encore plus de chaque situation qui s’offre devant nous, comme des accidents de voitures par exemple ou des bastons de rues.

   The shins se placent comme un de ces groupes qu’il va falloir entreprendre écouter pour savourer pleinement ce beau printemps qui fait son apparition, sauf pour la Bretagne encore une fois. Le nom pourrait faire penser, de par sa sonorité, au mot « Shine », le soleil et les dents blanches/le tee-shirt et ses belles auréoles. Mais en fait non, shin veut littéralement dire jarret de boeuf.

   Blague à part, The shins sont donc de retour, après près de 5 ans d’abstinence sexuelle. Pourquoi tant de temps d’attente ? Pour préparer la pièce maitresse ? C’est ce que nous allons essayer de voir maintenant. 

   The Shins est un groupe américain formé en 1997, qui propose cette petite musique assez joyeuse et triste à la fois, qui donne une petite patate le matin : en peignoir avec le café à la main, la journée peut bien commencer. Après de nombreuses sorties sur le très bon label Sub Pop, et un nombre inquiétant de passage dans diverses séries sentimentalo/amérlo/jean Bono, ils font leur réapparition dans le monde de la musique en cette année 2012 avec la sortie de leur nouvel album : Port of Morrow qui fait suite à Wincing the Night Away sorti donc 5 ans auparavant, en 2007.

   A la première écoute, on a l’impression de se trouver face à un « mix » entre Phoenix, The antlers et les Mystery Jets (non le name dropping ne fait de mal à personne), qui se voit être assez plaisant au final. Certes on ne se trouve pas face à la révolution musicale de l’année, on a même envie de dire face à une pop un peu banale, mais une écoute plus approfondie nous mène vers un pouce levé en l’air en signe de paix.

   Port of Morrow, composé par 10 chansons, est le parfait album qui redonne un peu la pèche grâce à une énergie assez débordante. Il réussit à s’adapter à beaucoup de situations avec ses chansons un peu tristounette/nostalgique comme It’s Only Life, Port of Morrow ou encore For a Fool, mais aussi avec ses chansons « Guronsan » qui propulse d’une tête dans le cul à un état de surexcitation intensive : Simple song, The Rifle’s Spiral ou encore No way Down. 

   Sans trop d’originalité, The Shins réussissent pourtant à briller grâce à cet album, qui comme celui des Cloud Nothings (Attack on memory), n’apporte certes pas grand chose en terme de nouveauté musicale qui secouerait la tête à la skyblogosphère mondiale, mais qui se voit très bon dans son style.

   Cependant, à chaque écoute, les chansons de Port of Morrow, nous font vaguement et malheureusement chacune penser à une de ces séries, qu’on aurait aimé, pour certaines, ne jamais voir, mais qui repasse chaque année à l’heure du gouter sous les yeux grands ouverts d’une grande soeur boutonneuse qui a le maître mot dans la famille et qui se contente de placer un « PUTAIN IL EST TRO BO LOL » à chaque fois qu’un personnage du nom de Kévin conduit une voiture de boloss.

   It’s Only Life, c’est ce panier raté par Nathan des frères Scott en finale de la coupe universitaire de Basket. Tout le monde pleure, car à cause de Nathan, l’équipe a perdu le match. La situation semble vraiment terrible pour Nathan qui n’aura pas la chance de festoyer avec ses amis, mais en levant les yeux deux secondes de l’écran de la télévision, on aperçoit cette même soeur boutonneuse qui chiale en laissant apparaître bien en évidence son appareil dentaire. Une question nous taraude alors l’esprit : Quelle est la situation la plus dramatique ?

   For a Fool, c’est être ce médecin de Grey’s Anatomy qui se tape toutes les petites stagiaires car il a du mal à contrôler sa libido. Mais un jour, tout le monde l’apprend, dont sa femme, qui se voit aussi être la directrice de l’établissement. Après un licenciement abusif et quelques larmes versées, on se rend compte de tout ses tords et du mal fait aux autres. On décide de changer de vie, de partir au Pérou et adopter un troupeau de Lamas qui finiront par tous s’échapper. Quelques années plus tard, on revient là où tout a mal tourné, avec de nouvelles façons de soigner les malades. Des potions magiques et des sortilèges appris grâce à des sages péruviens, pourtant tout le monde pense qu’on a viré de bord, et à cause de ça on passera du stade d’interne à l’hôpital à celui d’interné en hôpital psychiatrique.  

   40 Mark Strasse,  c’est être Clark Kent de Smallville qui vient d’obtenir la capacité de voler dans ce si beau ciel. Après une petite dispute avec nos parents qui ne voulaient pas qu’on rentre plus tard que minuit, on décide de partir tout là-haut pour se détendre l’esprit. Mais après quelques minutes de vol plané, nos pouvoirs nous laissent tomber, on se retrouve en chute libre depuis la planète Saturne, tout en voyant notre vie défiler. Heureusement, on aperçoit Mars qui malgré sa température un peu élevé, semble accueillante. Après 2 ans passés sur Mars, seul au monde, car nos pouvoir magiques ne s’étaient toujours pas manifestés, on décide de manger un bout de cette même planète, et d’un coup par miracle tout nos pouvoirs reviennent et nous permette de retourner sur Terre pour raconter cette histoire de ouf. Et oui, il fallait se rappeler que « un Mars, et ça repart ! »

   Port of Morrow, Michael Scofield de Prison Break vient d’entrer en prison pour sauver son frère accusé à tort. Très confiant grâce aux plans de la prison qu’il s’est fait tatoués sur le dos, et après avoir réunit une équipe de fidèles troubadours,  l’évasion se met en place. Mais après quelques jours passés à creuser, la fine équipe se retrouve sous les canalisations des toilettes communes. On se rend compte que les plans étaient erronés, tout le monde se met à pleurer, et c’est encore pire quand ils entendent un léger crack au dessus de leurs têtes juste après que Julien, le geek de 400kg de la prison, ait finit de faire ses besoins.

   The Shins, nous offre ici un nouvel album qui nous bercera sous le soleil, car à travers ses 10 chansons de qualité, Port of Morrow se voit être très plaisant. Même si, comme dit précédemment, il manque peut être de nouveauté face à la conjoncture musicale actuelle, il se voit être un très bon album pop qui séduira bon nombre de personnes.

   Les amateurs de séries télévisées pourront laisser cours à leur imagination pour associer chaque chanson à une scène déjà vues auparavant, et ils auront la réponse sous peu, car il ne sera pas vraiment étonnant de retrouver un des morceaux de Port of Morrow, dans une quelconque série américaine, et ça fera plutôt plaisir d’ailleurs !

The Shins – Port of Morrow


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines