Magazine Cinéma

Octopussy

Publié le 05 avril 2012 par Olivier Walmacq

octopussy

genre: espionnage
année: 1983
durée: 2h05

l'histoire: Chargé d'enquêter sur la mort suspecte de l'agent 009, James Bond assiste à la mise aux enchères d'un oeuf de Fabergé. Le richissime Kamal Chan en fait l'acquisition et semble nourrir des liens étroits avec le général renégat, Orlov.

La critique d'Alice In Oliver:

A la base, Octopussy, réalisé par John Glen en 1983, est l'adaptation d'une nouvelle éponyme de Ian Fleming.
La même année, Jamais Plus Jamais, un autre épisode un peu à part de la série sort avec Sean Connery. Le célèbre agent secret semble connaître sa grande période de gloire durant les années 80, Sean Connery et Roger Moore ayant l'air de se disputer le rôle.

Pour l'anecdote, Maud Adams avait déjà joué les James Bond Girl dans L'Homme Au Pistolet D'Or. En dehors de l'actrice, Octopussy réunit également Roger Moore (que j'ai déjà cité), Louis Jordan, Kristina Wayborn, Steven Berkoff, Robert Brown, Desmond Llewelyn et Lois Maxwell.
On critique souvent Moonraker pour son autodérision et sa mise en scène mégalomane.

octopussy

Mais que dire alors de cet Octopussy ? C'est sans aucun doute le ou l'un des plus mauvais épisodes de la saga.
Cette fois-ci, les aventures de l'agent 007 le conduisent dans l'univers du cirque. Certes, en l'occurrence, le film est plutôt rythmé si bien que l'on ne s'ennuie véritablement jamais.
Hélas, Octopussy est dépourvu de tout méchant charismatique.
Sans compter un héros à la dérive souvent perdu dans un scénario un peu idiot et labyrinthique.

Pire encore, John Glen pousse le vice jusqu'à déguiser son agent secret en gorille et même en clown. Un grand moment de solitude !
Mais enfin, qui a pu torcher des idées pareilles ? Indéniablement, l'ambiance d'Octopussy se veut farfelue. Malheureusement, même au niveau des séquences d'action, la copie n'est guère convaincante.
Par exemple, comment ne pas citer cette séquence de course poursuite se terminant en partie de tennis ?

octopussyhaut-3621911bvsqc_1731

Les exemples sont hélas nombreux. A cela, rajoutez un Roger Moore en mode cabotinage et vous obtenez un épisode peu inspiré et à l'humour lourdingue.
Et pourtant, le film est plutôt prétentieux. Il suffit de regarder l'affiche pour s'en convaincre: "le meilleur des Bond !"
Hum... Bref, pas de quoi pavoiser ! Paradoxalement, Octopussy rencontrera un certain succès, dépassant largement Jamais Plus Jamais au box-office.

Note: 04/20
Note nanardeuse:14.5/20

 
Fallait pas 01 Octopussy


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines