Magazine Cinéma

L'Espion Qui M'Aimait

Publié le 12 avril 2012 par Olivier Walmacq

espion qui m'aimait

genre: espionnage
année: 1977
durée: 2 heures

l'histoire: Les gouvernements soviétiques et américains sont sur les dents: on leur a dérobé des sous-marins nucléaires. L'agent 007 et Anya, une espionne soviétique, tentent de déjouer les noirs desseins de Stromberg.

la critique d'Alice In Oliver:

Plus que jamais, L'Espion Qui M'Aimait, réalisé par Lewis Gilbert en 1977, s'apparente à un hommage aux précédents films de la série.
Par exemple, le nouveau bad guy de service, un certain Karl Stromberg, partage de nombreux point communs avec Blofeld, le numéro 2 du SPECTRE, affrontant l'agent 007 dans Opération Tonnerre.

Même remarque pour le scénario qui n'est qu'une vague transposition de On Ne Vit Que Deux Fois, à la seule différence que les séquences d'action se déroulent dans le milieu sous-marin. Au niveau du casting, L'Espion Qui M'Aimait réunit Roger Moore, Barbara Bach, Curd Jürgens, Richard Kiel, Caroline Munro, Walter Gotell, Bernard Lee, Desmond Llewelyn et Lois Maxwell. 

espion qui m'aimait

A la base, c'est Lois Chiles qui devait interpréter le rôle d'Anya Amasova mais sera finalement remplacée par Barbara Bach.
Toutefois, Lois Chiles jouera les James Bond Girl dans Moonraker. Pour le reste, L'Espion Qui M'Aimait marque surtout l'arrivée d'un méchant haut en couleurs, un certain Requin (Richard Kiel), en anglais, Jaws, le nom de ce bad guy faisant évidemment référence aux Dents de la Mer.

Pour l'anecdote, Richard Kiel ne pouvait pas porter ses dents métalliques plus de 30 secondes en raison de la douleur qu'elles provoquaient.
Encore une fois, le scénario est de facture classique. Un certain Stromberg, un psychopathe mégalomane et aux ambitions démesurées a dérobé des sous-marins nucléaires. James Bond, aidé par un Anya Amasova, doit contrecarrer ses plans et l'éliminer.

espion-qui-m-aimait-barbara-637x0-3

Mais la mission de James Bond ne sera pas si aisée. Anya nourrit une certaine rancoeur envers l'agent secret britannique, ce dernier étant responsable de la mort de son petit ami. Pourtant, nos deux tourtereaux vont devoir faire équipe ensemble et affronter l'un des meilleurs bad guy de la série.
Plus que jamais, Stromberg apparaît comme une sorte de Capitaine Nemo des temps modernes mais version psychopathe.

D'ailleurs, le film établit quelques clins d'oeil à 20 000 Lieues Sous Les Mers. Certes, encore une fois, le film ne brille pas par son scénario.
Toutefois, L'Espion Qui M'Aimait constitue l'un des meilleurs épisodes avec Roger Moore. Le film multiplie les cascades et les séquences impressionnantes.
La saga prend donc les allures d'un blockbuster au budget démesuré. Mais force est de constater que le spectacle est toujours au rendez-vous.
Bref, un très bon cru de la série à défaut d'être véritablement surprenant.

Note: 15.5/20

 
L'Espion qui m'aimait (Trailer)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines