Magazine Cinéma

Die

Publié le 16 avril 2012 par Olivier Walmacq

DIE

genre: horreur (interdit aux - 16 ans)
année: 2011
durée: 1h30

l'histoire: Six personnes sont sur le chemin de l'autodestruction. Sans savoir pourquoi ni comment, elles se retrouvent dans un hôpital psychiatrique. Alors qu'ils tentent de savoir ce qui a pu leur arriver, l'expérience commence.

la critique d'Alice In Oliver

Depuis le succès de la saga Saw au cinéma, le genre torture connaît un nouveau souffle sur le marché de la vidéo depuis quelques années.
Finalement, la torture est devenue le nouveau prétexte d'un cinéma horrifique à la dérive et qui peine réellement à se renouveler.
Les titres ne manquent pas et brillent rarement pour leurs qualités.

Die, réalisé par Dominic James en 2011, saura-t-il inverser la tendance ? Réponse: Non ! Seule petite originalité (si c'en est une...), Die est un film d'horreur qui nous vient du Québec et constitue également le premier film de Dominic James.
En vérité, Die, connu également sous le nom du Châtiment, souffre des mêmes défauts que la plupart des torture porn, à savoir un scénario ultra conventionnel.

Pourtant, à l'instar de ses concurrents, Die évite de sombrer dans le gore outrancier et vulgaire. Ici, pas de gore craspec ni d'automutilations un peu gratuites.
Plus que jamais, Die tente de jouer la dimension psychologique en mettant six personnes qui ne se connaissent pas à l'épreuve.
Encore une fois, le concept de Die n'a rien d'original si ce n'est que les personnages sont tous des suicidaires et/ou des personnes qui ont tenté de mettre fin à leurs jours.

Die souffre également d'un budget minimaliste, le principal décor étant une sorte d'immense garage, plus précisément, un ancien hôpital psychiatrique.
Cette fois-ci, c'est un psychopathe qui se prend pour le nouveau Messie qui met les différentes victimes face à leurs propres péchés.
Sur ce dernier point, Die varie les plaisirs: noyade, une pauvre nana vidée de son sang et la pendaison font partie du menu fretin.

Seul souci, et pas des moindres, le différents protagonistes en présence ne présentent aucun intérêt. Impossible de s'attacher aux personnages, sans compter un tueur sadique des plus inintéressants.
Oui, Die est bel et bien un petit navet. Après, ce n'est pas le plus mauvais film du genre non plus, mais tout de même une série B horrifique sans saveur.

Note: 05/20
Note naveteuse: 13/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines