Magazine Education

Accompagner la petite enfance : vive le congé parental !

Publié le 16 avril 2012 par Accompagnerlenfant

Parce qu’accompagner son enfant pendant sa toute petite enfance, c’est aussi pouvoir lui consacrer du temps, nous voulons vous parler du congé parental. Ce choix est clairement peu, voire pas du tout, valorisé par notre société. C’est un choix décalé par rapport à certains concepts : celui du « gagner plus », celui de l’épanouissement dans le travail…

Accompagner la petite enfance : vive le congé parental !
Vous trouverez donc ici une petite réhabilitation du congé parental, période riche et pleine de sens quand elle est bien vécue. Nous vous donnerons également quelques conseils pour profiter pleinement et sereinement de votre choix.

Une petite précision qui a son importance : loin de nous l’idée de culpabiliser celles qui travaillent malgré le jeune âge de leur enfant. L’essentiel étant bien sûr que chacun puisse être épanoui dans ses choix. Nos enfants ont besoin de nous sentir bien !

Une période riche :

Personnellement je considère cette période comme l’une des plus riches de ma vie. Malgré quelques moments parfois difficiles (mais qui n’en traverse pas, même au travail ?), je n’ai absolument aucun regret de prendre ce temps pour mes enfants. J’avoue que je le considère même comme une chance.

Le congé parental en ce qui me concerne c’est :

  • Du temps : c’est bon de se sentir disponible pour son bébé. Pas de stress pour le sevrage si vous allaitez, vous pouvez être vraiment libre de choisir en harmonie avec votre bébé. Ses premiers sourires, ses premiers mots, ses premiers pas : c’est pour vous ! et toc ! Pas pour la nounou ! Des instants précieux…
  • Pas de panique en cas d’enfant malade : un détail, mais, une varicelle, c’est combien de jours « enfant malade » ?
  • Un rythme de vie moins stressant pour nos tout petits : on ne leur impose pas des horaires d’adultes, loin de la maison de 8 h à 18 h 30. Ils sont dans leur univers familial.
  • Une vie sociale pleine de possibilités, il suffit de s’en donner les moyens. Quelques mamans en congé également et c’est du soutien assuré en cas de petit coup de mou, mais aussi tout simplement des moments d’échanges. De véritables amitiés sont nées.
  • Une possibilité d’être vraiment à l’écoute des besoins de son enfant : un réveil difficile, un chagrin, c’est vous qui êtes là pour lui prodiguer câlins et écoute.
  • Une cohérence d’éducation : vous lui donnez les bases qui vous semblent importantes.
  • La liberté : un des grands avantages que j’y perçois est la liberté que ce temps à part permet (liberté relative me direz vous… rester à la maison avec un bébé peut être parfois entrainer un sentiment inverse). Je parle plutôt de la liberté d’organisation, de l’autonomie dans le déroulement de ma journée.
  • Des plaisirs simples, en vrac : marcher dans la rue au rythme de mon enfant de 18 mois, le chercher dans son lit après la sieste, les premiers soleils du printemps au parc…

Quelques conseils pratiques

Pour vivre au mieux ces moments, il est important d’avoir à l’esprit quelques points importants.

  • C’est une décision importante qui doit être prise en couple. En effet, avoir le soutien inconditionnel du conjoint qui garde son activité à l’extérieur de la maison est capital. Vous devez pouvoir trouver à ses côtés de la compréhension après une journée fatigante, et non des reproches si le ménage n’est pas fait.
  • Votre réseau social est également un point important à prendre en compte. Si un groupe de rencontre pour les parents existe près de chez vous, n’hésitez pas, rejoignez-les. Vous trouverez sans doute des mamans, ou papas, dans votre cas. Et pourquoi ne pas créer un groupe par vos propres moyens ? Les forums des sites spécialisés « parents » peuvent également être une source de rencontres encourageantes.
  • Profitez de cette période pour penser à de nouveaux projets professionnels. Nombre de mamans se lancent dans une nouvelle activité, se mettent à leur compte suite à un congé parental. C’est une période unique pour réfléchir à « l’après ».
  • Ne le considérez pas comme un temps « perdu » au niveau professionnel. Vous pourrez toujours faire ressortir ce que vous avez expérimenté et mis en oeuvre. Psychologue, infirmière, chauffeur de taxi, organisatrice dans l’évènementiel (oui, organiser l’anniversaire de l’ainé, 15 enfants de 7 ans, c’est du boulot ! surtout avec un bébé dans les bras), pâtissière, institutrice, auxiliaire de vie, chargée de communication, diplomate… voici les multiples métiers que vous pourrez être amenée à développer !  Mais qui a osé donner le terme « congé » pour cette période ?
  • Prendre du temps pour soi seulement, sans culpabiliser. Lorsque vous sentez votre bébé prêt, ainsi que vous même, n’hésitez pas à le faire garder de temps en temps. C’est capital de pouvoir prendre l’air hors de chez soi. Si vous voulez tenir le coup, prenez du temps pour faire quelque chose juste pour le plaisir.
  • Préparez-vous à entendre des petites phrases pas très plaisantes de votre entourage : Ca peut aller de « Et ta retraite, tu y as pensé ? » à « Au fait, tu penses que tu vas retravailler un jour ? », en passant par « Non, mais moi je ne pourrais pas, au niveau de la reconnaissance sociale, j’ai besoin de travailler », ou encore « Mais si jamais vous vous séparez, tu seras sans rien. »

En fait, le plus important est d’être sûre de son choix, de l’assumer pleinement, sans regret.

Et les jours difficiles, dites-vous que même au travail, il y a des moments de « ras-le-bol ». Pensez à votre chef ronchon. Personnellement, je préfère avoir mon fils, même ronchon en face de moi !

Et vous comment le vivez-vous ? 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Accompagnerlenfant 90 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines